Pages féminines d’un autre temps…Conseils destinés aux fumeuses

CONSEILS À MADEMOISELLE

Fumeuses!

Venue de l’étranger, cette coutume est peu à peu entrée dans nos mœurs et la femme qui fume n’est point, à l’heure actuelle, une exception.

Pourtant, prenez-y garde, Mademoiselle, la fumée altère la fraîcheur, l’haleine et peut, à la longue, noircir les dents.

De plus, il n’est pas toujours admis (cela dépend du milieu et des circonstances) de fumer à tout propos et hors de propos.

Fumer une cigarette de temps à autre, dans l’intimité, à l’heure du café, dans une réunion de jeunesse, passe encore. Mais ne pouvoir se passer de la cigarette, partout et à toute heure du jour, cela devient une réelle infirmité, une intoxication positive, dont il faut se méfier.

Nous connaissons des femmes, chefs de maison qui «grillent» des cigarettes à la file, et ne peuvent vous recevoir sans immédiatement vous offrir et allumer une cigarette. Cette outrance nous paraît anti-féministe et anti-hygiénique, et la jeunesse doit la fuir avec énergie.

Nous ne voyons pas, d’ailleurs, une jeune dactylo ou une secrétaire, sacrifiant sans cesse à ce vice; les chefs s’y opposeraient fréquemment.

Outre que la dépense serait excessive, on nuirait à sa santé et à la fraîcheur de son teint.

Fumer, chez les «snobinettes» est surtout prétexte à exhiber ces ravissants nécessaires, qui sont parfois d’une rare préciosité; mais d’un autre côté, lorsqu’on sait y apporter une juste mesure, c’est une distraction, c’est aussi faire «comme tout le monde» sans affectation.

Autant une jeune fille qui fume sans arrêt nous paraît ridicule par son outrance même, autant une jeune personne qui refuse une cigarette d’un air pincé, dans un milieu où toutes les femmes fument, fait montre d’une intransigeance déplacée.

Là, comme en toutes circonstances, il faut savoir garder le juste milieu et s’adapter avec bonne humeur aux goûts et coutumes de la majorité.

(Le Petit Journal, 9 juin 1929)

Suivez et aimez nous:
error0

Quelques suggestions de lecture supplémentaire :

Pages féminines d'un autre temps....Miroir, miroir!

TACHONS DE NOUS VOIR COMME LES AUTRES NOUS VOIENT Interrogeons sérieusement notre miroir Il ne faut pas accuser une femme d'être vaniteuse parce qu'elle a le souci de paraître en tout temps sous son aspect le plus[...]

Pages féminines d'un autre temps...De l'art d'érotiser le dévouement chez la femme

LES GARDES-MALADES Qu’on le déplore ou qu’on s’en réjouisse, un des traits caractéristiques de notre société moderne est l’obligation où sont un grand nombre de femmes de travailler. Certaines se sont même montrées, en des professions[...]

Pages féminines d'un autre temps...Leçons de séduction (Prise 2)

Ouf! Que dire de plus? ***** LES SECRETS DU CHARME QUEL GENRE DE FEMMES LES HOMMES PRÉFÈRENT-ILS?  Laissez l’homme jouer le rôle de protecteur – Aux heures de découragement. *** Une princesse, qui fut aussi une poétesse, Marie de France, écrivit au[...]

Pages féminines d'un autre temps...Monsieur et Madame

Fut une époque où tout était codifié, même les relations de couple... ***** MONSIEUR ET MADAME ------------------------------------- Entre eux En famille, de nous dire Berthe Bernage, les règles du savoir-vivre ne sont pas rigoureuses, heureusement! Mais l'aimable liberté qui y[...]

Pages féminines d'un autre temps... Mesdames, cessez de vous plaindre

C'était journée de la femme hier. Une belle occasion de constater que de l'eau a «au moins un peu» coulé sous les ponts depuis les années cinquante... On peut en rire.... Ou pas! Ici, un article de[...]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.