Mots(Rosité)

Pexels

Je suis ces jours-ci un peu comme ces grands timides

De ceux qui n’osent pas trop approcher de l’objet de leur convoitise.

De crainte d’être rejeté.

Ou tout simplement…

…pas tout à fait à la hauteur.

Alors ?

Cachée dans un coin

je m’étourdis

…de mots anodins

De ceux qui, comme le mauvais vin,

vous laissent

…l’esprit engourdi.

Ces mots que l’on écrit,

trop souvent sans trop y penser.

Dans un assemblage de lettres

unies dans un mauvais mariage

…pour le futile et l’inutile.

Et puis encore?

Je crache dans la noirceur ces mots dont le destin

…est de devenir simples taches d’encre

Et qui à la lumière du matin,

un peu comme les mauvaises rencontres

feront tache, elles-aussi

…alors qu’elles m’apparaîtront presque obscènes.

Mais qu’importe n’est-ce pas?

Ces mots je m’obstine à les griffonner

Pour rien.

Presque à mon corps défendant.

Parce que je ne sais faire autrement.

Et, qu’un peu comme on va à la pêche

simplement pour passer le temps.

je me berce de cet espoir un peu fou qu’ils mordent

Sans plus se dérober.

Puis ?

Je regarde le temps qui en filant se défile

Les mots qui, au moment ou ils me frôlent

…s’envolent.

Je m’imagine cueillir les lettres

qui en un ballet magique,

soudainement s’accoupleraient.

Comme ces fleurs qui d’un coup

inexplicablement

cessent de se refuser

…pour s’offrir enfin.

Suivez et aimez nous:
error0

Quelques suggestions de lecture supplémentaire :

Retour à l'anormal

Il y a des moments de vie pendant lesquels je me dis qu'il vaut parfois mieux cesser d'essayer d'avoir prise sur son environnement, et s’asseoir un petit moment. Parce que clairement, on a l'impression de se[...]

Zen vous avez dit ?

Alors que je répète depuis des jours et des jours que je suis ces temps-ci un peu dépassée par les événements - et cela même si je tente de toutes mes forces de relativiser et[...]

Ni chaud, ni froid

Peut-être avez vous lu cette info un peu insolite ces jours derniers selon laquelle un promoteur de courses automobiles aurait décidé de réclamer 6500$ à un chroniqueur météo de la Rive-Sud de Montréal...  Le promoteur en question[...]

Sans titre et sans filtre ou l'amitié à l'ère de Tinder

Mon petit bonheur le dimanche matin, c'est immanquablement chaque fois le même. Celui de m’asseoir avec le journal sur ma tablette. Sans soucis du temps que je mettrai à faire le tour de ce qui[...]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.