11/21/16

Le début de la fin avant…le recommencement

Pexels

Il y a des jours comme ça, j’imagine !

De ceux ou le déni n’est plus possible. Et cela, malgré toute l’énergie que vous pouvez (ou avez pu) mettre à l’ignorer!

Dans le genre «grand rappel de l’univers» je dirai et auquel j’ai moi-même été justement confrontée ce matin. Ainsi obligée, après avoir quitté la maison en gardant en mémoire ce Montréal qui hier tout juste encore, pleurait sa vie en déversant des trombes de pluie, d’admettre que nous étions bel et bien passé le temps d’une nuit…dans une autre dimension. Un «Twilight temporel», un peu comme si j’avais été d’un coup télé-portée de l’automne vers l’hiver.

Continue reading

11/18/16

Pages féminines d’un autre temps…Messieurs, êtes-vous un bon mari?

Pexels

Hum!

En lisant les vieux journaux, j’ai comme l’impression que ce n’est pas d’hier qu’on était pas mal moins exigeants envers les hommes qu’envers les femmes…

Alors qu’en début de semaine, je partageais avec vous les trente conditions qu’une femme devait rencontrer pour se prétendre une bonne épouse

Voici les dix critères visant à déterminer ce qu’était un bon époux en 1936.

Continue reading

11/3/16

Le bonheur, je ne vous dis pas ! Mon meilleur d’octobre

Crédit: Pexels

Compliqué d’être heureux ?

Et si, au contraire, le bonheur résidait dans les petites choses ? Ces brefs instants, aussi volatiles que des bulles de savon, et qui disparaissent du radar de nos souvenirs en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire …

Voilà que j’ai eu l’idée de cette liste… Le meilleur du dernier mois !

En octobre donc, j’ai:

  • Craqué pour les couleurs d’un automne en feu;
  • Passé un superbe moment avec une gang de fans de cartes postales alors que nous nous réunissions un samedi d’octobre dans le plus inutile et vintage des passe-temps;
  • Vu l’un des billets de mes chroniques être repris sur le Huffington Post;
  • Compté quelques nouveaux membres officiellement abonnés à mes chroniques;
  • Mangé, un midi, des nattas qui goûtaient le ciel;
  • Ceci expliquant peut-être cela, acheté des billets d’avion pour Lisbonne en mars !
  • Été approchée par HabiloMédias pour qui j’écris des billets sur l’éducation aux médias…pour être consultante sur un projet commandé par la Régie du cinéma dans le but d’éduquer les jeunes au classement signalétique des films. O Joie !
  • Cuisiné une bonne douzaine de pots de ma «célèbre» confiture de poivrons ! J’avais d’ailleurs déjà partagé la recette ici ! Mais comme il s’agit bien sur d’une recette secrète, je vous serais gré d’en protéger le mystère !
  • Été renversée par la gentillesse de Fatima qui un matin au café, m’a fait en douce le plus énorme latté que j’ai vu de ma vie! Débordant d’une créma des plus gourmandes. Mais c’est promis! Je garderai le secret ! Histoire de ne pas faire de jaloux!

Et vous ? Qu’est-ce qui vous a rendu heureux en octobre ?

11/2/16

De tout, de rien…Ou si peu

Pexels

Vous n’êtes sans doute pas sans avoir remarqué que je me fais plus discrète depuis quelques temps.

Bien sur, je ne peux nier que l’automne est bien entamé maintenant! Et que par conséquent, je ne peux faire autrement, tout comme vous sans doute, que de m’être faite happer par la course folle du quotidien. Mais, outre ce qui n’est qu’un fait factuel qui revient chaque année sans faillir, un peu comme le tic tac incessant d’une horloge, je suis également forcée d’avouer…que j’ai le sentiment que les mots se soient un peu taris…

Parfois, j’ai un peu l’impression, en regardant tout ce flot de tout et n’importe quoi que nous vomit, seconde après seconde le web, d’être moi-même un grand rien dans ce gigantesque déferlement de «contenus». Un contenu que dans le meilleur des mondes, tous voudraient voir «commercialisable»…

Alors ? Un peu paradoxalement, ça me laisse sans mots.

Comme paralysée

Continue reading

10/25/16

Pages féminines d’un autre temps…Le pouvoir infini du genou

Pexels

Je suis parfois effarée de constater combien les journaux et magazines féminins modernes s’acharnent encore et toujours à nous piéger dans des stéréotypes un peu gnan-gnan…

Mais, en lisant les vieux journaux des années vingts, je réalise que nous n’avons malheureusement rien inventé !

Mais, j’avoue que j’ai eu un «véritable coup de cœur» en découvrant les exercices que l’on proposait aux femmes en 1928….

Je parie que, tout comme moi,  vous aussi, vous souhaiterez intégrer cette nouvelle résolution à votre vie !

