Maternitude

Crédit: PIxabay

Comment détermine-t-on que nous sommes une bonne mère? Voilà une bien grosse question pour débuter la semaine, j’en conviens! Une question que m’a posée un ami français avec qui j’échange par courriel depuis environ sept ou huit ans alors que nous parlions des pressions sociales énormes visant les mères.

Et qui m’est revenue en tête lors de mon lunch mensuel de filles avec Karla jeudi dernier… Un peu comme si cette interrogation flottait dans l’air alors que je l’ai abordée à quelques reprises ces dernières semaines, et ce, avec différentes personnes.

Peut-être, comme le suggérait Marguerite Duras dans son œuvre, faut-il être un peu folle pour être mère. Comment expliquer autrement que nous nous imaginions pouvoir consoler nos enfants de tous leurs mauvais rêves ? Que nous pensions pouvoir leurs éviter tous les malheurs du monde, frôlant par là même le risque de les surprotéger?

C’est vrai que les mères doivent être un peu folles pour alimenter et nourrir leurs enfants, leur faire croire que la vie est merveilleuse malgré les déceptions et les douleurs… Les mères doivent être folles n’est-ce pas pour raconter des histoires, inventer des jeux et répondre à toutes les questions… Et pour croire ne serait-ce qu’un instant qu’elles peuvent travailler à temps plein mais néanmoins être partout et sur tous les fronts à la fois…

Mais être mère implique aussi il me semble que nous soyons d’abord une femme. Avec des besoins de femmes. Une chose que nous avons bien souvent tendance à oublier, alors que nous nous sentons parfois coupables d’être crevée ou d’avoir envie de nous exiler sur une ile déserte.

Loin de tout !

Un peu comme si le fait de devenir mère interdisait désormais de penser à nous…. Notre vie de femme dès lors toute destinée à lancer dans la vie nos enfants pour qui nous voudrions tellement le meilleur ! Au prix de s’oublier soi-même… Un peu comme si le fait d’avoir des enfants devrait nous assurer une plénitude éternelle…

Mais d’où nous vient cette idée que les mères doivent être parfaites ? De la société ou de nous même ?

Suivez et aimez nous:
error0

Quelques suggestions de lecture supplémentaire :

Mal de mère: Le Top 3 de mes coups de coeur littéraires dédiés à la mère, 1 de 3

«On aurait beau dire merde à sa mère dans un roman, ce serait pris pour une déclaration d’amour»     (-Livre de ma mère, Albert Cohen) Ce dimanche, ici au Québec ce sera la fête des mères,[...]

L'art de multiplier les heures

Jeudi dernier, je suis tombée sur un article de La Presse sur Internet qui traitait de conciliation travail-famille - vous savez combien le sujet me préoccupe ! – et j’y ai trouvé un angle de[...]

Du vent

Photo: IStock Mon Dieu qu'aujourd'hui, la pression elle est partout! Je sais, j'ai l'impression de radoter un peu lorsque je dis cela, surtout, que je le dis souvent ! Mais comment faire autrement lorsqu'on tombe sur une[...]

Pages féminines d'un autre temps...Femmes apprenez à vous défendre contre les misères inhérentes à votre sexe

Qui a dit qu'il était simple d'être femme? Si on en croit ces vieilles publicités des années 30, naître femme c'était l'assurance de la décrépitude annoncée... Mais O miracle ! Il y avait une pilule pour tous[...]

Des femmes inspirantes

Photo:: IStockM'inspirant du site internet Au Féminin qui dans le cadre de la journée de la femme dresse une série de portraits de femmes inspirantes, j'ai pensé adapter légèrement la formule en vous demandant à[...]

1 commentaire sur “Maternitude

  1. Le meilleur conseil qu'on m'ait donné fut le suivant ''n'oublie jamais que le besoin le plus important d'un enfant est d'avoir une mère heureuse et bien dans sa peau''. Parfois, quand je trouve difficile de résister à la pression d'être à la fois une mère parfaite, une femme parfaite, une gestionnaire parfaite, je repense à ce conseil et pfiou… toutes les choses retrouvent la valeur qui leur est dûe… celle que je veux bien leur donner.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.