Mots(Rosité)

Pexels

Je suis ces jours-ci un peu comme ces grands timides

De ceux qui n’osent pas trop approcher de l’objet de leur convoitise.

De crainte d’être rejeté.

Ou tout simplement…

…pas tout à fait à la hauteur.

Alors ?

Cachée dans un coin

je m’étourdis

…de mots anodins

De ceux qui, comme le mauvais vin,

vous laissent

…l’esprit engourdi.

Ces mots que l’on écrit,

trop souvent sans trop y penser.

Dans un assemblage de lettres

unies dans un mauvais mariage

…pour le futile et l’inutile.

Et puis encore?

Je crache dans la noirceur ces mots dont le destin

…est de devenir simples taches d’encre

Et qui à la lumière du matin,

un peu comme les mauvaises rencontres

feront tache, elles-aussi

…alors qu’elles m’apparaîtront presque obscènes.

Mais qu’importe n’est-ce pas?

Ces mots je m’obstine à les griffonner

Pour rien.

Presque à mon corps défendant.

Parce que je ne sais faire autrement.

Et, qu’un peu comme on va à la pêche

simplement pour passer le temps.

je me berce de cet espoir un peu fou qu’ils mordent

Sans plus se dérober.

Puis ?

Je regarde le temps qui en filant se défile

Les mots qui, au moment ou ils me frôlent

…s’envolent.

Je m’imagine cueillir les lettres

qui en un ballet magique,

soudainement s’accoupleraient.

Comme ces fleurs qui d’un coup

inexplicablement

cessent de se refuser

…pour s’offrir enfin.

Partagez avec vos proches!

Quelques suggestions de lecture supplémentaire :

Déresponsabilisation globale

Je m'étais bien promis de ne plus aborder le sujet.... Tout semblant avoir été dit ! Plus que le nécessaire même, si on s'en tient aux débordements observés ces derniers jours sur les médias sociaux....[...]

La période des dinosaures, c'est maintenant

Parfois, je me dis que c'est lorsqu'on a soi-même des enfants que l'on devient vieux ! Ou à tout le moins, que l'on se met à ressentir de façon plus intense les effets du temps[...]

Douce folie au coeur de l'hiver

J'ai toujours été attirée par la douce folie de ces personnes d'exception qui ne craignent pas, parfois pour le pire, le plus souvent de façon tout à fait insignifiante, de rêver. Osant imaginer même l'impossible. Ce[...]

La crise de la quarantaine, un mythe? Vraiment?

Je suis toujours un peu dubitative lorsque je tombe sur certaines études qui, présentées dans les médias ou sur internet, semblent destinées à conclure un peu tout. N'importe quoi. Et parfois, son contraire. C'est un peu ce qui[...]

Je dors, tu dors, ils dorment... plus ou moins

Il m'arrive de me dire que la vie, c'est parfois bien compliqué. Mais ça, c'était avant que je ne tombe sur cette série d'articles, pris à gauche et à droite sur le Net, et qui mis[...]



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.