03/20/17

Les coulisses du blogue, semaine 12: La promo de mes billets

Pixabay

Écrire, c’est bien ! Mais être lue, savoir qu’on est lue, c’est encore mieux n’est-ce pas ? Cela, je l’ai dit à plus d’une reprise ici !

Sauf qu’une des grandes vérités de la vie, c’est qu’on peut écrire très longtemps sur le web, un peu paradoxalement presque dans l’anonymat le plus total.

Pour la simple raison que personne ne sait qu’on est là.

Alors ? On fait comment pour faire connaître son existence à d’éventuels lecteurs  ?

C’est là la question à mille dollars que pose cette semaine Mia comme sujet hebdomadaire pour l’Interblogue #CoulissesDuBlog auquel je participe depuis janvier.

Continue reading

03/17/17

La fin du plus que parfait ou la beauté du chaos

Pixabay

En jetant de temps en temps un regard sur la vie des autres à travers cette loupe grossissantes que sont les Facebook et Pinterest de ce monde, je me dis parfois qu’il n’y a que moi qui ai une vie complètement bordélique et désorganisée.

Vous savez ce que je veux dire j’imagine !

Ce sentiment d’avoir une vie pas mal plus beige que celle que je peux percevoir comme étant celle des autres. Dans la mienne, jamais assez de voyages. Beaucoup de responsabilités. Trop de nuits blanches à m’inquiéter de tout et de rien. Le sentiment perpétuel de lutter constamment contre mon poids. De ne pas savoir être là ou j’aurais envie d’être. D’être devenue avec l’Homme de la maison au fil des années à l’image de ces vieux couples qui me décourageaient tellement quand je les regardais aller, il y a quelques années. D’être cette mère pas toujours aussi patiente que j’aimerais imaginer l’être. Et surtout, cette incapacité crasse à me tenir debout pour enfin terminer mon livre. Un projet qui pourtant, me semble être le symbole ultime s’il en est un que j’aurai atteint le sommet de ce que me semble être une vie réussie (à mes yeux).

Parce que bien sûr, il m’arrive, comme à vous sans doute, d’être soudainement frappée de cette impression qui me tombe alors dessus un peu comme une tonne de briques qu’il n’y a que moi…. pour qui les choses se passent rarement comme je l’aurais voulu.

Continue reading

03/17/17

Pages féminines d’un autre temps…À propos du mariage

Pixabay

À PROPOS DU MARIAGE

Souvenez-vous du héron…

Il faut prêter une oreille attentive aux propos de certaines jeunes filles, douées par la nature de quelque beauté:

- Moi, dit l’une, je n’épouserai qu’un homme qui aura une superbe automobile! 

- Moi, je le veux jeune, naturellement, et je veux qu’il gagne $5,000 par an, pour commencer.

- Moi, assure une troisième, j’ai été déjà demandée plusieurs fois; J’attends. Je veux d’abord profiter de ma jeunesse.

Mauvais calcul, mesdemoiselles, qui précisément croyez si bien calculer. Vous êtes jeunes, en effet, jolies, c’est évident; courtisées, oui certes. Et cela vous grise. Vous partez en guerrière, à la conquête du monde. Vous voulez un mari riche, beau, intelligent, flatteur, docile. Quoi encore ?

À chaque demande des prétendants, vous répondez: «Non! pas celui-là.»

Un temps viendra, qui n’est pas loin, où les demandes se feront plus rares, et où vous n’en aurez plus du tout. 

Il y a une fable de La Fontaine qui s’appelle «Le Héron»: ce héron qui, après avoir dédaigné les plus belles proies, dut se contenter d’un colimaçon. Trouverez-vous même le colimaçon…et sa maison?

(Le Petit Journal, 17 mars 1932)

03/13/17

Les coulisses du blogue, semaine 11: Du temps pour écrire

Crédit: Pixabay

Écrire ? Oui mais quand?

C’est sans doute là la question existentielle la plus persistante à laquelle nous sommes confrontés quant on tient un blogue, n’est-ce pas ? Parce que bien sur, les billets, ça n’apparaît pas sous le simple effet de la magie. Ou encore, par les vertus du Saint Esprit !

Il faut bien sur les écrire !

Et pour les écrire ? Ce qui sans doute vaudrait de l’or si c’était transigé à la bourse: le temps !

D’ailleurs, la question du temps semble particulièrement intrigante pour la plupart des personnes de mon entourage qui, face au flot de mes écrits, finissent inévitablement par me poser cette question qui en turlupine plus d’un…

Mais comment fais-tu ?

Ou trouves tu le temps ?

Continue reading

03/12/17

Pages féminines d’un autre temps…De la science exacte des causes du divorces dans les années vingts

 

Crédit: Pixabay

Et si la principale cause des divorces c’était votre mauvais caractère mesdames?

Ou encore, votre (fausse?) impression d’être l’égale de votre homme ?

Ou plus simplement?

À cause de la prohibition ! (rien de moins!) ?

