Pages féminines d’un autre temps…Ce qu’il ne faut pas faire

CE QU’IL NE FAUT PAS FAIRE

Dédié au sexe féminin

Cet article final de la série intitulée « Ce qu’il ne faut pas faire » est dédié affectueusement au sexe féminin.

Ne portez pas des toilettes surchargées de garnitures, ce qui dénote un manque de goût; la femme élégante doit être simple.

Ne soyez pas esclave de la mode et ne la suivez pas strictement, portez des vêtements et des couleurs qui siéent à votre visage, à votre taille et à votre âge.

Évitez d’exposer votre visage aux rayons trop ardents du soleil et portez des chapeaux qui puissent vous abriter.

Ne mettez jamais, même chez-vous, des robes tachées et en désordre, ou des objets de toilette malpropres.

Il ne faut pas couvrir vos doigts de bagues ni porter trop de bijoux.

Il vaut mieux ne pas faire usage de fard ni de cosmétiques.

Ne gâtez pas votre estomac en mangeant trop de friandises.

Ne vous habituez pas à élever la voix; un organe agréable est un des charmes de la femme.

Ne faites pas des romans votre unique lecture; étendez le cercle de vos connaissances littéraires et ne vous adonnez pas à une seule branche de la littérature.

Évitez les manifestations affectueuses en public et n’employez pas des termes d’affection s’ils ne sont pas sincères.

Ne prolongez pas indéfiniment vos visites et ne faites pas des adieux sans fin.

N’oubliez pas que vous devez toujours remercier un monsieur qui vous a rendu un service quelconque.

Ne tenez pas votre parapluie ou votre ombrelle de manière à mettre en danger les yeux des personnes qui s’approchent de vous, dans un endroit public.

N’affectez pas une trop grande gaieté; ne vous cachez pas la figure avec les mains pour rire.

Ne prenez pas le bras de deux messieurs à la fois; si vous vous trouvez en compagnie de messieurs, évitez d’être trop familière avec eux.

N’invitez pas à dîner plus de monde que vous ne pouvez en recevoir.

Ne vous formalisez pas si une amie ne vous invite pas chaque fois qu’elle a du monde.

Ne marchandez pas trop si vous faites des emplettes et ne vous faites pas montrer ce que vous n’avez pas l’intention d’acheter.

Ne faites pas comme beaucoup de personnes qui achètent toujours soi-disant à meilleur marché que les autres.

Ne parlez pas trop de l’intelligence et de la bonté de vos enfants; vous amis pensent peut-être que les leurs sont supérieurs aux vôtres.

Ne dites pas à quelqu’un qui lit un nouveau roman comment l’intrigue se poursuit et quel en est le dénouement.

Ne laissez pas vos conversations rouler toujours sur le même sujet.

Ne comptez pas sur le bon caractère de vos domestiques qui n’ont pas comme vous les avantages de l’éducation.

Ne prêtez pas l’oreille à tous les cancans de votre voisinage et défendez à vos domestiques de raconter ce qui se passe chez vous.

Ne doutez pas de l’admiration de celui qui a écrit ces lignes pour la femme; les fautes que les femmes commettent en société sont rares comparées à celles des hommes; mais les quelques conseils donnés ici avec le plus grand respect et dans les meilleures intentions ne seront pas sans utilité.

(Le Petit Journal, 6 mai 1928, page 14)

Suivez et aimez nous:
error0

Quelques suggestions de lecture supplémentaire :

Pages féminines d'un autre temps...Comme dans l'expression tiré par les cheveux ?

Je l'avoue, je suis parfois sans mots ! Ce matin, en voici la cause... Rien de moins qu'estomaquée en lisant les vieux journaux du Montréal des années 30... dont les détails sont, c'est le moins que[...]

Pages féminines d'un autre temps...Monsieur, êtes-vous un coureur de dot?

Vous pensiez que je ne me passionnais que pour les vieilles coupures de presse au féminin ? Un plaisir coupable auquel je m'adonne - c'est maintenant devenu une tradition! - tous les vendredis ? Détrompez-vous ![...]

Pages féminines d'un autre temps...De l'importance des petits soins pour la beauté d'une femme

Je suis toujours un peu mystifiée devant toutes ces idioties que, de tous temps, on a raconté aux femmes pour que celles-ci puissent prétendre à la beauté...   Hier,...comme aujourd'hui! ***** POUR ÊTRE BELLE, IL FAUT QU’UNE FEMME[...]

Pages féminines d'un autre temps...Chacun sur son île

Parfois, en feuilletant les vieux journaux, j'ai l'impression, au détour de certaines pages, de me retrouver devant un roman. Plus incroyable, celui-là, que l'histoire que l'on pourrait retrouver dans n'importe quel bouquin! Ici, en 1937, l'histoire de[...]

Pages féminines d'un autre temps...Femmes débiles, soignez-vous !

Lire les vieux journaux, je l'avoue, c'est mon plaisir coupable. Pour les trouvailles qu'on y fait, mais surtout, pour tout ce qu'on y apprend... Par exemple ? Qu'il y eut une époque pendant laquelle l'un des produits[...]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.