#LePouvoirInfiniDuGenou

*****

Continue reading

10/24/16

Le motif dans le tapis

Parfois, un peu comme le font ces autistes qui se mettent à ce concentrer intensément, et presque de façon obsessionnelle, sur un détail que d’aucun jugeraient sans importance, j’ai l’impression que la vie est pleine de ces «détails» que l’on pourrait qualifier d’insignifiants. Un peu  à l’image de ces motifs aux mouvements un peu trop compliqués que l’on retrouve dans ces tapis persans dont parlait Henry James.  Infimes et minuscules fragments, aussi fins que de la dentelle, et dont, pour la plupart d’entre nous, nous ignorons jusqu’à l’existence la plupart du temps.

Trop occupés, tous autant que nous sommes, à regarder ailleurs. 

Samedi, jour de pluie et de grisaille, l’homme de la maison et moi avons accompagné belle-maman au cimetière. Il y aura un an déjà dans quelques semaines que son mari est décédé, presque subitement. Voilà que le moment était venu pour elle d’aller déposer les cendres de celui qui allait partager sa vie pendant quarante-sept ans, au columbarium, à deux pas de chez nous.

Et ?

Est-ce-le hasard ? Ou pour une autre raison que mon esprit ne peux juste pas imaginer ?

Ou, juste pour rien ?

Continue reading

10/21/16

Le plus vieil arbre

Cette semaine, je suis tombée sur un article qui m’a fait grandement plaisir !

Celui-ci racontait en effet que le plus vieil arbre du Québec se trouverait…en Abitibi. Cette région d’ou je suis moi-même originaire dans le fin fond du Québec.

Et que, cet arbre serait âgé d’au moins mille ans.

«En l’an 1000, les rois régnaient sur une Europe en plein moyen âge, les Vikings parcouraient les mers, le Québec était habité par des nomades Amérindiens et le lac Duparquet s’appelait Agodekamik, c’est à cette époque qu’a germée la graine du vénérable thuya qui pousse encore aujourd’hui.» (Métro)

On parle de cet arbre un peu partout sur internet. Ici notamment.

Aussi, quiconque me lit depuis suffisamment longtemps à sans doute une bonne idée d’à quel point la forêt et les arbres qu’elle contient peuvent m’inspirer. Et je ne suis pas la seule, visiblement, puisque cette semaine, on racontait également, sur  Slate notamment, que selon une étude, les arbres auraient cette faculté de se parler entre eux.

Continue reading

10/17/16

Panne de l’imaginaire ? Et si nous étions tous des êtres de fiction?

Pexels

«On ne peut pas prédire le futur en se basant sur le passé, parce que le passé change constamment» (-Mikhaïl Bakhtine, penseur russe)

Je ne sais pas si c’est la faute de l’automne, de la lumière qui baisse de jour en jour, ou, d’un trop plein de tout ce qui fini inévitablement par déborder de mon esprit (il faut bien que ce soit la faute de quelqu’un ou de quelque chose n’est-ce pas ?), depuis des semaine, je ne parviens pas à écrire.

Définitivement, les mots semblent s’obstiner à résister. Et les idées à se figer en un tout informe et pèle-mêle que même moi je n’arrive plus à démêler.

Et je l’avoue, c’est extrêmement frustrant ! Parce qu’écrire, c’est devenu au fil du temps rien de moins qu’un processus d’hygiène mentale auquel je suis devenue littéralement accro. Parce que c’est probablement la façon la plus efficace que je sois parvenue à trouver pour me vider l’esprit.

Mais, et si ce processus d’hygiène mentale, ne n’était pas le seul bénéfice du processus ?

Je suis tombée hier sur un article du journal Suisse Le Temps qui m’a portée à réfléchir. Celui-ci racontant en effet qu’en Suisse Romande, on assiste présentement à l’émergence d’un nouveau courant «thérapeutique» que l’on nomme approche narrative. Et qui en bref, se résume par cette capacité de se raconter à soi-même des histoires. Le but ? Trouver en elles des solutions à nos problèmes, peu importe que ces derniers soient existentiels.

Ou tout simplement banals.

Continue reading

10/7/16

Le paradoxe du choix ou les relations humaines à l’heure de l’abondance

Pexels

Sommes-nous vraiment plus heureux, globalement, aujourd’hui ? Dans nos sociétés dans lesquelles de nos jours tout est accessible et permis?

Un monde dans lequel par conséquent, cette abondance de choix semble parfois – un peu paradoxalement – devoir s’accompagner d’une certaine «obligation d’être heureux».

Et gare à ceux qui n’y parviennent pas, n’est-ce pas !

Car c’est clairement leur faute s’ils ne sont pas heureux !

Honnêtement, je me pose la question!

Aussi, je suis tombée ce matin sur un article fascinant publié par Slate qui met en perspective cette réflexion sur laquelle je me suis longtemps questionnée.

Continue reading