Lorsque les vagues emportent tout

Photo prise par mon amie Valérie, en vacances dans le Maine

J’ai déjà lu un très beau passage d’un livre de philosophie bouddhiste dans lequel l’auteure, parlant de la vie, disait à peu près ceci.

Nous sommes comme des enfants construisant un château de sable. Nous l’embellissons avec de beaux coquillages, des bouts de bois qui flottent et des morceaux de verre de couleur. Ce château est le nôtre, interdit aux autres. Nous sommes prêt à le défendre contre quiconque voudrait le briser ou même le détruire. Cependant, malgré tout l’attachement que nous ayons pour lui, nous savons que la marée viendra inéluctablement et emportera notre beau château de sable. La solution étant d’en jouir au maximum mais sans fixation et, le moment venu, de le laisser se dissoudre dans la mer…

En ce jeudi pluvieux et tristounet – on se croirait comme au jour de la marmotte tellement le scénario semble avoir été « copié-collé » sur celui d’hier…et sur la journée d’avant ! – je rêve… de vacances…

De celles qui viendront en juin et qui pour moi, signifieront du coup que j’ai ENFIN terminé mes cours d’université ! Car il vrai que même s’il ne me reste qu’un texte à terminer (presque rien !), c’est un peu comme si je manquais de carburant et que je n’arrivais pas à m’y mettre… Mais comme le tic tac de ma montre fait entendre son décompte infernal, je sais bien que je devrai bien m’y atteler si je veux arriver au 20 mai en même temps que tout le monde !

Et pouvoir enfin parler de cette période de ma vie …au passé.

En attendant, je rêve…de vacances !

Quelques suggestions de lecture supplémentaire :

Un panier d'étoiles pour la route

J'avais déjà abordé le sujet dans une chronique le printemps dernier, alors que je parlais du fait qu'une quantité incroyable de personnes passait dans nos vies, une infime minorité d'entre elles ayant le potentiel d'y[...]

Par Riverside je me suis laissée aspirer...et inspirer

Ce matin, en venant au travail les écouteurs bien calés sur les oreilles, je me suis mise à écouter cette chanson en boucle, comme il m'arrive parfois de le faire. Et, un peu comme si[...]

Lorsque les livres poussent dans les arbres

A-t-on déjà vu les livres pousser dans les arbres ? Bien que l'idée ait l'air plutôt surprenante, c'est pourtant un peu une réalité à Mont-Laurier dans les Laurentides alors que le sculpteur Bill Kidwell et le[...]

Francesca Woodman à la Fondation Henri Cartier-Bresson de Paris

J'ai toujours été fascinée par ce genre de personnages issus d'un passé qui semble aujourd'hui révolu. De ceux qui dans certains cas, donnent à la limite ce sentiment d'avoir été littéralement tirés de quelques fictions.[...]

Lorsque livre, inspiration et tirage riment ensemble !

Depuis quelques temps, je réfléchis à des façons de rendre mon blogue plus vivant, plus attrayant, plus inspirant. Parce que, de l'inspiration, on en a tous besoin dans notre vie de tous les jours n'est-ce[...]

2 commentaires sur “Lorsque les vagues emportent tout

  1. Je vous lis depuis quelque temps, déjà, et j'aimerais vous dire que vous avez une belle plume et que votre français écrit donne le goût d'améliorer notre belle langue.

    La réflexion philosophique bouddhiste que vous soulignez est touchante et tellement véridique.

    Bonne chance dans vos examens !

    MarieJo

  2. Merci tellement de votre visite ! Si vous saviez combien les commentaires comme le vôtre font ma journée 🙂

    Bien sur, écrire fait beaucoup de bien mais lorsque nous sommes lus, c'est mieux 🙂

    Pour la citation, il me semble que je l'avais lue dans le livre «Conseil d'une amie pour des temps difficiles» de Pema Chodron…un magnifique livre très inspirant et que j'avais beaucoup aimé !

    Bonne journée à vous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.