L’atelier d’écriture de Gabriel Garcia Marquez, Comment raconter une histoire

Cette semaine, histoire de faire d’une pierre deux coups et de provoquer et le mouvement, et l’inspiration, j’ai décidé de me donner un défi.

Celui de profiter du retour cette semaine du Salon du livre de Montréal, grande messe littéraire devant laquelle je me sens chaque automne un peu comme un enfant dans un magasin de jouets. Cela, additionné à mon manque d’inspiration récent, pour, comme dans un big bang créatif, vous livrer mes impressions sur certains de ces livres sur lesquels j’ai jeté mon dévolu.  Peu importe que ce soit par hasard dans certains cas. Ou comme l’effet d’un rendez-vous inévitable pour certains autres.

Alors, comme je suis dans le thème de l’inspiration, ce matin j’ai décidé de vous parler d’un grand coup de cœur récent sur lequel je suis tombée par hasard chez le libraire. Un peu comme s’il m’avait attendu depuis longtemps. Le livre, pas le libraire ! Vous l’aurez compris ! (bien que lui, le libraire n’attends jamais bien longtemps entre chacune de mes visites !)

Ainsi, quelque part dans les années quatre-vingts, l’auteur colombien dirigea-t-il un atelier d’écriture visant à former de futurs scénaristes et écrivains hispanophones. Ce livre, c’est donc la retranscription complète des analyses, discussions, méthodes et autres enseignements qui y ont été dispensés.

Du grand et pur bonheur pour tout amoureux des mots, convenons-en ! Et je l’avoue d’ailleurs d’emblée! Moi la fille qui court les ateliers d’écriture, je n’ai pas résisté !

Ce gros bouquin de près de 500 pages est en fait constitué de deux parties. Dans la première, l’auteur fait travailler ses étudiants sur une séries de romances, d’un format de 26 minutes destinées à la télévision. Ce faisant, l’occasion de réfléchir sur la meilleure façon d’obtenir de bonnes histoires. Dans la seconde partie, Garcia Marquez leur demande plutôt, à partir d’un texte écrit par lui longtemps avant, de produire une série complète, pour la télévision une fois encore.

En fait, même si ici, l’auteur se penche plutôt sur la création destinée à la télévision, je penche clairement pour dire que c’est le processus de création lui-même qui nous est présenté ici. Un peu en fait comme une façon de regarder avec des lunettes grossissantes ce processus qui se met en oeuvre lorsque l’on écrit. Et au final, je suis d’avis que ça s’applique, peu importe ce qu’on écrit (roman, poésie, etc). Et, il faut bien le dire, Garcia Marquez est, à mon avis, rien de moins que le roi de la fiction! Il suffit pour s’en convaincre de lire, ou d’avoir lu, son magnifique « Cent ans de solitude » (parmi tous les autres titres qu’il a écrit!) pour en être absolument convaincu !

Bref! Si vous aimez les mots. Et que vous en servir pour tricoter de longs textes de tous genres est un plaisir, je vous le recommande vraiment ! Promis !

Il ne quittera plus votre table de chevet !

En attendant ma prochaine suggestion demain, je vous invite à indiquer en commentaire le titre de votre livre coup de coeur !

Histoire de s’inspirer !

Partagez avec vos proches!

Quelques suggestions de lecture supplémentaire :

Vous ne survivrez pas !, Fredrick D'Anterny

«Comme le marin qui ne peut se faire une idée de la masse globale d’un iceberg en pleine mer, tu ne peux être juge du parcours d’une âme. Aussi longtemps que nous resterons prisonniers du[...]

Péripéties littéraires

J'ai avec les livres une relation qu'on pourrait qualifier de particulière. Je les accumule, les lis, les survole et ce, que ce soit lentement avec délectation, rapidement à la vitesse grand V ou bien en[...]

Le solde de livres des Amis de la bibliothèque de Montréal

Des livres, des livres! J'ai beau en avoir des tas chez moi, je n'arrive pas à contrôler mon appétit livresque. Une maladie s'apparentant presque à de la boulimie de sorte que c'est en ce moment[...]

Joyeux Noël, de Alexandre Jardin

« Croyez-moi, il est possible de mener sa vie en disant tout. Une existence sans déni ? Sans angle mort ! s'écria la jeune femme. Vous n'avez donc aucun secret ? Si, des montagnes ! rétorqua-t-elle.[...]