Les coulisses du blogue, semaine 18: Le meilleur conseil blogging que j’aie reçu (ou que j’aurais aimé recevoir!)

Pixabay

En cette dix-huitième semaine de l’interblogue #CoulissesDuBlog dans lequel je suis toujours en course, on se demande en quoi pourrait bien consister le meilleur conseil qu’un blogueur débutant puisse souhaiter recevoir.

Et je vous rassure ! Je ne prétend pas ici avoir la science infuse sur le sujet ! Mais, comme je blogue depuis un certain nombre d’années déjà, j’ose croire que j’ai appris deux ou trois petites choses au fil du temps… Que j’aurais peut-être aimé savoir avant.

Histoire de sauver un peu de temps, qui sait ? Et beaucoup d’énergies dispersées, par moment, en vain !

Et, en préparant ce billet, j’ai réalisé une chose qui m’a causé un choc énorme! Soit que lorsque j’ai commencé à bloguer ici, les médias sociaux…n’existaient pas ! Pas de Facebook. Encore moins de Twitter, Instagram et tutti quanti qui sont arrivés par la suite. Dans leur version française du moins. Ou à tout le moins, l’existence de certains d’entre eux était alors si embryonnaire que l’idée même d’y partager mes billets ne m’aurait même jamais effleuré l’esprit.

Tout cela pour dire que, je le réalise maintenant, c’est la façon de bloguer en tant que tel qui a littéralement changé depuis que je m’y suis moi-même mise.

Alors qu’est-ce que j’aurais aimé savoir lorsque j’ai débuté ce blogue ? Qu’est-ce qui aurait vraiment fait la différence pour moi ? Sans que ça ait nécessairement nécessité d’avoir une boule de cristal! Et cela, au-delà de l’utilisation des médias sociaux dont nous reparlerons la semaine prochaine?

Je dirais d’abord que s’il y a une chose dont je sois particulièrement fière c’est de m’être jetée là dedans avec une certaine naïveté. Celle-ci ayant peut-être eu pour résultat que j’étais tellement convaincue de ne pas être lue que j’y ai lâché mon fou…. sans stresser sur la progression des visites. Et avec le recul, je me dis que c’est une chance que je me sois engagée ainsi là dedans! Car s’il avait fallu que je me mettre a angoisser sur mes visites, je me serais découragée depuis longtemps. Et il y a des lustres, par conséquent que ce blogue, comme des milliers d’autres sur la toile, serait devenu orphelin, littéralement abandonné.

Alors ce que j’aurais envie de dire à un blogueur débutant c’est d’abord d’oublier illico cette idée de compter. Et par compter, j’entends votre temps, le nombre de billets que vous écrirez, le temps qu’il vous faudra pour recevoir votre premier commentaire. Au même titre que le nombre de commentaires que vous recevrez en lui-même….

Il faut être conscient que bloguer, c’est une expérience solitaire. Et à mon avis, l’acceptation d’office de cette grande vérité vous aidera définitivement dans les moments de doute ou vous penserez avoir la certitude que – grands dieux! – personne dans tout l’univers ne vous lit. Et que par conséquent, vous faites tout cela pour rien.

Parce que sans vouloir vous décourager, il y aura une chance que ce soit le cas !

L’idée que vous êtes seul vous aidera alors à continuer d’écrire. Pour vous! Parce que ça compte pour vous. Et parce que vous avez ce sentiment de construire quelque chose. Même si pour l’heure, vous en doutez. Et que vous êtes peut-être le ou la seul(e) de l’univers à en être convaincu.

Puis un jour, lorsque vous aurez reçu un ou deux commentaires, par un phénomène que vous ne saurez expliquer, les statistiques de Google vous indiqueront que même si vous n’en avez pas vraiment conscience, il semble y avoir de la vie du côté des chiffres de fréquentation. À preuve, cette courbe statistique bien vivante qui, tel un coeur qui bat, vous laissera croire que vous n’êtes pas le seul survivant d’une catastrophe nucléaire ayant fait de vous le seul être vivant dans le grand désert de ce grand nuage bloguesque, vous vous direz…que vous avez eu raison d’y croire.

Ensuite ? Avant même de vous mettre en tête l’idée d’écrire votre premier billet, ayez en tête l’idée très précise de ce que vous voulez faire de ce lieu qui est le vôtre. Sans quoi, comme un pilote lancé dans l’espace sans carte ni boussole, vous perdrez vos repères. Et cela, en moins de temps qu’il n’en faut pour cligner de l’oeil

La définition de cette vision, qui vous apparaîtra peut-être un peu comme une perte de temps au moment ou vous avez tellement envie de voir votre blogue exister, vous permettra littéralement de préserver dans le temps votre motivation, Lorsque, par exemple, vous ne saurez plus quoi écrire, ou que vous vous demanderez ou vous vous en allez avec tout cela. Et lorsque viendra, inévitablement, cette envie de tout laisser tomber.

