Les femmes, la cinquantaine et la liberté d’exister

Avoir 50 ans, je me souviens que lorsque j’étais dans la jeune vingtaine, je voyais ça comme la vieillesse. Aujourd’hui, alors que j’aurai moi-aussi 50 ans dans quelques jours, je réalise que ça a bien changé! Et je suis tellement d’accord avec cette journaliste qui raconte dans cet article sur lequel je suis tombée ce matin que la cinquantaine aujourd’hui, c’est rien de moins qu’une nouvelle liberté pour les femmes.

En ce qui me concerne, je le réalise, ma vingtaine je ne voudrais pas la retrouver, même pour tout l’or du monde!

Aussi, est-ce en raison d’une plus grande ouverture ce ce moment sur cette question du vieillissement? Ou d’un quelconque phénomène de synchronicité qui fait en sorte que j’ai l’impression qu’on s’adresse à moi, directement ?

Je ne saurais dire.

Mais, je ne sais pas pour vous mais il me semble qu’il y a certains livres – ou encore, certaines séries télé comme c’est le cas pour moi en ce moment – dont le discours semble m’avoir été personnellement adressé.

C’est ce qui s’est produit pour moi il y a quelques semaines avec la série la plus éclatée que j’aie vue depuis longtemps, «Fleabag» accessible sur Amazon Prime. Vraiment, j’ai été littéralement en extase devant le personnage joué par l’actrice Kristin Scott Thomas, présente dans l’épisode trois de la deuxième saison…

Si vous ne l’avez pas vue, ça dit ceci:

– «Les femmes viennent au monde avec la douleur chevillée au corps. C’est notre destin physique, avec le mal au ventre des périodes, les seins douloureux, l’accouchement. Nous portons cette douleur en nous tout au long de notre vie. Pas les hommes. Eux ils doivent la rechercher. Ils inventent tous ces dieux, ces démons, des choses pour ressentir la culpabilité qui est chez-nous un sentiment totalement naturel. Et ensuite, ils créent des guerres afin de ressentir des choses. Et pour se toucher quand il n’y a plus de guerres, ils jouent au rugby. Alors que nous, on a toute cette douleur juste ici, à l’intérieur. Elle fonctionne par cycle, année après année, après année.

Et tout d’un coup, juste quand vous avez l’impression d’être enfin en paix avec tout ça, qu’est-ce qui vous arrive? La MÉNOPAUSE! Oui la putain de ménopause débarque et c’est la plus merveilleuse des choses qui puisse nous arriver.

Et oui, on a le périnée qui est foutu et qui s’écroule. On a des bouffées de chaleur et tout le monde s’en fout.

Mais ensuite, on est libres. On n’est plus esclaves, on n’est plus une machine avec des pièces. On est juste une personne.

C’est horrible mais c’est aussi magnifique.»

(Kristin Scott Thomas, «Fleabag», épisode 3, saison 2 sur Amazon Prime)

Avouez! Ça fait presque envie !

Alors oui. J’aurai cinquante ans dans quelques jours. Et la vérité, c’est que je ne renoncerais à ça pour rien au monde !

Suivez et aimez nous:
error0

Quelques suggestions de lecture supplémentaire :

Les mots des autres...De l'art de remplir le vide avec de la peinture ou avec des mots

«Je crois que c'est ça, un artiste. Je crois que c'est quelqu'un qui a son corps ici et son âme la-bas, et qui cherche à remplir l'espace entre les deux en y jetant de la[...]

Les mots des autres...Ou écrire selon Sylvia Plath

«Écrire est un acte religieux: une manière d'ordonner, corriger, réapprendre et ré-aimer les gens et le monde, tels qu'ils sont et pourraient être.» (-  Sylvia Plath, Journaux, Gallimard)

Les mots des autres ou pourquoi j'écris sur moi

Crédit: Photo-libre.fr Parce que parfois, les mots des autres résonnent en moi particulièrement... M'inspirent aussi. Un extrait dans la même veine que celui d'hier !  « Quand j’écris «je», je me sens à la bonne place » (Emmanuel Carrere,[...]

Les mots des autres...Traces

«N'allez pas ou le chemin vous conduit. Quittez la route et faites vos traces» (-Pierre Morency) Ça demande du courage. Ou de l'inconscience parfois même! Mais avouons-le! C'est tellement plus excitant que de suivre bêtement un troupeau... Qui trop[...]

Les mots des autres, ou À la recherche du motif dans le tapis

Photo: IStockDe passage en librairie en début de semaine, je suis tombée sur un livre qui comme un appel, m'a semblé parfaitement en accord avec mon besoin actuel de laisser frémir la surface de mon[...]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.