Les mots en désordre, sans point ni virgule

Crédit: Photo-libre.fr

Étrangement

c’est bien souvent dans le métro que commencent à s’écrire la plupart de mes billets

Parce qu’alors que je suis entourée d’une foule massive et compacte

dans un moment qui plus souvent qu’autrement me donne cette impression de me trouver dans une boîte de sardines plutôt que dans un moyen de transport

laisser mes pensées vagabonder semble alors être la seule chose que je sois parvenue à trouver pour recomposer ma bulle

Loin du bruit ambiant

Et du désordre extérieur

Combien de fois en effet n’ai-je eu alors cette image d’une boule neigeuse qui après avoir été bougée laisse son détenteur voir se déposer lentement les milles petits flocons synthétiques qui s’y trouvent

À l’image de mes pensées vagabondes et désordonnées qui semblent s’enfuir par la fenêtre du wagon

Un peu comme ces feuilles de journaux abandonnés aux courant d’air et qui volettent dans le tunnel au passage du train

Des pensées bien décidées à mener leur vie à elles

loin du brouhaha quotidien

Et qui un ou plusieurs jours plus tard ne m’apparaîtront comme soudainement plus aussi désordonnées

Parce que le temps faisant son œuvre mes pensées se sont comme elles aussi trouvées une place dans l’univers

Pour soudainement former dans mon esprit «un tout» qui d’un coup me semble avoir trouvé un sens qui jusque-là m’avait échappé

Mais trop tard malheureusement pour la plupart d’entre elles

Ces pensées déserteuses qui avant que le train ne se soit arrêté me laisseront cette impression d’avoir pris la poudre d’escampettes

Et moi à me demander une fois sur le quai quel pouvait bien avoir été le point de départ de ces pensées désordonnées qui se sont précipitées dans ma tête

Le temps d’un aller

Ou d’un retour

Allez savoir

Mais clairement

Sans point ni virgule

Suivez et aimez nous:
error0

Quelques suggestions de lecture supplémentaire :

Mon Alphabet... A comme dans Ailleurs

Un Ailleurs, c'est toujours incroyablement attirant, n'est-ce pas? Parce que c'est comme d'avoir à nouveau quinze ans et des tas de possibilités. Ou encore, d'être devant le choix de prendre une route ou l'autre parmi ces dizaines[...]

Des mots, des mots

Alors que le sort m'essore le port m'emporte. Sous le vent vantard ...le bord de ma robe se dérobe. Le temps, lui, tempère pendant que son fil se défile ...se disloque Puis s'envole.

Gribouillis sur coin de table

  Assise en apesanteur Sur un mince fil entre deux rives Le cœur déserteur L'esprit à la dérive.   Les pieds dans le vide La tête ailleurs Fugace astéroïde Que ce cœur baladeur!   Fragile équilibre Un instant maintenu Que l’on tente de retenir Avant qu'il ne soit rompu.

6 décembre 1989

J'ai l'impression parfois qu'il  y a de ces événements que pendant toute une vie, celle-ci puisse-t-elle durer cent ans, nous ne pourrons jamais oublier.  Parce que semblant devoir figurer comme un grand point rouge sur[...]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.