Pour Les Chroniques d’une cinglée, je suis partie d’office avec l’idée d’en faire un lieu qui soit un peu à l’image de ces soupers de filles – une tradition qui se poursuit encore aujourd’hui avec mon amie Karla! – et au cours desquels nos conversations peuvent invariablement passer du coq à l’âne dans un joyeux esprit un peu décalé, parfois un brin suréaliste. Un moment ou il nous arrive encore aujourd’hui de passer des sujets les plus sérieux aux blagues que nous n’oseriont jamais répéter nulle part.

Parce que, comme dans les soupers de mafiosos, ce qui se dit entre nous, reste entre nous 😉

Et je l’avoue avec le recul, au fil des années, cette idée initiale ça m’a beaucoup aidée lorsque je me posais la question par exemple de savoir si j’en racontais trop. Parce qu’alors, je pouvais me reporter à cette envie qui avait été la mienne d’un endroit ou on ne se pose pas de question. Un lieu ou on entre sans frapper ni même s’annoncer.

Pour la simple raison qu’on sait que nos amis nous acceptent telle que l’on est.

Sans flafla. Et surtout, sans jugement !

Ce qui m’amène à un troisième et dernier conseil que j’aimerais donner ici. Soit, en tout temps et toutes circonstances, de demeurer vous-même. Parce que lorsqu’on commence à se comparer aux autres, il y a toujours quelqu’un de mieux, de meilleur, de plus talentueux que soi.

Mais la grande vérité qu’on ne dit pas assez à mon avis, c’est qu’il n’y en a définitivement qu’un(e) seul(e) tel que vous!

Alors osez jouer à fond la carte de l’authenticité. Car alors, vous ne douterez jamais !

Et surtout, vous serez gagnant, quoi qu’il advienne de votre blogue!

——————————————–

« Cet article fait partie de l’événement interblogueurs #CoulissesDuBlog créé par Mia, du blog Trucs de Blogueuse. Chaque semaine de cette année 2017, je publierai un article dans lequel je partagerai avec vous les dessous de mon blogue.

Partagez avec vos proches!

Quelques suggestions de lecture supplémentaire :

Les coulisses du blogue, semaine 13: Le guide du parfait blogueur

Qu'est-ce qu'un parfait blogueur ? Immense question à laquelle il serait incontestablement un peu prétentieux de ma part de prétendre pouvoir répondre. Toutefois, comme c'est le sujet de la semaine de l'Interblogue #CoulissesDuBlog auquel je participe[...]

Les coulisses du blogue, semaine 15: La ligne éditoriale ou la danse en ligne avec son sujet

Je ne sais pas si ce n'est que moi mais il me semble que parler de ligne éditoriale lorsqu'il est question d'un blogue, ce n'est pas une mince affaire. Mais comme c'est là le sujet[...]

Les coulisses du blogue, semaine 2: La liste de mes envies pour 2017

Une nouvelle année, c'est sans doute aussi le meilleur moment que l'on puisse trouver pour réfléchir à cette fameuse liste. Celle de nos envies, désirs, souhaits. Ou encore, ces objectifs que l'on souhaite atteindre, parfois[...]

Les coulisses du blogue, semaine 10: Mon entourage face au blogue

Aujourd'hui, au moment ou vous lisez ces lignes, je suis fort probablement en train de déambuler dans les rues de Lisbonne... Car, semaine de relâche oblige, j'ai eu envie de prendre la poudre d'escampette du[...]

2 commentaires sur “Les coulisses du blogue, semaine 18: Le meilleur conseil blogging que j’aie reçu (ou que j’aurais aimé recevoir!)

  1. Bonjour Bonjour Marie 🙂

    Je vois que ça va pour le mieux dans la life 😀

    Ici je suis en reconversion de vie justement lol

    Je me suis remise à la marche, la pratique religieuse, la cuisine, la positivité et l’optimisme, le moment présent, la responsabilité personnelle et de bonnes relations aux autres !!!

    Faut dire que je n’étais pas tellement au point « avant » 😉

    Bisous bella

    1. Bonjour Yasmine ! Contente de voir que tu te portes bien ! La vie c’est d’éternels ajustements ! Aussi bien s’y faire 🙂 Au plaisir de te lire de nouveau !

      Marie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*