Le temps des vacances et de l’évasion

Le voici revenu. Celui qui nous laisse, par moments, avec cette impression fugace d’avoir passé une grande partie de sa vie à l’attendre… Un peu comme un amoureux qu’on a perdu de vue depuis trop longtemps. Mais dont on se souvient encore de l’odeur de la peau chauffée par le soleil…

Moment chéri de l’année ou soudainement, l’espace d’une fraction de seconde, on se retrouve comme renversé devant ce qui pourrait sembler s’apparenter à quelques révélations fulgurantes. Dans le genre que cette cette fois-ci, ça y est! C’est la bonne.

Et qu’enfin, on se retrouvera.

Je parle bien sur des vacances! Parce qu’en ce qui me concerne, après de long mois à avoir eu souvent ce sentiment d’être comme un petit chien fou courant après sa queue, je me retrouve aujourd’hui avec ce sentiment d’avoir un peu comme gagné le gros lot. Parce que demain, je prend l’avion pour Barcelone surtout. Mais qu’en prime, je frétille à l’idée d’avoir enfin un peu de temps pour lire.

Parce que même si j’en parle moins souvent ici, la vérité c’est que je n’ai pas cessé de succomber compulsivement, un peu comme un alcoolique incapable de se défaire de son vice, à tous ces livres qui me font de l’œil partout. Dans les librairies comme dans la chronique du samedi du journal.

Dans ma valise déjà ? «Le roman vrai» d’Alexandre Jardin. Parce que cette idée de l’écrivain qui ment, ça me semble à moi non pas comme le drame du siècle dont parlent certains critiques mais plutôt la base même de la liberté suprême. Soit celle de s’inventer des histoires tout autant que des mondes. À soi tout autant qu’aux autres.

Mais aussi ? «Les femmes qui achètent des fleurs» de l’auteure Vanessa Montfort qu’on présente comme un grand succès de librairie en Espagne. De quoi me mettre dans l’esprit de ce pays que je goûterai les prochains jours.

Et enfin, «La Nuit, j’écrirai des soleils» de Boris Cyrulnik qui dans ce livre, vante le pouvoir incroyable des mots, de la littérature et de la création dans la reconstruction de soi. Mais aussi, dans l’élaboration par le lecteur (ou l’écrivain) d’une vision du monde qui lui est propre.

Et vous ? Qu’avez-vous déjà dans vos valises pour profiter des vacances? Histoire de s’inspirer…

L’évidence c’est que je vous reparlerai de ces livres prochainement. Mais aussi très certainement, de mon escapade espagnole!

Hola!

Suivez et aimez nous:
error0

Quelques suggestions de lecture supplémentaire :

La liste, Jérémy Demay

«Il y a deux jours importants dans une vie. Celui où tu nais et celui où tu comprends pourquoi.» (Mark Twain) Il y avait longtemps que je n'avais pas parlé bouquin ici, n'est-ce pas? Et pourtant ![...]

Plaisirs solitaires

L'avantage d'être seule en congé un lundi, pour le Jour du Souvenir, alors que l'Homme travaille et que fiston est à l'école....c'est de pouvoir se taper en boucle des émissions du matin à la télé.[...]

Un Nouveau projet sur les tablettes

Nouveau projet, vous connaissez ?Il s'agit en fait d'un nouveau magazine (et oui ! Encore un autre !) mais qui cette fois, nous promet plus de chair dans son contenu, selon son fondateur, Nicolas Langelier[...]

Un éloge de la folie...et l'envie d'en commettre quelques unes

L'un de mes plaisirs coupables est sans aucun doute de m'arrêter dans une librairie à la recherche de rien...et d'en ressortir avec ce que je cherchais, sans le savoir. Si la chose peut sembler un paradoxe[...]

Lire ses livres jusqu'au bout ? Toujours voyons !

Photo: IStockCe matin, on se fait une confidence ? (en chuchotant bien sur !)Une chose que je n'avouerais jamais, même sous la torture, c'est qu'il m'arrive de ne pas lire un livre jusqu'au bout (mais ne[...]



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.