Les coulisses du blogue, semaine 14: Ma passion

Pixabay

Écrire, ça a toujours été ma passion. Et la passion c’est ce dont on parle dans cette quatorzième semaine des #CoulissesDuBlog organisées par Mia du blogue blog Trucs de blogueuse…

Une passion que dans mon cas, j’ai toutefois pratiqué, longtemps presque en cachette. Tellement que même ma mère a longtemps ignoré que j’écrivais. Jusqu’à ce jour, au début de ma quarantaine, ou j’ai fait ce qu’on pourrait qualifier de «coming out» et que je me suis mise à écrire ici, sur un blogue.

Aussi, je serais tentée de dire qu’il y a dans le fait d’écrire un «je-ne-sais-quoi» de presque honteux (ou même, sulfureux?) qui fait en sorte qu’on ne l’avoue généralement pas facilement. Un peu comme si, d’avouer qu’on a un penchant pour les mots, ça avait l’assurance de nous qualifier illico dans la catégorie des gens les plus ennuyants de l’univers.

Et de fait, je n’ai jamais été celle qu’on invitait dans les fêtes et je n’ai jamais eu plus que deux trois ami(e)s en même temps.

Parce que clairement, j’ai toujours été plus du genre à préférer les face-à-face aux cohues festives dans lesquelles on ne s’entend plus penser. Parce que la vérité c’est que même avec du monde, j’écris dans ma tête. Tout étant à mes yeux matière à écrire.

Donc je me suis longtemps conservé une petite gêne. Préférant garder pour moi que les mots et moi, c’était comme les coups de foudre: plus fort que la police. Mais que comme certains coups de foudre aussi, on avait par forcément envie de les crier sur les toits!

Aussi, je l’avoue sans honte aujourd’hui, écrire ça a toujours été ma passion. Une passion que j’ai longtemps pratiqué en cachette, même si ça devait être l’activité la plus solitaire du monde.

Tellement qu’un jour, à l’adolescence, alors que j’avais remporté un concours littéraire pour le salon du livre de Rouyn (une ville d’Abitibi, dans le fin fond Québécois d’ou je viens), je ne m’étais même pas présentée pour réclamer mon prix… J’y avais remporté un beau gros 25 dollars. Une mine d’or pour une adolescente de quinze ans au début des années quatre-vingts…

Ce qui m’avait valu cette mention? Un texte de quelques pages dans laquelle un jeune garçon disparaissait dans le Triangle des Bermudes…. Un texte si loin de moi que je n’avais même pas voulu m’y associer en me présentant pour cueillir mon prix. J’avais donc décidé, comme on personnage, de me désintégrer, brillant par mon absence…

Puis, quant j’ai terminé le secondaire quelques années plus tard, j’ai eu la surprise de trouver dans mon livre de finissante, un livre qu’on faisait signer à un peu tout le monde parmi notre cohorte, un mot de mon professeur de secondaire 4 qui faisait référence à mes écrits. Je me suis longtemps demandé ce qu’il avait bien pu y déchiffrer. Car voyez-vous, j’étais à l’époque pleine  de cette certitude que je n’y avais presque rien laissé transparaître.

Ou si peu.

Visiblement, je m’étais trompée.

Et puis ? Il y a eu les cahiers. Des dizaines et des dizaines de cahiers de toutes les sortes que je me suis mise à noircir. Des cahiers Canada, des cahiers à anneaux, des livres blancs que j’ai remplis de mots parfois incohérents, de mes états d’esprit du moment, de mes inquiétudes et questionnements…  Et comme si ce n’était pas assez, les «post-it» y sont aussi passés. Puis des carnets, certains à peine entamés, d’autres aux pages arrachées. Des cahiers dont certains ont survécu jusqu’à aujourd’hui et que je n’ai jamais eu le coeur de relire. De peur d’être confrontée à cette ado, puis à cette jeune femme un peu naïve qui était alors convaincue qu’avant 25 ans, elle aurait trouvé le prince charmant avec qui elle aurait eu une ribambelle d’enfants….