En 1928, un « savant Scandinave » le prétendait…

*****

À LA RECHERCHE DU BONHEUR POUR GENS MARIÉS

Mauvais caractère; la grande cause des différents conjugaux 

M. Oswarld Naftzger, sociologue et écrivain danois avec son épouse. Le savant Scandinave a étudié le problème des différends conjugaux dans les plus grands pays de l’Univers. 

Les neuf-dizièmes des malentendus conjugaux sont causés par le caractère. Dans ce siècle de « jazz » ou les femmes sont plus indépendantes que jamais, le caractère se monte facilement. Les femmes ne se marient plus seulement pour se faire vivre; les femmes célibataires font quelquefois deux fois autant d’argent que les hommes qui les demandent en mariage. 

Continue reading

03/7/17

#EnsemblePourLe8Mars pour la moitié de l’humanité

Crédit: Pexels

Lorsque j’étais plus jeune – disons dans la vingtaine ou même la trentaine – j’avoue que je regardais avec un camion d’incompréhension ces femmes plus âgées – disons celles dans la fin quarantaine et plus – qui avouaient en avoir vraiment marre de tout ce qui touchait du quotidien domestique.

Moi, bien sur, je l’avais l’affaire !

J’avais trouvé réponse à tout!

- Préparer les repas un poids ? Ben voyons donc ! ne pouvais-je m’empêcher de répondre. Il suffit de planifier d’avance !

- Travailler en élevant des enfants, la forme moderne d’esclavage léguée par nos mères ? Un peu exagéré, pensais-je ! Suffit de s’organiser.

- Les taches ménagères, trop souvent uniquement la chasse gardée des femmes ? Hum! Suffit de mettre les choses au clair avec son conjoint dès le départ.

Ça évidemment, c’était tous ces beaux arguments avec lesquels je me berçais de cette illusion que aujourd’hui, pour les femmes de ma génération, tout avait été acquis. Que tout nous était accessible. Et que par conséquent, nous pouvions bien nous asseoir sur nos lauriers ! Pleine que je l’étais alors de cette conviction un peu naïve que toutes ces vieilles questions d’inégalités, c’était de vieilles histoires dignes de ces années en noir et blanc qui – comme les dinosaures – dataient d’une époque bien trop lointaine pour représenter une quelconque menace.

Continue reading

03/6/17

Les coulisses du blogue, semaine 10: Mon entourage face au blogue

Crédit: Pexels

Aujourd’hui, au moment ou vous lisez ces lignes, je suis fort probablement en train de déambuler dans les rues de Lisbonne… Car, semaine de relâche oblige, j’ai eu envie de prendre la poudre d’escampette du printemps québécois qui ces temps-ci, semble avoir des problèmes de personnalité…

Mais clairement, il était hors de question que je me prive du sujet de la semaine ! Comme quoi, programmer la mise en ligne de billets, ça peut parfois être fort utile n’est-ce pas ?

Bref ! Cette semaine, dans le cadre des  #CoulissesDuBlog de Mia, on parle d’un sujet des plus crucial lorsqu’il est question de tenir un blogue:  les réactions de l’entourage face à  celui-ci. Les personnes concernées, je ne vous le cacherai pas, semblant parfois particulièrement inquiètes de se retrouver soudainement mises en scène sur un blogue.

Continue reading

03/3/17

Pages féminines d’un autre temps…La femme et son miroir

Pixabay

Cours de culture physique
Le meilleur ami de la femme est son miroir
C’est un critique sévère, mais qui permet de corriger les défauts du visage et de la taille

Il faut une grande glace

************************

Le meilleur ami et, en même temps, le plus sévère critique de la femme est son miroir.

C’est pourquoi il est bon d’avoir non seulement un miroir à main, mais aussi une grande glace dans laquelle on peut se regarder de la tête aux pieds.

Une de mes amies que je n’avais pas vue depuis trois ans et qui devait avoir engraissé de 25 livres, pénétra un jour dans ma chambre. La première chose qu’elle vit fut son image dans la glace qui couvrait la porte de ma garde-robe.

Continue reading

03/1/17

Voir double

Pixabay

Avoir un double, avouez qu’on en a tous rêvé un jour n’est-ce pas?

Un jumeau ou une jumelle, beaucoup plus audacieux(se) qu’on peut soi même l’être. Et qui nous conseillerait en cas de doute…

Et si le numérique le permettait maintenant?

La semaine dernière, je suis tombée sur cet article du Nouvel Observateur que j’ai trouvé vraiment fascinant ! Dans celui-ci, on parle en effet du phénomène de ces blogueurs qui sur le web, dans des blogues ou sur Facebook, s’inventent carrément un double.

Un phénomène qui a beaucoup a voir avec un exercice de création littéraire dans lequel on s’invente ce qui a tout de ces personnages de fiction pour lesquels rien n’est impossible. Pas plus d’avoir vécu au siècle dernier que d’avoir épousé Donald Trump il y a bien longtemps (une erreur de jeunesse quoi!). Ou encore, d’avoir frayé avec le gratin. Avant de s’inscrire au programme de protection des témoins après un audacieux vol de bijoux…

Continue reading