La vie au temps du Coronavirus…

Ce sont ces nouvelles là qu’on devrait lire plus.

Celles qui parlent non pas de cette minorité qui ne fait pas ce qu’elle devrait en cette période de coronavirus mais plutôt des beaux gestes qui donnent foi en l’humanité.

C’est déjà assez stressant à vivre de devoir demeurer à la maison en confinement, n’est-ce pas? De risquer d’attraper ce virus dont on entend parler comme d’une peste moderne. Et même, pour certains, de devoir stresser encore pour savoir comment boucler son budget alors qu’ils ne travaillent pas. Ou moins parce que leurs heures de travail ont été coupées.

Mais aussi, c’est déjà pas mal assez stressant à mon goût de me lever jour après jour pour découvrir la liste des interdictions qui s’ajoutent et de voir que même la police est en « état d’urgence ».

A-t-on vraiment besoin de se regarder avec suspicion les uns les autres comme j’en ai été témoin récemment sur les médias sociaux? De commencer à dénoncer son voisin? De chercher à qui la faute? De passer sa journée à regarder par la fenêtre qui est dehors et ne devrait pas y être?

Moi aussi j’angoisse. J’ai peur de voir un proche malade autour de moi. Ou pire, de perdre quelqu’un que j’aime. J’hallucine à l’idée de ne plus jamais pouvoir partir en voyage en famille aussi banalement que ça l’était jusqu’à récemment. J’ai peur qu’on ne retrouve jamais plus la vie d’avant.

Et, je fais littéralement des boutons devant cet assemblage de mots « distanciation sociale » que je trouve absolument horrible et affreux.

On n’est pas fait pour ça nous les humains. Pour rester loin les uns des autres, plus encore au moment où on aurait le plus besoin d’être avec la famille, les amis, ceux qu’on aime. Ce moment où on a le plus besoin d’entendre que ça va bien aller, qu’on n’est pas seuls.

Et non pas qu’on est un terroriste sanitaire en puissance pour l’humanité.

Alors soyons gentils les uns avec les autres. On s’appelle, on se texte, on prend l’apéro en Facetime, on se demande comment ça va?

Parce que si on est forcés de se tenir loin physiquement les uns des autres, aucune loi au monde ne nous empêche de nous tenir coeur contre coeur. Pour une fois dans nos vies, on a le temps pour ça, non ? 

Suivez et aimez nous:
error0

Quelques suggestions de lecture supplémentaire :

La vie au temps du coronavirus...Surréalisme

Ces temps-ci, je déprime solide. J’ai l’impression d’être la seule de l’univers à trouver que l’humanité est en train de sombrer dans une ère ou le surréel est roi. Ces jours-ci à Montréal, le sujet «chaud» de l’heure[...]

La vie au temps du coronavirus...Du temps de l'inhumanité

Jour 21 Vendredi dernier, fin d'après-midi. Je reçois un courriel de la résidence ou se trouve ma mère m'avisant qu'un premier cas de Covid-19 s'était infiltré. Comme un voleur. Et malgré la fermeture complète des visites[...]

La vie au temps du Coronavirus...Laves toi les mains

Jour 37 Le point de presse télévisuel quotidien du Premier Ministre, peu importe le jour: – Lavez vous les mains. – Lavez-vous les mains, encore. – Restez chez vous. – Avez-vous compris? Lavez vous les mains. – Vous pouvez sortir dehors. À[...]

La vie au temps du coronavirus...Là ou on perd ses repères

Jour 51 J’ai beau tenter de retourner les choses de tous bords, tous côtés, j’ai le sentiment ces jours-ci que je suis la seule au monde en en avoir vraiment marre de tout ça. La crise. L’isolement. Les nouvelles[...]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.