L’ordre des choses

Crédit: IStock

Aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours su que j’allais écrire. Peut-être parce que, confusément, je pressentais que la seule façon que j’aurais jamais d’exorciser mes démons familiaux ce serait par l’écriture. Par ces mots qui coulent comme le sang dans les veines…

Ou encore, comme un fleuve que rien ne peut contrôler. Et dont les eaux finissent par inonder tout ce qui se trouve aux alentours. Même les terres les plus arides…

Je vous disais il y a une semaine ou deux que j’étais devant une décision difficile. Tellement que j’ai eu comme cette impression d’avoir la tête complètement vide, incapable de me concentrer sur quoi que ce soit d’autre.

Dans les faits, j’ai reçu une offre d’emploi. Du genre qui aurait pu solutionner plusieurs de mes problèmes, celui du temps fou que je passe au quotidien dans les transports notamment. Un peu en fait comme si j’avais reçu sur un plateau d’argent tout ce que je souhaitais depuis des semaines, voir des mois. Soit de me rapprocher de la maison. De continuer de travailler dans mon domaine : les médias. De ne plus, surtout, avoir cette impression de « gaspiller » ces plus de trois heures de temps précieux au quotidien, qu’autrefois je consacrais à l’écriture, mais qu’aujourd’hui, alors que le train est carrément sur-bondé, je perds tout simplement dans le caniveau du quotidien… Debout à regarder par la fenêtre la vie qui défile.

Aujourd’hui, j’ai peine à croire que j’aie dit non. Car être choisie, suite à deux entrevues parmi d’autres candidats, je l’avoue, c’est bon pour l’estime personnel. Et cela, clairement, j’en avais bien besoin! Parce qu’après des années a moi-même recevoir des « Nons » en quantité industrielle, c’est un peu comme s’il eut été normal d’en recevoir encore…

Mais en cours de processus, un peu comme pour voir mes options pour changer ces choses qui me déplaisent depuis des lustres il me semble, je me suis assise avec ma patronne pour lui demander s’il pourrait être envisageable de travailler quatre jours par semaine à l’avenir, au lieu des cinq actuels. Demande qu’à ma plus grande surprise, elle a accepté.

Le lendemain, j’apprenais que j’étais choisie pour l’autre emploi.

Finalement, j’ai fini par faire le choix auquel je m’attendais le moins, soit de demeurer dans mon emploi actuel, même si depuis bien longtemps, je souhaitais en changer. Et je réalise maintenant que ce qui a le plus pesé dans la balance, ce sont ces journées, les vendredis, au cours desquelles je ne serai plus une mère, une épouse, une employée. Et ou je n’appartiendrai plus qu’à moi.

Enfin !

Des journées que je compte consacrer à la chose la plus naturelle, la plus vitale du monde à mes yeux : l’écriture.

Il y a quelques mois seulement, je n’aurais jamais imaginé envisageable de refuser une offre d’emploi intéressante. Aujourd’hui, je me dis que c’était peut-être dans l’ordre des choses.

Un peu comme si en cours de route, j’avais réalisé qu’en cherchant continuellement de la « stimulation » dans mon univers professionnel, je courrais après le mauvais cheval.

Comme quoi, la vie n’est jamais à court de surprises n’est-ce pas?

Suivez et aimez nous:
error0

Quelques suggestions de lecture supplémentaire :

Entre incertitudes et convictions

La vie est remplie d'incertitudes. Ces choses que l'on imagine dans sa tête sans nécessairement en avoir la confirmation dans le réel. Ces questions que l'on se pose depuis toujours et pour lesquelles nous devrons probablement nous[...]

L'arbre qui cache la forêt...

Écrire sur soi, ce n'est pas toujours une partie de plaisir. Encore moins, peut-être, lorsqu'on est une femme. Voilà que ce matin, je suis tombée sur cet article de La Gazette des Femmes dans lequel on parle justement d'un[...]

Noircir des pages pour te conjuguer enfin, même au passé

Pourquoi est-ce que je te cherche de cette façon? Noircissant des pages et des pages comme on va sur une route que l'on saurait sans fin. Et surtout, comme si j'espérais ainsi finir par y voir ton[...]

L'écriture inclusive: le sujet explosif de l'heure

L'écriture inclusive, ça vous dit quelque chose ? Sinon, clairement vous manquez quelque chose! Parce que définitivement, ça semble être le sujet de l'heure, celui-ci au cœur d'une immense polémique ayant cour actuellement sur internet et[...]

Métropolis Bleu: Rendez-vous avec les écrivains, l'écriture et la littérature

Chaque année au printemps, je me fais une fête d'assister à cet événement littéraire Montréalais qu'est le Métropolis Bleu! Et voilà que ces jours-ci, nous sommes en plein cœur de ce qui constitue presque la «mecque»[...]

6 commentaires sur “L’ordre des choses

  1. Je voudrais que tu te sentes plus sereine seulement il existe deux courants de pensée :
     »La meilleure décision est souvent celle que l’on ne prend pas. »
    Signé ; heu… Yogi (?)
    « La pire décision de toutes est celle que l’on n’a pas prise. »
    Signé : Zig, pas le Zig de Zig et Puce, mais un surnommé Zig Ziglar.

    Soit donc sereine : Tu n’as pas pris la décision de changer et tu as pris celle de ne rien changer.
    Conclusion : Tu as raison dans les deux cas.

    Le Papou (philosophe)

    1. Bonjour Papou ! Effectivement, à la base, je n’ai presque rien changé mais cette réflexion m’a emmenée à oser demander de travailler moins afin d’avoir plus de temps pour écrire. Nous pouvons avoir l’impression que je n’ai rien changé mais pour moi, ça change beaucoup de choses. J’ai réalisé à travers tout cela que finalement, ce qui comptait le plus pour moi, c’est mon projet d’écriture. Clairement, on ne peut pas tout avoir dans la vie. Ou plus simplement, tout ne mérite pas nécessairement qu’on y mette la même énergie. En dispersant mes énergies dans le travail Et dans l’écriture, j’avais l’impression de ne rien accomplir de façon satisfaisante. Peut-être qu’en mettant ma priorité sur mon projet personnel, le tout m’apparaîtra moins frustrant ? Je l’espère 😉

      Certainement, il n’y a pas de recette magique. Juste des essais et erreurs !

      Une bonne journée !

      Marie

  2. Bonjour Marie,

    Je vois que tu as choisi d’écouter ton coeur et ta raison. Parfois les deux vont bien ensemble.

    Je suis heureuse pour toi ; tu pourras profiter de tes vendredis et les consacrer à l’écriture. Quel bonheur tu vas ressentir lorsque tu laisseras les mots de ton futur livre danser sur tes pages.

    Bonne écriture et bon vendredi hebdomadaire !

    Marjo

    1. Allo Marjo ! Effectivement, c’est bon de savoir que j’aurai enfin le temps de façon à voir évoluer mon projet. C’est encourageant !

      Bonne journée à toi !

      Marie

  3. La vie est aussi surprenante que nous le sommes face à des décisions innatendues. Le hasard a parfois ce mérite de nous rappeler à nos bonheurs et nos réalisations. Le changement à tout prix n’est pas forcément la meilleur option. Il suffit d’un petit coup de pouce dans notre quotidien pour raviver la satisfaction.

    1. C’est vrai que la fuite en avant est rarement la solution à tout ! Un jour ou l’autre, comme pour une maison, on se rend compte qu’il vaut parfois mieux réaménager les meubles que de toute foutre en l’air !

      Bienvenue sur mon blogue et merci d’être passée par ici 🙂

      Marie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.