Pages féminines d’un autre temps…De l’art de conserver son prestige aux yeux de son mari

Crédit: Pexels

L’ART DE CONSERVER SON PRESTIGE AUX YEUX DE SON MARI, EN EMPLOYANT QUELQUES PETITS TRUCS DE COQUETTERIE

Tenir sa mise en plis en bon état, en refaire les boucles au besoin, porter un filet pour maintenir le tout et n’avoir pourtant pas l’air d’un épouvantail, la nuit, tel est le problème que bien des jeunes femmes ont à résoudre. Voilà pourquoi on a créé des filets tout à fait attrayants, qui ne bougent pas et qui enveloppent entièrement la chevelure de la façon la plus efficace. Avec du gros filet de pêche, on peut aussi faire, pour la nuit, un turban qui n’est pas sans attraits (*).

LES CRÈMES GRASSES

Il y a encore un écueil contre lequel les toutes jeunes  femmes, nouvellement mariées ne doivent pas buter : celui des crèmes de nuit qui leur enduisent le visage d’une couche grasse qui est absolument sans attraits.

Le mari n’aime pas beaucoup (et on le comprend) voir sa jeune femme, si attrayante tout le long du jour, graissée comme une poêle à frire le soir. Et comme la paix conjugale et le prestige qu’une femme doit garder valent bien un léger sacrifice, rien n’empêche la jeune femme de suivre son traitement de beauté aux heures ou son mari n’est pas là, par exemple, tard dans l’après-midi, au moment de prendre son bain et de s’habiller pour le souper. On laisse la crème sur le visage pendant tout le temps que l’on prend son bain et qu’on se donne un manucure, après quoi on l’ôte et on fait le maquillage habituel.

Une jeune femme qui a décidément la peau trop sèche pour  pouvoir se passer d’une crème grasse la nuit n’a qu’à user d’un subterfuge. Elle met son pot de crème près de son lit, et dès que son mari est endormi, elle met sa crème doucement, sans faire de bruit ni de trop grands gestes, à l’obscurité complice.

Si le matin, vous ne voulez pas non plus vous réveiller avec les lèvres pâles, vous qui les avez si belles et si fraîches tout le jour, mettez du rouge avant de vous coucher, puis, essuyez-les, ou plutôt, pressez-les avec une serviette à démaquiller. Le lendemain matin, elles seront encore fraîches et belles.

Ce sont de tout petits trucs de coquetterie, mais qu’il est bon de connaître, et plus encore d’employer.

(Le Petit Journal, 12 janvier 1941)

(*) Histoire d’attraper son poisson ?

Suivez et aimez nous:
error0

Quelques suggestions de lecture supplémentaire :

Traité culinaire à l'usage des femmes tristes - de l'art de jouer du regard

C'est probablement un secret de Polichinelle que ma bibliothèque regorge de livres aux titres les plus improbables, sur les sujets les plus contradictoires. La vérité c'est que j'aime les livres et que je suis curieuse[...]

Pages féminines d'un autre temps...Le bonheur dans le mariage (selon Monsieur!)

Le bonheur dans le mariage, pas toujours simple n'est-ce pas ? Mais qu'on se rassure ! Dans le Photo-Journal du 24 avril 1954, Monsieur nous disait comment nous y prendre ! En bref mesdames ! À nos[...]

Pages féminines d'un autre temps...Comme dans l'expression tiré par les cheveux ?

Je l'avoue, je suis parfois sans mots ! Ce matin, en voici la cause... Rien de moins qu'estomaquée en lisant les vieux journaux du Montréal des années 30... dont les détails sont, c'est le moins que[...]

Pages féminines d’un autre temps…Plaidoyer pour les femmes laides

Parce que cela faisait longtemps que je ne m'étais plongée dans de vieux journaux, cet article m'a fait sourire... Comme quoi, je l'imagine, je ne suis pas la seule originale que cette terre ait portée ! Trouvé[...]

Pages féminines d'un autre temps...De l'art de dire non

Parfois, en lisant de vieux journaux, je me demande comment on a pu raconter de telles balivernes aux femmes un jour.... Je n'ai pas trouvé de réponse ! Mais comme par hasard, je suis tombée hier sur[...]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.