Les années quatre-vingts: dix choses dont on ne s’ennuie pas (2/2)

Je parlais dans mon dernier billet de ces choses des années quatre-vingts dont on ne s’ennuie – mais alors là! – vraiment pas !

Voici la suite.

6 – Les jeans extra serrées. Vous vous souvenez? Si serrées en fait qu’il fallait rien de moins qu’une fouchette pour parvenir à en refermer la fermeture éclair. Et couchée sur le dos en plus! Une époque fort heureusement révolue!

7 – La photographie. Avez-vous remarqué que lorsqu’on se met à regarder les vieilles photos des années quatre-vingts, on se retrouve soit devant des photos floues et mal cadrées. Soit devant des photos aux sujets pour lesquels il faut se lever de bonne heure pour parvenir à le deviner. Avec trop souvent, un gros pouce dans le coin, parce que clairement, nous étions bien loin d’être de super photographes! Des photos qu’on prenait à la chaîne, avant d’aller déposer le film pour faire développer nos « précieuses » photos, parfois des semaines plus tard. Tellement qu’il m’est arrivé de faire développer des photos que j’avais oublié avoir prises. Et, avec le recul, je trouve particulièrement paradoxal le fait que ces photos d’époque aient pu bénéficier d’un support aussi solide que le papier (un support capable de traverser rien de moins que les époques!). Alors qu’aujourd’hui, alors qu’on possède des téléphones si performants qu’ils nous permettent de prendre des photos d’une qualité parfois incroyable, le numérique amène celles-ci, un peu tristement, dans le fin fond du néant en moins de temps qu’il n’en faut pour faire clic. Des milliards de photos numériques dont on perd la trace. Et sur lesquelles personne après nous ne tombera par hasard des années après notre mort. Le vide sidéral. Et après nous le néant.

8 – Les lecteurs Beta et VHS…. Rappelez-vous! Il fallait aller au club-vidéo pour louer les films. Et, il ne fallait surtout pas oublier de les remettre. Rembobinés et à temps, cela va sans dire. Et, la beauté de la chose? La certitude, 80% tu temps, d’être forcés de se rabattre sur un film de catégorie B, parce que toutes les nouveautés étant déjà sorties.

9 – Les super gros walk man !! Il fallait retourner la cassette avant qu’on nous en offre – O révolution! – de plus « performants » bénéficiant de la fonction « auto-reverse »! Cela, avant que ne viennent les mini Epod. Puis que la musique finisse par se dématérialiser complètement avec les MP3. Puis Spotify que personnellement, j’écoute aujourd’hui comme une déchaînée. Fini les albums dont je n’écoute qu’une chanson. Et qui finissent par empiler la poussière sur mes tablettes.

10 – Les patins à roulettes (instruments de mort, pourrions-nous dire !) Je me souviens des vendredis soir passés à la Roulathèque d’ou on revenait les genoux écorchés. D’ailleurs, mon amie Karla m’a raconté que chez-elle, sa tante les forçaient à se coller – tenez-vous bien! – des serviettes sanitaires super épaisses  sur les genoux afin de protéger ces derniers lors des chûtes… Hum! Avouez que juste ça, ça vous donne envie de retourner à cette fabuleuse époque des années quatre-vingts non ?

Alors? Envie, vraiment nostalgiques des années quatre-vingts ?

Pas tant je dirais !

Et vous, qu’est-ce qui vous revient quand vous repensez à cette époque bénie ?

Suivez et aimez nous:
error0

Quelques suggestions de lecture supplémentaire :

Chroniques du hasard, Éléna Ferrante

Vous connaissez l'auteure Italienne Elena Ferrante? Sinon, vous manquez quelque chose! Car si de son "Amie prodigieuse", série au succès sans fin, je n'ai vu que la version télé (que j'ai adoré!), voici que je[...]

Dame Sei Shōnagon et la liste élevée au rang de grand art

Des listes, si vous êtes comme moi, vous en avez écrit de toutes les sortes au cours des années n'est-ce pas ? Des listes d'épicerie. De course. De cadeaux. Des «To-Do». Des listes de souhaits.[...]

La vie au temps du coronavirus...Litanie surréaliste en temps de pandémie

Beaucoup de choses en temps de pandémie, et en l'espace d'un clin-d’œil, prennent d'un coup des airs un peu surréalistes. Et oui! Lentement on se «déconfine». Mais la vérité c'est que tous autant que nous sommes,[...]

Mon inventaire...Ces choses qui me dépriment

Aujourd'hui, c'est le jour de plus déprimant de l'année. Ce n'est pas moi qui le dit, mais plutôt des scientifiques qui, ayant visiblement beaucoup plus de temps que moi, se sont penchés sur cette très très[...]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.