Le secret pour du bonheur en conserves…en un temps record

Crédit: Pixabay

Chaque fois que septembre revient, c’est un peu la même chose je dirais! Le retour de ce que je pourrais qualifier de tradition ayant sans doute quelques liens de parentés avec un quelconque jour de la marmotte. Et c’est alors que la lumière du jour se transforme comme du jour au lendemain et que les journées donnent l’impression de raccourcir en même temps que le temps s’accélère que me prend inévitablement ce qui est peut-être l’une des dernières grandes folies de notre monde moderne ! 

Et j’ai nommé, la préparation de mes conserves pour l’hiver.

Mais qui fait encore ça de nos jours, vous demandez-vous ! Non mais pensez-y! Passer un temps fou en cuisine pour remplir ses armoires de pots de conserves, qui a encore vraiment le temps pour ça? (Oui, oui, je vous entends penser!)

La vérité, c’est que l’opération est tellement mille fois moins longue qu’on pourrait le penser, qu’il m’arrive parfois de me dire que c’est sans doute l’un des secrets les mieux gardés de l’univers !

Néanmoins, chaque année ça ne manque pas ! Il se trouve toujours au moins une personne autour de moi pour me regarder avec de grands yeux un peu éberlués de bébés orignal paralysé sur l’autoroute devant les feux d’une voiture….pour me dire que non, elle, elle n’aurait jamais le temps pour ça. Que décidément, c’est vraiment trop compliqué, long, risqué…

Et pire !!

  • «Le botulisme dans les conserves !, tu ne sais pas combien c’est dangereux!!! Ils l’ont dit sur tel site internet machin»

Bref ! N’écoutant que ma générosité sans borne, j’ai décidé ce matin de partager avec vous la recette de sauce tomates de base, genre Marinara, la plus simple à exécuter de l’univers ! Du genre dont vous pourrez vous servir comme base pour concocter n’importe quel type de sauce de façon impromptue par la suite. Et en prime, je vous garantie qu’au final, vous n’y aurez pas consacré plus d’une heure en tout et pour tout, mise en pots incluse ! Et cela, chronomètre en main!

Et oui, le Saint-Graäl c’est de la petite bière à côté de ça !

D’abord, d’entrée de jeu je vous avouerai que j’ai affiné ma technique au fil des années. Car si au début j’empruntais fièrement le presse-tomates de belle-maman, j’ai fini par abandonner l’idée  d’utiliser cet instrument auquel on pense instantanément lorsqu’il est question de sauce tomates. Et cela, pour plusieurs raisons.

D’abord, ça prend un temps fou pour enfin voir la fin de l’opération mise en conserves!

Car pensez-y!

D’abord fixer le dit-instrument à une table (idéalement à l’extérieur de la maison, pour une raison que vous comprendrez bien assez rapidement! Et cela, malgré les regards des voisins qui imaginent assister à une séance de torture). Puis, y passer vos tomates pour en faire une sauce potable. Cela, avant de vous rendre compte – O misère! – que vous n’êtes même pas rendue au milieu de votre peine. Et que, décidément, la fin du monde risque certainement de se produire bien avant que vous puissiez contempler le résultat de votre labeur aux couvercles bien scellés sur le comptoir! Parce qu’alors, devant votre cuisine qui ressemble soudainement étrangement à une scène de crime, prise d’un doute, vous vous mettrez à craindre qu’un éventuel visiteur ait l’idée d’appeler la police. Convaincu que vous puissiez venir tout juste d’effacer les traces d’un quelconque témoin gênant avec ce maudit presse-tomates de l’enfer!

Bref, je l’avoue! On peut aisément comprendre que l’opération mise en conserve ait de quoi en décourager plus d’un !

Mais voilà ! Il existe un secret ultra simple pour une mise en conserves qui puisse se faire avec un minimum de temps investi (parce que vous comme moi, on aime ça l’efficacité n’est-ce pas? Et que sincèrement, on a bien d’autres chats à fouetter que de mettre des tomates en conserves!)

