Le bruit assourdissant d’un quotidien qui s’emballe

Pexels

Ces temps-ci, j’ai un peu le sentiment d’être devenue muette… Sans voie.

Littéralement étourdie par le bruit ambiant.

Et soudainement, je me prends à rêver d’un lieu d’où seraient absents tous ces bruits qui étourdissent.

Twitter, Facebook et tous ces représentants de notre humanité qui se perd aujourd’hui dans le grand nuage de l’intangible. Témoins numériques d’une «conversation» qui résonne trop souvent comme un bourdonnement incessant qu’on fini par ne plus entendre.

Ou de cette fameuse «instantanéité». qui fini par nous laisser, nous, complètement décalés…

La camionnette du voisin dont le «bip, bip» aux aurores le matin, me tire de ce sommeil ou j’avais pensé fuir;

Cette avalanche de sons assourdissants qui s’annoncent comme étant des nouvelles, mais qui n’ont de «nouvelles» que le nom…;

Toutes ces «vedettes» de l’instant qui, parce qu’ils ou elles ont été cambriolés, deviennent soudainement plus importants que ces milliers de morts que la guerre enfile, un peu comme un interminable collier macabre…;

Ce «trop», partout, tout le temps, qui fragmente et déchiquette l’humanité. En même temps que les journées qui disparaissent au profit de la seconde… Celle-ci étant rapidement balayée par la suivante.

Rien de moins que le bruit assourdissant d’un quotidien qui s’emballe. Et dans lequel on ne parvient plus à trouver sa place.

Et soudainement, je me prends à rêver de ces nuits, qu’adolescente, je passais dans un chalet perdu aux fins fonds des bois. Seule au cœur de l’univers. Dans ce lieu dans lequel, l’espace d’un instant et sous l’effet des gouttes de pluie qui venaient se fracasser contre le toit en tôle, j’avais l’impression d’être le seul être vivant de la galaxie toute entière.

Littéralement protégée par une bulle de quiétude que rien n’aurait pu troubler.

Et avec pour seule occupation, ce privilège ultime – et désormais perdu – de m’entendre penser.

*****

Visiblement, je ne suis pas seule à ressentir cette fatigue mentale devant un trop plein de bruits et le vacarme assourdissant du quotidien…

À preuve, cette étude sur laquelle je suis tombée et qui raconte que les français consacreraient 99 jours par année à écrire, lire puis répondre à des courriels….

On parle bien sur des français dans cette étude. Mais je suis prête à parier que l’on pourrait affirmer la même chose d’une façon plus générale. Et cela, peu importe le fuseau horaire que l’on s’attribue.

Fou n’est-ce pas ?

Allez ! C’est décidé !

Je me fais hermite!

Suivez et aimez nous:
error0

Quelques suggestions de lecture supplémentaire :

Je rêve...

Ces jours-ci dans La Presse, on retrouve un dossier sur ces grandes choses dont rêves les québécois... Ici, les petites dont je rêve, moi ! Et que je pourrais tout aussi bien appeler la liste de[...]

Coq-à-l'âme (ou mes pensées en galère!)

Comme bien souvent au cours de mes lectures, celle du dernier Nancy Huston (Bad Girl) suscite ces jours-ci plein de belles réflexions en  moi. Des pensées sans lien les unes avec les autres.  Un peu comme[...]

Avec des « si »

Photo: IStockEst-ce à cause de l'automne ? Du feuillage des arbres qui se prépare à un dernier adieu ? De ce feuillage tout en couleurs comme pour nous faire oublier que bientôt, viendra... autre chose ?[...]

Le temps qui file... et qui défile

Parfois je me dis que tout va de plus en plus rapidement. Qu'on fait de plus en plus de choses.  Cela toujours plus vite.  Et, un peu paradoxalement, en prenant de moins en moins le temps de le faire bien. On[...]

De l'impermanence des choses

Avez-vous déjà vu pousser les pivoines ? Photo: PABvision.com De magnifiques fleurs vivaces qui chaque printemps, mettent plusieurs semaines à former un immense bouquet de feuillage d'un vert profond avant qu'un beau matin, on y[...]

4 commentaires sur “Le bruit assourdissant d’un quotidien qui s’emballe

  1. Bonjour,
    Tu vas faire comment concrétement pour mettre cela en place ? Tu te donnes pour objectif de ne plus lire tes mails pendant un temps donné ?
    J’ai aussi lu pas mal de choses sur cet outil qui sous couvert de rapidité et donc a priori d’efficacité, serait finalement plus chnronophage et stressant qu’autre chose. Pour ma part j’essaye de ne plus me jeter sur ma boite mail en arrivant au bureau, mais de commencer par faire une tâche avant. Ca marche bien, mais les habitudes reviennent vite…

    1. Bonjour ! C’est clair que c’est un peu irréaliste d’imaginer passer outre de gérer toute cette vie liée aux médias sociaux et à nos courriels. Mais je pense sincèrement que c’est important de faire cette prise de conscience faute de quoi on perd rapidement le contrôle ! Personnellement, j’en vois les effets sur ma capacité d’écrire qui depuis quelques temps, en souffre. Chronophage et stressant ? C’est une évidence !

      Merci d’être passé par ici ! Et au plaisir 🙂

      Marie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.