Pages féminines d’un autre temps…Chacun sur son île

Pexels

Parfois, en feuilletant les vieux journaux, j’ai l’impression, au détour de certaines pages, de me retrouver devant un roman.

Plus incroyable, celui-là, que l’histoire que l’on pourrait retrouver dans n’importe quel bouquin!

Ici, en 1937, l’histoire de cet homme qui voulu se débarrasser de sa femme…

*****

POUR SE DÉBARRASSER DE SA FEMME, UN CAPITAINE DE NAVIRE L’ABANDONNE SUR UNE ÎLE DÉSERTE

SAN FRANCISCO, 27 – (Par courrier) – Avez-vous déjà songé que pour se débarrasser de son épouse, on pouvait avoir l’idée d’aller l’abandonner sur une île déserte? C’est pourtant ce que fit le capitaine Spencer Boiler, un authentique loup de mer de la flotte de commerce de San Francisco!

Spencer Boiler n’avait pas été heureux en ménage. Peut-être ses nombreuses absences nuisaient-elles à la bonne entente conjugale? Toujours est-il qu’il tenta plusieurs fois de divorcer, mais il se heurta toujours à la farouche volonté de Mme Boiler qui n’entendait point se séparer ainsi légalement de son mari.

IDÉE DIABOLIQUE

Un jour, lors de l’une de ses escales dans le grand port du Pacifique, Spencer se montra plus doux, plus bénin que d’ordinaire…

– Veux-tu, chérie, faire un beau voyage avec moi au milieu des îles du Pacifique que célèbrent tous les romand d’amour?

La femme accepta…Ce beau voyage n’était-il pas le plus sûr gage d’un rapprochement conjugal, d’un amour renaissant?

Et puis, un matin, le navire jeta l’ancre devant une île déserte, dans l’archipel des Carolines.

ABANDONNÉE

Boiler prit alors sa grosse voix bourrue pour expliquer ses projet :

– Ah! Tu ne veux pas divorcer? Et bien! Ma chère, tu resteras ici.

Et le capitaine, approuvé par l’équipage au courant de son lâche projet, abandonna sa tendre moitié qui, en proie à une crise de nerfs, vit le navire s’éloigner à l’horizon. Elle avait tout promis, même le divorce. Mais, instruit par l’expérience, Spencer s’était montré inflexible.

La malheureuse créature serait sans soute encore en train de jouer les Robinsons, si, pour son bonheur, le vapeur « La Harpe » n’avait aperçu ses signaux et ne l’avait rapatriée… à moitié folle!

(Le Petit Journal, dimanche 5 décembre 1937)

Partagez avec vos proches!

Quelques suggestions de lecture supplémentaire :

Retour dans le temps, prise 14... ou l'Art du savoir vivre

  Une très vieille photo trouvée dans un marché aux puces... Enfin vendredi ! Et avec lui, l'arrivée de vacances vraiment tellement attendues !  Pour terminer la semaine de façon légère, j'ai donc décidé de vous présenter l'extrait[...]

Pages féminines d’un autre temps…Plaidoyer pour les femmes laides

Parce que cela faisait longtemps que je ne m'étais plongée dans de vieux journaux, cet article m'a fait sourire... Comme quoi, je l'imagine, je ne suis pas la seule originale que cette terre ait portée ! Trouvé[...]

Pages féminines d'un autre temps...Comme dans l'expression tiré par les cheveux ?

Je l'avoue, je suis parfois sans mots ! Ce matin, en voici la cause... Rien de moins qu'estomaquée en lisant les vieux journaux du Montréal des années 30... dont les détails sont, c'est le moins que[...]

Pages féminines d'un autre temps...Petit éloge de la modestie

Il semble que pour nous les femmes, le danger soit partout... Même dans notre bain! Au cas où vous en douteriez toujours, ce vieil article de septembre 1965 nous mettait déjà en garde ! Ève et l'actualité MODESTIE,[...]

Pages féminines d'un autre temps...De l'art de dire non

Parfois, en lisant de vieux journaux, je me demande comment on a pu raconter de telles balivernes aux femmes un jour.... Je n'ai pas trouvé de réponse ! Mais comme par hasard, je suis tombée hier sur[...]



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*