Les mots des autres…Six degrés de séparation

Crédit: IStock

Certaines de nos lectures nous laissent parfois un sentiment de plénitude une fois la dernière page refermée… C’est le cas de «L’angoisse du poisson rouge» de Mélissa Verreault, dont je viens de terminer la lecture.

Je vous laisse donc avec cette magnifique citation… Et vous parlerai de cette lecture dans les prochains jours.

«Nous nous croyions exceptionnels avec nos vies remplies d’anecdotes improbables et nos destins alambiqués. Nous n’avions pas pris conscience que c’est la norme. Tous ont une histoire incroyable. Il n’y a pas de vie simple. On a l’impression que certaines existences sont sans intérêt. C’est qu’on  ne connaît rien de leurs chicanes de famille, de leurs déchirures amoureuses, de leurs maladies incurables, de leurs départs impromptus, de leurs enfants perdus, de leurs incendies dévastateurs, de leurs fortunes dilapidées, de leurs cordes au cou. Pas plus qu’on ne se doute des grands bonheurs qui accompagnent ces sourires en apparence satisfaits. On ne saisit jamais quelle part d’impossible cachent les regards qu’on croise. On dit que six degrés nous séparent de tout le monde sur la planète. Que nous sommes liés les uns aux autres par un maximum de cinq personnes interposées. C’est beaucoup moins que ça, j’en suis certain. Nous sommes liés les uns aux autres sans que rien nous sépare, tous semblables que nous sommes dans notre tentative infinie de nous reconnaître sur les visages qui défilent devant nous»

(-L’angoisse du poisson rouge, Mélissa Verreault, page 423)

Suivez et aimez nous:
error0

Quelques suggestions de lecture supplémentaire :

Pages féminines d'un autre temps...De la vraie nature des femmes

Je suis en ce moment dans la lecture d'un bouquin vraiment fascinant, «Une éducation» de l'auteure américaine Tara Westover.  En bref, celui-ci raconte le parcours auto-biographique absolument fou d'une jeune femme née en 1986, en[...]

Romain Gary, ou lorsqu'on a plus la vie devant soi

«Je me demande si toute ma vie n'a pas été, aussi bien comme romancier que comme changeur de métiers si je puis dire, un effort de ne pas être moi-même. Et le roman le permet.[...]

Les mots des autres...Simone de Beauvoir

Qui pourrait affirmer sans rire que ces mots écrits il y a des décennies sont dépassés? D'une pertinence troublante... «N'oubliez jamais qu'il suffira d'une crise politique, économique ou religieuse pour que les droits des femmes soient remis[...]

Les mots des autres...Dans une prison sans barreaux

« Mais le pire, quand on habite une prison sans barreaux, c’est qu’on n’a pas même conscience des écrans qui bouchent l’horizon; j’errais à travers un épais brouillard et je le croyais transparent » (- Simone[...]

Les mots des autres...Annie Ernaux

«En ce moment même, dans les rues, les open spaces, le métro, les amphis, des millions de romans s'écrivent dans les têtes, chapitre après chapitre, effacés, repris et qui meurent tous, d'être réalisés ou de[...]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.