La relire celle-là aujourd’hui, il me semble que nous aurions une sérieuse discussion elle et moi! Et que fort probablement, nous aurions deux ou trois divergences d’opinion…

Alors je la laisse tranquille. Et les cahiers avec elle. Ceux-ci ayant aujourd’hui quelques moutons de poussière pour seule compagnie…

—————————————————–

« Cet article fait partie de l’événement interblogueurs #CoulissesDuBlog créé par Mia, du blog Trucs de Blogueuse. Chaque semaine de cette année 2017, je publierai un article dans lequel je partagerai avec vous les dessous de mon blogue.

Pour avoir accès aux billets des autres participants, dirigez-vous vers ce lien.

Vous  pouvez également participer à cet événement, en cliquant sur ce lien pour prendre connaissance des conditions telles que définies par Mia.

Partagez avec vos proches!

8 réflexions sur “Les coulisses du blogue, semaine 14: Ma passion

  1. Bonsoir Marie,
    J’avais deviné quelle serait ta passion. Et quel plaisir de te lire. Je comprends très bien ce que tu écris ici. Je m’y reconnais un peu, avec un peu moins d’expérience, certes. Mais tout l’aspect « honteux », je comprends. L’écriture est bien souvent un refuge, un petit jardin que l’on ne se sent pas prêt à exposer. Cela reviendrait à se mettre à nu. Montrer ses faiblesses. Ce n’est pas toujours évident. Et puis, on se sent un peu bête, parfois, d’avoir écrit telle ou telle chose.
    Ma passion, à moi, est plutôt… Surprenante dirais-je. Parce que j’ai eu beaucoup de mal à mettre un mot dessus. Pour me rendre compte, que finalement, ce n’était pas si compliqué que cela.

    • Allo à toi ! C’est vrai que ce n’est pas toujours évident de partager nos écrits et cela, même après des années à écrire sur un blogue. Il m’arrive encore (souvent!) de mettre un billet en ligne et de stresser ensuite comme une folle à me demander si vraiment, je vais pouvoir le laisser à la vue de tous… Parce que même si je me dis que ce que j’écris, je l’assume, il y a toujours de ces petits filets de ma vérité qui me donnent l’impression d’être passés trop rapidement par la porte, comme des effrontés pressés de vivre dans le grand monde. Alors que moi, je n’étais pas tout à fait prête à les laisser aller. C’est imagé mais je suis certaine que tu comprends ce que je veux dire :-)

      Bref ! Écrire c’est clairement pour une grande part, un jardin secret. Pour lequel on décide de faire des «portes ouvertes» à l’occasion ! On a beau l’avoir décidé, parfois, on se sent un peu envahis !

      Marie

  2. Bonjour Marie,
    À mon tour de découvrir ton article :)
    J’ai toujours admiré les gens qui savaient écrire, ce n’a jamais été mon truc, surtout à l’école… Il n’y a que sur mon blog ou quand j’explique des choses que j’aime que j’apprécie écrire.
    Je ne savais même pas que tu venais du Québec ! C’est bien dommage que tu ne sois pas allée récupérer ton prix puisque si tu as gagné, c’est que ton travail a plu :)
    Pour cette passion, on est un peu à l’opposé, je ne sais jamais quoi faire de mes carnets, si bien que j’en ai une petite collection, et ils sont tous vide ! Sauf un, avec un poème que j’avais écrit en primaire, ce qui m’étonnera toujours haha
    À bientôt
    Romane – http://leblogderomane.com

  3. Hello,

    Vu que t’as gagné des prix, tu dois être douée. Est ce que le blog n’est pas finalement une manière pour toi de renouer avec l’écriture. Après j’ai découvert certains sites ou des passionnés d’écriture se retrouvaient et partager des nouvelles. Parfois ces nouvelles pouvaient se transformer en romans si une maison d’édition les reperait. Bon weekend :-)

    • Bonjour!
      C’est sur que d’écrire sur un blogue, ça permet de garder la discipline d’écrire en tant que tel. J’ai tenté pendant un temps d’arrêter d’écrire ici sous prétexte que j’aurais alors plus de temps à mettre sur mon livre. Gros désastre puisque je n’écrivais plus du tout ! Pour écrire, il n’y a pas de secret je pense. Il faut écrire, peu importe ou !
      Merci pour le passage ici !

      Marie

  4. Il est vrai que relire des écrits d’il y a plusieurs années peut être très décevant :) Nous changeons avec le temps, nos pensées ne sont plus les mêmes et forcément nos écrits aussi. Je n’ose même pas aller relire mes anciens billets du début de mon blog :)
    Bon week-end

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>