Les mots des autres…Confucius qui était visiblement moins confus que moi à certains moments

Crédit: Photo-libre.fr

«On a deux vies et la deuxième commence quand on se rend compte qu’on n’en a qu’une»                                                                       (-Confucius)

En tombant sur ces mots écrits il y a bien longtemps déjà par quelqu’un visiblement moins confus que je peux moi-même l’être à certains moments, je n’ai pu faire autrement que de ressentir à quel point ils pouvaient sonner juste…

La quarantaine, je me dis parfois que c’est sans aucun doute un moment charnière ou l’on constate que justement il semble devoir y avoir un «avant» et un «après»…

Une vie. Puis une seconde.

La première consistant probablement simplement à exister…

La seconde à chercher comment s’inventer soi-même.

La première consacrée à être comme tout le monde, à se fondre dans la masse.

La seconde à faire de son existence quelque chose d’unique.

Mais je l’avoue ! Mon Dieu que par moments, c’est difficile et que j’aurais envie de tout lâcher !

Quelques suggestions de lecture supplémentaire :

Nothing Arrived, Villagers

Parce que c'est lundi, qu'ici à Montréal il pleut, je vous ouvre ma bulle et vous offre cette chanson qui me fait vibrer ces jours-ci! Nothing Arrived de Villagers...

Les mots des autres...Devenez ce que vous êtes

«Il est tellement important de laisser certaines choses disparaître. De s'en défaire, de s'en libérer. Il faut comprendre que personne ne joue avec des cartes truquées. Parfois on gagne, parfois on perd. N'attendez pas que[...]

Du pouvoir de l'apparente insignifiance des vagues

«Pourquoi est-ce que je t'écris? Parce que j'en ai envie. Et parce que je ne veux pas attendre en silence la septième vague. Oui, ici on raconte l'histoire de l'implacable septième vague. Les six premières[...]

Les mots des autres, ou À la recherche du motif dans le tapis

Photo: IStockDe passage en librairie en début de semaine, je suis tombée sur un livre qui comme un appel, m'a semblé parfaitement en accord avec mon besoin actuel de laisser frémir la surface de mon[...]

Les mots des autres....Ces histoires que nous forgeons

«Je crois que nous avons désespérément besoin d'histoires, et surtout de celles que nous nous forgeons quand la réalité vacille. Parce que la réalité ne tient debout que si nous lui inventions une beauté.» (-Jean-François Beauchemin)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.