Le bonheur au bout de ma ligne

IStock

Il y a de ces moments parfois dans une vie ou, ce qui pour d’autres semblerait bien banal, constitue pour nous rien de moins que le bonheur !

Vendredi dernier, en arrivant chez-moi, j’ai eu la surprise de trouver dans mon courriel une réponse que j’espérais, que j’attendais – paradoxalement sans trop l’attendre – un peu comme une ligne à pêche qu’on lance à l’eau juste pour le plaisir de troller (*)… Et devant laquelle on se retrouve fort étonnés de voir le poisson mordre…

C’est que je suis comme ça moi: toujours mille et un projets sur la table, la tête débordante d’idées dont tout au plus une seule sur dix verra effectivement le jour. Comme si mon plus grand plaisir au fond résidait peut-être bien plus dans cette recherche constante d’idées que dans leur réalisation en tant que telle…

Probablement qu’il faudrait que je fasse des recherche là dessus ! Qui sait ? Peut-être que ça se soigne ?

Bref, c’est que depuis longtemps, moi qui travaille dans le monde de la télévision et qui suis littéralement passionnée de médias, je rêvais de mettre sur pieds des ateliers d’éducation aux médias destinés entre autres aux jeunes du primaire. Dans un monde ou tous, nous sommes littéralement bombardés d’images, de nouvelles et de nouveautés technologiques aux impacts souvent insoupçonnés, je me disais que définitivement, ce que nous avions tous besoin – nos enfants plus encore! – c’était d’apprendre à surfer dans tout cela !

L’été dernier donc, comme mon quotidien tournait un peu au ralenti l’espace de quelques semaines, je me suis mise à la tache de construire deux-trois idées d’ateliers que je pourrais éventuellement présenter. Un plan qu’il y a deux semaines environ, je me suis décicée à faire parvenir au directeur de l’école de mon fils, un peu comme une bouteille qu’on jette à la mer.

Voilà que vendredi dernier, j’ai reçu un courriel dans lequel ce monsieur me disait à quel point mon projet avait été bien accueilli par l’ensemble des professeur. Et que finalement, j’aurais tout le temps nécessaire pour présenter un premier atelier à la mi-novembre.

Bien sur, j’ai eu comme un vertige en réalisant que définitivement, ça y était ! Mais un vertige de courte durée dont la vague continue néanmoins de me porter, trois jours plus tard !

Joie !

* Expression qui dériverait du verbe anglais « to troll » ou du mot « trolling », qui font références à des techniques de pêche à la traine et à la cuillère. Ce verbe anglais to troll dérive peut-être du moyen français « troller, trôler », qui fait référence à des déplacements au hasard ou en vagabondant et s’applique à des techniques de chasse ou pêche. L’usage de trolling en anglais, avec le sens figuré de « chercher à provoquer des réactions » aurait été documenté dès les années 1970 dans l’armée américaine.

Suivez et aimez nous:
error0

Quelques suggestions de lecture supplémentaire :

Faire du popcorn avec la vie

L'effet Popcorn, vous connaissez ? Il s'agit en fait d'un livre, issus de ce qui était au départ...un blogue de filles, Marie-Josée Arel et Julie Vincelette qui au départ, n'étaient pas destinées à se rencontrer ![...]

De tout, de rien... et un peu de n'importe quoi

En regardant la date à laquelle j'ai mis en ligne mon dernier billet, je me dis que décidément, le temps me glisse entre les doigts en moins de temps qu'il n'en faut pour cligner de[...]

La beauté des petites choses sans importance

Photo: PABvision.com Parfois, nous n'avons pas idée de l'impact qu'un mot ou une action de gentillesse peut avoir sur la personne à qui on le destine... Hier, j'ai reçu un courriel d'une vieille amie qui le plus[...]

La vie qui défile...et le compteur qui tourne

  La vie est courte, bien plus nous pouvons l'imaginer ! Et malheureusement, certains événements viennent parfois cruellement nous rappeler que... le compteur tourne. Et que ne n'est pas nous qui en avons le contrôle ! Ce[...]

Réflexion matinale

Petite réflexion matinale...Il y a un proverbe qui dit que l'important, c'est le voyage. Pas la destination.Avez-vous remarqué que quelquefois, nous avons tellement hâte d'arriver au bout que nous marchons trop vite, sans vraiment prendre conscience[...]



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.