Les mots des autres…Annie Ernaux parlant de la réaction de sa mère lors de la publication du livre Les armoires vides

Crédit: IStock

Et oui ! Je sais que je me fais plutôt rare ces jours ci…

C’est qu’ayant pris un long weekend avec un vendredi de congé juste pour moi (le rêve !), je me suis plongée dans l’écriture de mon livre.

Donc non pas disparue de la planète. Tout juste un peu en retrait.

Je vous laisse donc ce matin avec ce petit extrait du livre d’Annie Ernaux (L’Écriture comme un couteau) que j’ai toujours avec moi ces temps ci…

« Ce livre sera lu par la critique comme un roman, par les lecteurs comme un roman auto-biographique. Pas comme un roman par mes proches, évidemment. En premier lieu ma mère, qui vivait alors chez-moi. Avec beaucoup d’intelligence mais aussi de soumission devant la violence que je lui infligeais – elle a dû souffrir énormément à cause de ce livre – elle a joué le jeu, fait comme si tout était inventé. Quelquefois je pense qu’elle a dû se dire, « après tout, ça doit être tout le temps ainsi quand on écrit, on raconte des choses réelles et l’on baptise ça des romans » (-Annie Ernaux, parlant de la réaction de sa mère lors de la publication du livre Les armoires vides. « L’écriture comme un couteau», page 28)

Partagez avec vos proches!

Quelques suggestions de lecture supplémentaire :

Les mots des autres…ou faire table rase de la page blanche

Le fameux syndrome de la page blanche, quelle personne souhaitant écrire n’a pas connu cela un jour hein ? Voilà que je suis tombée ce matin sur cet article tiré de Slate  dans lequel on demande justement[...]

(Re)Naissance

«Vint un temps où le risque de rester à l'étroit dans un bourgeon était plus douloureux que le risque d’éclore.» (– Anaïs Nin )  Cette magnifique citation me fait penser à ce billet, écrit il y a bien longtemps[...]

Les mots des autres ou l'art de se réinventer

Crédit: Photo-libre.frLe signe que l'automne est bel et bien revenu je pense, nous apparaît d'une évidence indéniable lorsqu'on se rend compte que les journées raccourcissent et défilent à une vitesse pour laquelle nous peinons à[...]

Ode au temps qui passe, celui après lequel on cours alors qu'il fuit entre nos doigts

Photo: IStockCe matin, tout juste l'extrait d'un texte écrit par le philosophe Sénèque, il y a quelques 2000 ans! Un texte qui comme vous le verrez, n'a pas pris une ride...  Je l'ai trouvé sur le[...]

Les mots des autres

  En ce vendredi matin tout gris, une toute petite citation que j'ai trouvée magnifique...      «Seuls ceux qui se risqueront à peut-être aller trop loin sauront jusqu’où il est possible d’aller. » (-Thomas Stearns Eliot)



2 commentaires sur “Les mots des autres…Annie Ernaux parlant de la réaction de sa mère lors de la publication du livre Les armoires vides

  1. Bonjour Marie,

    J’aime lire que tu te consacres à ton livre. Je sais quel bonheur tu vas vivre en l’écrivant ; quelle rage aussi tu vas connaître lorsque les mots – qui sont si nombreux dans ta tête – ne voudront pas s’inscrire comme tu aimerais sur ton écran ou sur ta feuille. Mais je suis certaine que tu vas connaître un bonheur incomparable en donnant naissance à ton bouquin. Car, c’est douloureux l’écriture, c’est la solitude, le questionnement, mais un tel bonheur ! Je le sais, je l’ai vécu. Et lorsqu’on a connu le bonheur – quel qu’il soit – on aimerait que tous le connaître, également.

    Bonne écriture et surtout ne lâche pas ! Tu as le talent. Je n’ai qu’à lire tes billets pour le savoir. Il faut que tu le sois, itou…

    Bonne journée,

    Marjo

    1. Bonjour Marjo !

      Merci beaucoup pour les encouragements ! Tu as tellement raison lorsque tu dis que c’est parfois douloureux l’écriture !! Les périodes de doute, de remises en question et d’hésitations sont en effet quasi quotidiens… Le plus difficile est de me donner du temps pour écrire ! Avant, je le faisais dans le train mais maintenant, c’est devenu impossible car c’est devenu trop bondé ! J’essaies de trouver des « trous » ici et là mais le plus motivant c’est lorsque comme vendredi, je me prends carrément une journée, juste pour cela ! Au moins, j’ai la satisfaction de voir une évolution dans mon travail et de voir que ça se construit, lentement mais sûrement ! Et puis, finalement, j’ai du me faire à l’idée d’avoir avec moi un petit cahier en tout temps afin de pouvoir y noter toutes les idées qui me passent par la tête. Même si je ne suis pas très « papier », je dois avouer que ça fait toute la différence lorsque vient le moment d’écrire !

      Un grand merci pour tes petits mots qui sont toujours pleins d’encouragements 😉

      Marie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*