Les mots des autres…Train de nuit pour Lisbonne

Crédit: Pexels

Nous laissons quelque chose de nous quant nous quittons un lieu.

Nous y restons bien que nous en partions.

Il y a des choses en nous que nous ne pouvons retrouver qu’en y retournant.

Nous partons vers nous-même quant la monotone trépidation des roues nous porte vers un lieu ou notre vie à fait un bout de son chemin, aussi court fut-il.

Mais en partant vers nous-même, nous devons affronter notre propre solitude.

Et s’il est vrai que tous nos actes sont en partie déterminés par la peur de la solitude, est-ce pour cela que nous renonçons à toutes ces choses que nous regretteront à la fin de notre vie?

Est-il finalement question de l’image que l’on a de soi?

De l’idée déterminante de ce que l’on devrait avoir accompli et vécu pour que cela devienne une vie dont on pourrait être satisfait ?

Si c’est le cas, la peur de la mort pourrait être décrite comme la peur de ne pas pouvoir devenir celui que l’on s’est donné pour but.

Quand s’abat sur nous la certitude que la complétude ne sera jamais plus atteinte nous ne savons plus soudain comment vivre le temps qui ne peut plus être vécu en fonction d’elle.

(-Amadeu de Pradou, Train de nuit pour Lisbonne (film dont les mots sont tirés du livre L’Orfèvre des mots de Pascal Mercier)

Partagez avec vos proches!

Quelques suggestions de lecture supplémentaire :

Ode au temps qui passe, celui après lequel on cours alors qu'il fuit entre nos doigts

Photo: IStockCe matin, tout juste l'extrait d'un texte écrit par le philosophe Sénèque, il y a quelques 2000 ans! Un texte qui comme vous le verrez, n'a pas pris une ride...  Je l'ai trouvé sur le[...]

En passant...

Photo: PABvision.comCe matin, peu de temps pour écrire... Tout juste une petite pensée à partager... Quelques mots qui flânaient sur mon passage...  «L'expérience, ce n'est pas ce qui arrive à quelqu'un, c'est ce que quelqu'un[...]

Romain Gary, ou lorsqu'on a plus la vie devant soi

«Je me demande si toute ma vie n'a pas été, aussi bien comme romancier que comme changeur de métiers si je puis dire, un effort de ne pas être moi-même. Et le roman le permet.[...]

Ce n'est pas moi qui l'ai dit !

Photo: IStock                  « Il n’y a pas de honte à préférer le bonheur.»    (- Albert Camus, La Peste, 1947)

Les mots des autres...Frida Kahlo

«Pour créer son propre paradis, il faut parfois puiser dans son enfer personnel» (Frida Kahlo) Est-il vrai que rien ne se perd, rien ne se crée ? Mais que tout se transforme ? Peut-être bien !



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.