Le secret? L’utilisation de la mijoteuse. Le soir avant d’aller vous coucher, vous y mettrez toutes vos tomates (italiennes de préférences, celles-ci ayant une chair plus épaisse et moins de pépins), celles-ci coupées en morceaux, de l’ail, des fines herbes, de l’oignon, un peu d’huile d’olives, un peu de sucre (pour couper l’acidité des tomates). Et puis hop! Cuisson lente pour la nuit.  Cette opération vous aura pris environ une trentaine de minutes, un peu moins si quelqu’un d’autre de la maison peut être mis à contribution. C’est le moment d’insérer vos pots Masson au lave-vaisselle afin qu’ils soient fins prêts pour la mise en conserves plus tard.

Au matin, en plus d’une maison qui sent la tomate bien cuite, vous aurez une sauce prête à mettre en pots. Et des pots propres, déjà prêts à utilisation.

À cette étape, il ne vous restera qu’à faire la mise en pots proprement dite, avec deux grands chaudrons remplis d’eau bouillante. Dans l’un, vous ferez bouillir cinq minutes vos pots et couvercles. Dans l’autre, vous ferez bouillir vos pots une fois ceux-ci remplis de sauce et refermés.

Quelques petits conseils pour que l’opération scellage se fasse dans les règles de l’art:

  • Vos pots doivent être d’une propreté impeccable pour éviter que votre contenu ne se gâte (moisissure par exemple);
  • Les pots, au moment de bouillir, doivent être entourés d’eau jusqu’au niveau du couvercle.
  • Si l’opération est bien faite, vous entendrez le «pop» caractéristique dans les cinq minutes suivant la sortie des pots hors de l’eau bouillante.  Mais, il arrive toutefois que le «pop» ait lieu pendant que les pots sont encore dans l’eau bouillante. Vous verrez par le couvercle qui sera légèrement enfoncé que votre pot est scellé de façon correcte. Personnellement, si ça ne fonctionne pas, je n’attends pas et je recommence le processus pour le pot non scellé. «Et que ça saute!» Ou bien je le met au frigo pour utilisation plus rapide.
  • Enfin, il faut laisser reposer les pots sur un coin du comptoir pendant un bon 24 heures avant de les déplacer afin d’éviter que les couvercles ne bougent.

Durée de l’opération: une trentaine de minutes.

Au final, vous aurez environ six à huit pots de conserves prêtes pour l’hiver ! Et tout cela ne vous aura vraiment pas pris plus d’une heure en tout et pour tout!

Et oui, je sais! C’est fou!

Ne me remerciez pas !

Et dernier petit secret: personne ne vous empêche de laisser croire à votre entourage que vous y aurez consacré de nombreuses heures !

Clairement, ils n’y verront que du feu !

Promis! On ne leur dira rien !

Partagez avec vos proches!

Quelques suggestions de lecture supplémentaire :

Avant que la citrouille ne se transforme...

Photo: Chroniques d'une cinglée Quel plus beau symbole de l'automne que la citrouille? Vous ne trouvez pas? Pour l'occasion, et parce que l'automne me rend gourmande avec toutes ses couleurs, j'ai pensé partager avec vous ma recette[...]

Prendre le temps de cuisiner et de bien manger: dernier tabou ?

Chaque année à l'automne, c'est un peu le même scénario. Je peux passer des semaines à tenter de trouver de quoi sera fait le menu de mes réceptions des fêtes.  Dans l'espoir avoué d'impressionner mes invités,[...]

Parfum d'automne

Bien que je n'aie pas écrit ces dernières semaines, je me suis bien gardée de m'ennuyer ! En effet, le mois d'août qui tire à sa fin, annonçant sans l'ombre d'un doute la fin de[...]

Plaisir d'automne

Photo: Chroniques d'une cingléeDimanche d'automne. Le soleil se montre le bout du nez. Les amis arrivent pour bruncher avec leur marmailles. Le moment idéal pour cuisiner mes super muffins à la citrouille et à l'orange !Un délice ! Muffins[...]

Fait d'Hiver

Photo: Chroniques d'une cinglée En janvier, nous sommes tous pareils j'imagine! Après les excès des fêtes, nous avons envie de recommencer à bien manger.   Et avec le froid, vivement les plats réconfortants !  Et en voici justement un[...]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*