Maternitude, couches souillées et gagne-pain

IStock
IStock

Il y a une tendance lourde dans la société ces dernières années et qui se reflète comme si elle était grossie mille fois dans les médias.

Et j’ai nommé le complexe de la super maman.

Vous savez ce dont je parle j’en suis convaincue ! Il suffit de se rendre sur n’importe quel forum de discussion portant sur la vie de maman pour se retrouver en deux secondes et quart avec un festival de celles – mamans à la maison – qui se mettent à culpabiliser les autres – celles qui travaillent et n’ont par conséquent pas le choix d’envoyer leurs enfants à la garderie – d’être des égoïstes de la pire espèce ! Et le principe se répercute, peu importe l’angle que l’on puisse choisir. Vous n’allaitez pas ? Misère, vous êtes une ingrate ! Vous laissez votre enfant à la garderie ? Mais quelle genre de mère êtes-vous ? Vous donnez du Kraft Dinner à vos rejetons ? Vous aurez beau crier haut et fort qu’il s’agit de la meilleure source de jaune fluo qui soit, affirmer catégoriquement que vous en avez vous même mangé lorsque vous étiez petite, sans en mourir, vous ne gagnerez pas ce combat !

Adjugé ! Vous êtes la pire des mères !

Ce matin dans la Presse, je suis tombée sur cet article dans lequel on raconte qu’en Suède, ce pays qu’on dit le meilleur endroit au monde en ce qui concerne les droits de la famille, un homme, David Eberhard, père de famille et psychiatre vient de sortir un livre dans lequel il lève le drapeau rouge sur une société qui a littéralement perdu le contrôle face à ses enfants. Rien de moins qu’«une génération de petits cons » en devenir selon ses propres termes.

Car c’est le moins que l’on puisse dire: « Comment les enfants ont pris le pouvoir» ne fait pas dans la dentelle et est bien loin de ménager les parents de ce paradis sur terre que semblait être jusque là la Suède !

En ce qui me concerne, « pu capable » !!!

J’en suis personnellement venue à la conclusion bien personnelle que le grand problème de nos sociétés modernes, ce n’est ni de travailler, ni de choisir de demeurer à la maison avec ses enfants.

Non !

Le grand problème c’est probablement de se sentir coupable d’aller travailler – et Oh Horreur ! – d’aimer le faire. Ou pire encore ! D’avoir b-e-s-o-i-n de ces quelques heures par jour pendant lesquelles nous ne sommes pas des mères au service des autres. Mais un humain, tout simplement, avec des désirs et des ambitions.

Le grand problème c’est de sentir coupable au point de ressentir cette nécessité de s’en excuser et d’ainsi tout laisser passer à nos enfants. Pour qu’ils nous en veuillent moins maintenant peut-être. Mais en oubliant ces monstres d’égoïsme en devenir que nous devrons gérer tôt ou tard!

Alors et vous ? Pour faire un peu différent ici, de quelle espèce de mère ingrate êtes-vous ? (histoire de se déculpabiliser collectivement 😉

Au pire, il sera toujours temps de culpabiliser après :-))

Suivez et aimez nous:
error0

Quelques suggestions de lecture supplémentaire :

L'éternelle conciliation travail-famille !

Probablement que je ne révélerai pas de secret d'état en affirmant que la conciliation travail-famille, c'est un peu mon dada, n'est-ce pas? Clairement le genre de sujet qui attire immanquablement mon oeil de femme multi-taches,[...]

Apparence

J'ai 20 lbs de trop. Mon nez est trop gros. Mes yeux trop petits. Mon ventre, trop gros. Mes fesses, trop plates. Mes cheveux, sont trop fins et raides. Mes dents ne sont pas tout[...]

Pourquoi ce sont les femmes qui vont sauver la planète

Collaboration de Aude Lagardet (du blogue Écologie-citadine) J’ai lu quelque part que les femmes utilisaient beaucoup plus leur sèche-cheveux, ce qui consomme beaucoup de l’électricité. Elles achètent aussi plus de vernis à ongles, plus de l’acétone[...]

Défouloir en zone contrôlée pour filles au bord de la crise de nerfs!

Ah ! Les soupers de filles ! Vous savez ce que c'est n'est-ce pas ? On sait où ça commence ces affaires là ! Mais pas nécessairement ou ça se termine ! Certains d'entre vous -[...]

De l'amour et du papier

J’avais tout juste 25 printemps lorsque je fis le grand saut et décidai d’emménager avec mon chum. Je n'étais pas née de la dernière pluie, j'avais bourlingué un peu et, en grande fille responsable que[...]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.