La vie au temps du coronavirus…Litanie surréaliste en temps de pandémie

Beaucoup de choses en temps de pandémie, et en l’espace d’un clin-d’œil, prennent d’un coup des airs un peu surréalistes.

Et oui! Lentement on se «déconfine».

Mais la vérité c’est que tous autant que nous sommes, nous demeurons «déconfits».

Car, dit autrement, nous restent désormais ces choses autrefois banales que l’on conjuguera désormais – ou tu moins pour un temps indéfini – «au bon vieux temps»….

Acheter du pain commercial déjà fait. Et n’en parler à personne;

Faire la bise quand on rencontre un ami;

Les heures de pointes bondées;

L’Halloween masquée;

Les dîners partagés;

Les séances de magasinage improvisées;

Les soupers non planifiés;

Attendre le retour de nos ados;

Les projets de vacances;

Manquer de temps;

Les mains qui s’égarent;

Les baisers volés;

Les calins à ceux qu’on aime mais qui ont le malheur de résider à une autre adresse que la nôtre;

La réception de lettres qu’on a envie d’embrasser;

Le raisin goûté à la dérobade au marché;

Les visites impromptues;

L’insouciance;

Le concept de «Liberté 55» (vraiment, personne n’a envie d’être vieux par les temps qui courent!);

Les foules;

Les buffets;

Les foules ET les buffets.

Oui! Beaucoup de choses en temps de pandémie, et en l’espace d’un clin-d’œil, prennent d’un coup des airs un peu surréalistes.

Sinon décalés.

Et on se retrouve déconfits devant le temps soudainement réinventé. Un temps nouveau dans lequel les secondes sont tout à coup mesurées à l’aune d’un autre étalon de mesure.

Et, la vie que l’on voit maintenant défiler de loin, à travers un plexiglas

Suivez et aimez nous:
error0

Quelques suggestions de lecture supplémentaire :

Mon inventaire...Liste des choses qui me manquent

Face à cette situation assez particulière que nous avons tous en commun de vivre en même temps, partout sur la planète, j'ai parfois ce sentiment que rien ne sera plus jamais comme avant. Ou à[...]

La vie au temps du coronavirus…Flottement

Jour 60 Ces temps-ci, malgré mon désir d’écrire, je peine à le faire. Non pas par manque de motivation, ni même par manque d’énergie. Encore moins par manque de temps, inutile de le dire! Mais plutôt, je dirais, parce[...]

Le poids des mots ou l'art de réinventer Noël

Une amie l'a écrit sur sa page (avec ses mots mais ça voulait dire la même chose) et je suis tellement du même avis! Partout à la radio, à la télé, dans les journaux, sur[...]

La vie au temps du coronavirus...Là par où entre la lumière

«Il y a une fissure dans toute chose. C'est ainsi qu'entre la lumière...» (- Léonard Cohen) Jour 20 Alors qu’il y a tout juste deux ou trois semaines, je désespérais de ma vie la plupart du temps plus[...]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.