Les mots des autres…Mary MacLane et le bonheur

Ce qui me fascine avec les livres, c’est cet itinéraire indescriptible et un peu mystérieux qui semble se dessiner au fil de nos lectures. Un livre semblant nous conduire vers le le suivant. Un peu comme un programme littéraire qui nous serait personnellement destiné…

Alors que je suis plongée ces temps-ci dans «Les constellées» de l’auteur Daniel Grenier qui propose rien de moins que de parcourir le monde littéraire féminin depuis des siècles (je vous en reparle très bientôt), j’ai découvert par la même occasion celle qui m’apparaît un peu comme un météorite, Mary Maclane. Une auteure canadienne très peu connue vers l’oeuvre de qui j’ai eu envie de faire un détour.

Je partage ici ce que je considère comme l’un des plus beaux passages de son livre (Que le diable m’emporte, publié en 1902).

Elle avait tout juste dix- neuf ans.

D’elle je vous reparle dans mon prochain billet.

***

«Le monde se compose principalement de néant. Vous pourriez bien parvenir à cette certitude, par un jour de vent glacial qui aura balayé vos illusions.

Qu’est-ce que le vent?

Néant.

Qu’est-ce que le ciel?

Néant.

Que savons-nous?

Néant.

Qu’est-ce que la gloire?

Néant.

Qu’est-ce que mon cœur?

Néant.

Qu’est-ce que mon âme?

Néant.

Que sommes-nous?

Néant.

Nous sommes convaincus d’avoir accomplis des progrès merveilleux en arts et en sciences au cours des siècles. Quelle est la valeur de tout cela? Ça ne nous apprend pas le pourquoi de toute chose. Ça ne nous empêche pas de nous poser les éternelles questions: que faisons-nous? Ou allons-nous? Ça ne nous apprend pas pourquoi les prairies anciennes, si anciennes, reverdissent à chaque printemps; pourquoi les douces collines de Gilead dan les Hautes Terres luisent doucement après la pluie; pourquoi la poitrine du rouge-gorge ne manque jamais de se couvrir de rouge, et la corneille de noir, le roitelet de gris; pourquoi nous sommes entourés de sable stérile; pourquoi les nuages flottent au-dessus de nous; pourquoi la lune rejoint le ciel, chaque nuit, sans exception; pourquoi les montagnes et les vallées survivent aux années qui passent.

Les arts et les sciences continuent, sans cesse – mais cela ne nous empêche pas de nous poser toutes ces questions. Nos larmes ne se sont toujours pas taries. Nous continuons à souffrir en 1902, comme nos ancêtres ont souffert en 1802 et en 802.

De nos jours, nous mangeons nos bons dîners avec des fourchettes.

Il y a mille ans, les fourchettes n’existaient pas.

Et pourtant, malgré nos fourchettes, nous n’avons pas trouvé le bonheur. Nous poussons des cris, nous donnons des coups de pied, nous battons, nous pleurons, tout comme nos ancêtres le faisaient, il y a mille ans – à l’époque ou les fourchettes n’existaient pas. (…)

Et, au milieu de toutes ces énigmes, nous nous demandons pourquoi certains d’entre nous ont le don de croire sans poser de questions, pendant que les autres se torturent en interrogations.»

(- Mary MacLane, «Que le diable m’emporte» 1902)

Suivez et aimez nous:
error0

Quelques suggestions de lecture supplémentaire :

Les mots des autres... Anne Percin

«On dirait qu'il manque quelque chose: une place, quelque part, pour exister. On se débat pour se tenir la tête émergée, on se voit pas plus loin que le bout de son nez et toutes[...]

Les mots des autres...Mona Chollet

«J'ai vécu moi aussi immergée dans un monde ou il n'y avait rien de plus réel, rien de plus digne d'intérêt que les livres et l'écriture. Peut-être nos parents nous communiquent-ils parfois des passions si[...]

Les mots des autres...Traces

«N'allez pas ou le chemin vous conduit. Quittez la route et faites vos traces» (-Pierre Morency) Ça demande du courage. Ou de l'inconscience parfois même! Mais avouons-le! C'est tellement plus excitant que de suivre bêtement un troupeau... Qui trop[...]

Enfance

Une citation que j'ai adorée en lisant le livre Une enfance pour la vie de Mario Proulx... Et que j'ai envie de partager avec vous. Pour vous donner envie de le lire, en entier... Parce qu'à mon[...]

Les mots des autres...Simone de Beauvoir

Qui pourrait affirmer sans rire que ces mots écrits il y a des décennies sont dépassés? D'une pertinence troublante... «N'oubliez jamais qu'il suffira d'une crise politique, économique ou religieuse pour que les droits des femmes soient remis[...]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.