Mon inventaire…Ces choses qui me dépriment

Aujourd’hui, c’est le jour de plus déprimant de l’année.

Ce n’est pas moi qui le dit, mais plutôt des scientifiques qui, ayant visiblement beaucoup plus de temps que moi, se sont penchés sur cette très très épineuse question. En se basant sur une formule des plus complexes qui combine la durée du jour, la distance qui nous sépare de Noël et l’état de nos finances personnelles, ces scientifiques de l’Université de Cardiff en sont ainsi venus à la conclusion que décidément, une fois les factures de nos dépenses festives arrivées dans nos boîtes aux lettres, le fun était décidément bien fini !

On en parle notamment dans cet article. Mais il suffit de taper «Blue Monday 2020» sur Google et vous y trouverez une foule d’articles qui prouvent quant à moi hors de tout doute que les nouvelles ont aussi aujourd’hui la mine basse…

Par ailleurs, cet automne, je vous racontais que j’avais découvert ce principe des listes, élevé au rang de grand art il y très longtemps, dans la Chine impériale de Dame Sei Shonagon. J’en parlais dans ce billet.

Aussi, ne reculant devant rien, ais-je décidé de pondre ici ma liste de ces choses les plus déprimantes qui soient.

À vos papiers mouchoirs ! Vous en aurez besoin !

LA LISTE DE CES CHOSES QUI DÉPRIMENT

  • Le son du réveil-matin qui vient interrompre un beau rêve;
  • Attendre l’autobus au coin de la rue à 6 heures un matin de janvier, alors qu’il fait encore nuit noire, et qu’un -30 degrés bien tassé vous congèle littéralement sur place;
  • Avoir envie de biscuits et ne trouver que des miettes au fond de l’emballage;
  • Les lumières de Noël encore sur les balcons en février;
  • Les cônes oranges montréalais que l’on retrouve partout sur le parcours routier;
  • Le manque d’imagination;
  • Les livres qui se terminent en queue de poisson;
  • Le pèse-personne qui me fait la gueule;
  • Les dimanches soirs qui signent la fin du weekend alors que je n’ai pas eu le temps de le voir passer;
  • Cet être indéfini qui semble avoir pris possession de mon fils, il y a peu si mignon, et qui depuis quelques temps est devenu un ado, grognant du matin au soir. Satan, sors de ce corps!;
  • Les «Fake News»;
  • La bêtise banalisée. Pire encore si elle est élue;
  • Les vacances qui passent toujours trop vite;
  • Les scientifiques qui viennent me dire que je devrais être déprimée aujourd’hui.

Et vous ? Qu’est-ce qui vous déprime? Qui sait si vos commentaires ne me permettront pas à moi de l’être un peu moins 😉

Suivez et aimez nous:
error0

Quelques suggestions de lecture supplémentaire :

Chroniques du hasard, Éléna Ferrante

Vous connaissez l'auteure Italienne Elena Ferrante? Sinon, vous manquez quelque chose! Car si de son "Amie prodigieuse", série au succès sans fin, je n'ai vu que la version télé (que j'ai adoré!), voici que je[...]

Les années quatre-vingts: dix choses dont on ne s'ennuie pas (1/2)

Parfois, en pensant à toutes ces avancées que permet désormais la technologie dans nos vies, je me dis que c'est complètement dément combien ça a évolué rapidement depuis les deux dernières décennies. Non mais qu'on y[...]

Les années quatre-vingts: dix choses dont on ne s’ennuie pas (2/2)

Je parlais dans mon dernier billet de ces choses des années quatre-vingts dont on ne s’ennuie - mais alors là! - vraiment pas ! Voici la suite. 6 - Les jeans extra serrées. Vous vous[...]

Dame Sei Shōnagon et la liste élevée au rang de grand art

Des listes, si vous êtes comme moi, vous en avez écrit de toutes les sortes au cours des années n'est-ce pas ? Des listes d'épicerie. De course. De cadeaux. Des «To-Do». Des listes de souhaits.[...]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.