Pages féminines d’un autre temps…Conseils pratiques à la femme qui apprend à conduire

Conseils pratiques à la femme qui apprend à conduire l’auto

Votre mari est parti et vous a laissé la voiture à conduire. Voilà une responsabilité nouvelle. En outre, des milliers de femmes apprennent à conduire aujourd’hui, même si elles n’ont pas l’espoir immédiat de posséder une voiture. Elles n’ont pas tort.

L’occasion à chaque instant peut naître pour elles de donner un coup de main pour une course urgente. Mais le tout n’est pas de conduire. Il faut aussi pouvoir dépanner au besoin. D’abord savoir distinguer entre la panne grave (bielle coulée, magnéto, etc), celle qui laisse comme seule ressource de s’asseoir sur une borne et d’attendre le passant complaisant, et la petite panne bête à laquelle un enfant peut remédier. Voici quelques exemples de ces pannes simples et la manière de réparer vous-mêmes sans perdre à aucun moment votre sourire.

En principe, si vous n’obtenez aucune explosion, aucun son, voyez allumage. Si le moteur part, hésite, puis s’arrête, c’est plutôt le carburateur. Apprenez d’avance à changer une bougie, à nettoyer un gicleur. C’est très facile! Ayez toujours avec vous clés, pinces, bougie, un grand tournevis et un petit, le cric – et n’oubliez pas la bonne humeur!

L’entretien : N’oubliez pas de vérifier de temps en temps que vous avez de l’essence, et, une fois par semaine, que votre niveau d’huile est correct, la voiture étant bien à plat. Faites gonfler vos pneus tous les quinze jours à la pression indiquée par le constructeur.

L’oeil sur les cadrans : Si votre ampère mètre ne marque pas moins 12 ampères en marche, le dynamo ne donne pas, et vous aurez des batteries vides, d’ou divers ennuis. Il faut que l’aiguille marque charge et n’indique décharge à l’arrêt que les lanternes allumées.

Quand on a crevé : C’est lorsqu’on crève qu’on se contente d’être sorties à deux. 1 – Mettez bien le frein à main, et même la voiture en prise en première. 2 – Ayant enlevé l’enjoliveur, glissez le cric à la place qui lui est réservée sous le châssis.

Par temps froid : Employez l’huile légère d’hiver. Avant de partir le matin, donnez quelques tours de manivelle sans contact, starter mis. Alors seulement mettez le contact et appuyez sur le démarreur. Le moteur, pistons enfin bien décollés, partira sans effort.

Pourvu que quelqu’un passe : Souvent, et c’est assez drôle, une voiture menée trop vite repart après s’être reposée. Sinon quelqu’un passera. S’il n’est pas très savant, demandez-lui de prévenir le prochain garage. Cela vaut mieux et c’est parfois le moyen le plus expéditif.

Desserrez en deux fois : Important : avant de desserrer à fond les écrous de la roue, commencez à desserrer légèrement le pneu touchant le sol. (Cela empêche la roue de tourner et de vous échapper). Puis soulevez le cric à fond, dévissez les écrous totalement.

Le moteur ne part pas? Raisonnes avant de vous décourager. Dites-vous que vous avez une heure pour réparer, même ce n’est pas vrai. Voyez si le contact est mis. Tournant le démarreur, appuyant sur le bouton du carburateur, vous vous assurerez que l’essence arrive.

(Le Petit Journal, 28 avril 1946)

Suivez et aimez nous:
error0

Quelques suggestions de lecture supplémentaire :

Pages féminines d'un autre temps...Le pouvoir infini du genou

Je suis parfois effarée de constater combien les journaux et magazines féminins modernes s'acharnent encore et toujours à nous piéger dans des stéréotypes un peu gnan-gnan... Mais, en lisant les vieux journaux des années vingts, je[...]

Pages féminines d'un autre temps....Miroir, miroir!

TACHONS DE NOUS VOIR COMME LES AUTRES NOUS VOIENT Interrogeons sérieusement notre miroir Il ne faut pas accuser une femme d'être vaniteuse parce qu'elle a le souci de paraître en tout temps sous son aspect le plus[...]

Pages féminines d'un autre temps.... Parlons mode, avril et les chapeaux

La chronique de la mode par Janie  Si nous parlions de chic? *** Il me semble que cela aurait, en avril un extraordinaire intérêt…Parlons donc de chic et par quoi commencer, sinon par celui, toujours nouveau des chapeaux. Ah![...]

Pages féminines d'un autre temps...Comme dans l'expression tiré par les cheveux ?

Je l'avoue, je suis parfois sans mots ! Ce matin, en voici la cause... Rien de moins qu'estomaquée en lisant les vieux journaux du Montréal des années 30... dont les détails sont, c'est le moins que[...]

Pages féminines d’un autre temps…Soyez jolies mesdames !

Voilà bien ce genre de petit plaisir anodin que je ne m'autorise pas assez souvent bien qu'il ait l'art, chaque fois, de me mettre le sourire aux lèvres! Fouiner dans les vieux journaux d'époques révolues,[...]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.