Les mots des autres…Train de nuit pour Lisbonne

Crédit: Pexels

Nous laissons quelque chose de nous quant nous quittons un lieu.

Nous y restons bien que nous en partions.

Il y a des choses en nous que nous ne pouvons retrouver qu’en y retournant.

Nous partons vers nous-même quant la monotone trépidation des roues nous porte vers un lieu ou notre vie à fait un bout de son chemin, aussi court fut-il.

Mais en partant vers nous-même, nous devons affronter notre propre solitude.

Et s’il est vrai que tous nos actes sont en partie déterminés par la peur de la solitude, est-ce pour cela que nous renonçons à toutes ces choses que nous regretteront à la fin de notre vie?

Est-il finalement question de l’image que l’on a de soi?

De l’idée déterminante de ce que l’on devrait avoir accompli et vécu pour que cela devienne une vie dont on pourrait être satisfait ?

Si c’est le cas, la peur de la mort pourrait être décrite comme la peur de ne pas pouvoir devenir celui que l’on s’est donné pour but.

Quand s’abat sur nous la certitude que la complétude ne sera jamais plus atteinte nous ne savons plus soudain comment vivre le temps qui ne peut plus être vécu en fonction d’elle.

(-Amadeu de Pradou, Train de nuit pour Lisbonne (film dont les mots sont tirés du livre L’Orfèvre des mots de Pascal Mercier)

Quelques suggestions de lecture supplémentaire :

Sans compromis

 Photo: PABvision.com Lundi matin plutôt frais qui ne laisse plus aucun doute sur le fait que l'été soit en train de fuir, lentement mais sûrement... Et une citation sur laquelle je suis tombée[...]

Never Ending Story

Photo: PABvision.comVous le savez ! Les questions relatives à la filiation me fascinent particulièrement ! Ma façon bien à moi de tenter de répondre à l'éternelle question «Qui suis-je ?» ou encore, «Quelle est le sens[...]

Les mots des autres... L'humanité selon Henning Mankell

«Ceux que tu croises, dans la vie, sont innombrables. Tu les remarques un instant, puis tu les oublies. Parfois, un échange de regards peut conduire à une forme de contact. Avec quelques-uns, tu noues un[...]

Les mots des autres ou pourquoi j'écris sur moi

Crédit: Photo-libre.fr Parce que parfois, les mots des autres résonnent en moi particulièrement... M'inspirent aussi. Un extrait dans la même veine que celui d'hier !  « Quand j’écris «je», je me sens à la bonne place » (Emmanuel Carrere,[...]

Les mots des autres...Six degrés de séparation

Certaines de nos lectures nous laissent parfois un sentiment de plénitude une fois la dernière page refermée... C'est le cas de «L'angoisse du poisson rouge» de Mélissa Verreault, dont je viens de terminer la lecture. Je vous[...]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.