Miss Islande, Auður Ava Ólafsdóttir

Je ne sais pas pour vous mais en ce qui me concerne, il y a un je-ne-sais-quoi dans la littérature des pays scandinaves qui vient toujours me chercher.

Est-ce la neige? Les hivers toujours trop longs? Le sentiment de solitude et l’isolement qui semblent suinter tant des intrigues que des personnages de ces romans?

Je ne saurais dire.

Mais je l’avoue, j’ai été charmée par ce roman paru récemment, «Miss Islande» de Auður Ava Ólafsdóttir, dans lequel on fait la connaissance de trois personnages en décalage de ces années soixante desquelles il pouvait sembler difficile de sortir du moule des conventions sociales.

D’abord, Hekla, 21 ans qui n’a qu’un but dans la vie, celui d’écrire et qui quitte justement la ferme familiale pour aller vivre sa passion à Reykjavik. Ensuite, sa meilleure amie Isey, toute autant animée par ce même désir d’écrire mais qui est enlisée dans les taches domestiques et la maternité. Puis enfin, Jon John, ami homosexuel à une époque ou il était impossible d’imaginer s’afficher comme tel. Et qui dans l’ombre, crée des robes pour Hekla. En plein jour, c’est sur un bateau qu’il s’embrigade…

Hekla travaille le jour comme serveuse alors qu’elle écrit la nuit, presque en cachette. D’ailleurs, elle a déjà plusieurs publications dans divers magasines, toutes sous des noms d’emprunts, masculins il va sans dire. Son amoureux, appelé tout simplement «le poète» est pour sa part déjà reconnu comme écrivain au grand jour bien que dans les faits, il ne semble pas écrire grand chose. En marge, ce harcèlement dont est victime la jeune femme pour participer au concours Miss Islande. Parce que, voyez-vous, tout ce qu’on veut voir d’elle c’est qu’elle est jolie. Car vous savez! Qui a besoin qu’une femme écrive, n’est-ce pas ?

«Les hommes naissent poètes. Ils ont à peine fait leur communion qu’ils endossent le rôle qui leur est inéluctablement assigné: être des génies. Peu importe qu’ils écrivent ou non,. Tandis que les femmes se contentent de devenir pubères et d’avoir des enfants, ce qui les empêche d’écrire. »

Vous l’aurez compris, nous ne sommes pas dans le grand roman rempli de retournements. Mais l’auteure traite avec tellement de finesse de la difficulté pour une femme de répondre aux rôles qu’on lui impose tout en étant artiste – un peu comme si les deux étaient totalement incompatibles – que je l’ai lu presque d’une traite. Mais la grande thématique elle est sans doute beaucoup plus large: soit cette difficulté d’assumer qui on est dans une société qui adore les étiquettes.

Vous l’avez lu ?

***

Vous aimez mes billets ? N’hésitez pas à les partager sur vos réseaux sociaux. Ma maison est grande, il y a de la place pour la visite !

Suivez et aimez nous:
error0

Quelques suggestions de lecture supplémentaire :

Le journal intime d'un arbre, de Didier Van Cauwelaert

« Les hommes ne savent pas nous entendre, parce qu'ils ne savent plus regarder les images que nous leur envoyons. Pourtant, nous émettons sur la même fréquence, puisque je vois ce qu'il dit. D'un autre côté,[...]

L'année du oui, Shonda Rhimes

Je ne me dompte pas ! J'ai beau avoir des dizaines de livres qui n'attendent que mon vouloir sur ma table de chevet ! J'ai beau en avoir même deux ou trois d'entamés, je me[...]

Pluie passagère

Être assise dans la salle d'attente d'un spécialiste, vous savez ce que c'est ! On regarde un peu partout et puis invariablement, on se retrouve un magazine datant de la première guerre mondiale entre les[...]

Ni vues, ni connues: Panthéon, histoire, mémoire: où sont les femmes?

C'est un secret de Polichinelle: j'adore les livres! Plus encore les beaux livres. Aussi, lorsque je suis tombée sur celui-ci au dernier Salon du livre, il était pratiquement prévisible que j'y succombe. Un collectif,[...]

Sorcières, la puissance invaincue des femmes, Mona Chollet

«Inutile d'adhérer à WITCH. Si vous êtes une femme et que vous osez regarder à l'intérieur de vous-même, alors vous êtes une sorcière.» (-Manifeste de WITCH (Women's International Terrorist Conspiracy from Hell), New-York, 1968) Je ne[...]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.