Les mots des autres ou lorsque le récit de notre propre histoire devient comme un rite de passage

Fleurs sauvages (c) 2010 Michael Bourquin

Et si le fait d’écrire au «Je» se voulait tel un rituel sacré ?

« Je reprends possession de mon passé»

(-Annemarie Trekker)

 « Je suis fille unique de parents eux-mêmes enfants uniques. Il y a quelques années, ma mère, décédée depuis, a eu la maladie d’Alzheimer et, à la même époque, j’étais en difficulté avec mon père. Cet épisode m’a conduite à écrire un livre : je voulais reprendre possession de ce qui m’appartenait, mon passé. Je n’ai pas pu l’écrire à la première personne du singulier car c’était trop difficile, mais c’était le récit de ma propre histoire. Écrire sur soi, c’est se remettre en mouvement et ne pas se figer dans un «soi» établi une fois pour toutes. En remontant la chaîne familiale, j’ai eu l’impression d’enlever une chape de silence. Aujourd’hui, j’anime des tables d’écriture en «histoires de vie», aventure qui a donné naissance à une maison d’édition. Transformer ses souvenirs, sa mémoire en un livre, par un travail de mise en forme, est constructeur. Je le compare à un rite de passage comme on en connaît dans les sociétés archaïques, avec la traversée des âges de la vie. Là, l’écriture vient dire : «Tu as accompli un rituel que tu n’avais pas pu accomplir précédemment.» Les mots sont une excellente médiation pour réussir à parler de soi tout en prenant une certaine distance et, lorsque c’est bien fait, l’intime rejoint l’universel. »
(Annemarie Trekker est l’auteure de La Mémoire confisquée (L’Harmattan, 2003). Elle est directrice éditoriale des éditions Traces de vie (Belgique) Extrait du Psychologie Magazine, Pourquoi j’écris sur moi, Septembre 2010)

*********************

Quant à moi, je suis a évaluer une nouvelle idée qui a germée récemment à mon esprit…

La grande question qui me talonne depuis ? Mais est-ce trop fou ?  

Suivez et aimez nous:
error0

Quelques suggestions de lecture supplémentaire :

La sagesse du Fortune Cookies

Lu sur la note à l'intérieur d'un Fortune Cookies:  « Focalisez-vous sur votre objectif à long terme » Bonne idée sans doute ! Car suis-je la seule à penser que nous avons parfois un peu tendance à les oublier un peu[...]

Les mots des autres…ou faire table rase de la page blanche

Le fameux syndrome de la page blanche, quelle personne souhaitant écrire n’a pas connu cela un jour hein ? Voilà que je suis tombée ce matin sur cet article tiré de Slate  dans lequel on demande justement[...]

Les mots des autres, ou À la recherche du motif dans le tapis

Photo: IStockDe passage en librairie en début de semaine, je suis tombée sur un livre qui comme un appel, m'a semblé parfaitement en accord avec mon besoin actuel de laisser frémir la surface de mon[...]

Romain Gary, ou lorsqu'on a plus la vie devant soi

«Je me demande si toute ma vie n'a pas été, aussi bien comme romancier que comme changeur de métiers si je puis dire, un effort de ne pas être moi-même. Et le roman le permet.[...]

Du pouvoir de l'apparente insignifiance des vagues

«Pourquoi est-ce que je t'écris? Parce que j'en ai envie. Et parce que je ne veux pas attendre en silence la septième vague. Oui, ici on raconte l'histoire de l'implacable septième vague. Les six premières[...]

8 commentaires sur “Les mots des autres ou lorsque le récit de notre propre histoire devient comme un rite de passage

    1. Bonjour Sylvie !

      Ce n'est pour le moment qu'un germe d'idée que je dois encore mijoter pour en définir les détails. Je ne peux pas en dire plus pour le moment !

      Une bonne journée à toi !

      Marie

  1. Laisse aller ton fou comme on dit.

    Si ton idée en plus concerne l'écriture, n'hésite pas. Fonce à mille kilomètres et plus…

    Bonne journée,

    Marjo

    1. Wow ! Je ne pensais jamais que cette toute petite phrase en fin de mon texte allait susciter autant de réactions 🙂 Je vais en parler très bientôt, décidément !!

      Une bonne journée à toi Carina !

      Marie

  2. Écrire au je est toute une expérience. Je l'ai fait il y a de nombreuses années pour animer des groupes de soutien. Quand on écrit au je on nomme le sentiment qui nous habite. Par contre en lisant ton livre que tu as mis gratuitement sur ce blogue,j'ai remarqué que tu introduis quelques fois le « elle » en parlant de toi.J'adore ça. C'est une belle introduction pour des sujets parfois plus difficiles. Et disons le,mon personnage préféré dans la petite vie s'appelait Réjean car justement il parlait à la troisième personne. Comme si il n'avait aucun rapport avec lui -même et ainsi pouvait dire un peu n'importe quoi de « l'autre ». Moi aussi je suis curieuse de connaître la suite de tes réflexions quand tu te sentiras prête à nous la partager bien sûr. Bonne journée Marie!

    1. Bonjour Étoile ! Et oui, comme tu le dis si bien, le « Je » est beaucoup plus « impliquant », plus personnel. Quant au « Elle » dont tu parles, je m'amusais à l'époque à faire comme si j'entendais des voix 🙂 Mon entourage à un peu craint pour ma santé mentale un court instant 🙂 J'aimais bien ce fait de faire entrer un autre point de vue de cette façon !

      Quant à ce fameux projet qui mijote actuellement, j'y reviendrai dans les prochains jours: promis !!

      Marie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.