Pages féminines d’un autre temps…La femme qu’on ne doit pas épouser

Pexels

Lire de vieux journaux, ça a toujours cet effet de faire ma journée ! Ici, dans Le Petit journal du 13 février 1955, l’un des «meilleurs psychologues français» met en garde les hommes sur les cinq types de femmes qu’ils ne doivent jamais, au grand jamais, épouser….

J’adore le point 3 !

*****

La femme qu’on ne doit pas épouser

Un des meilleurs psychologues français, qui est en même temps (ce qui ne gâte rien) un homme d’esprit, vient d’établir la liste des femmes que l’on peut parfois fréquenter, mais dont il est sage…de ne point demander la main.

  1. La femme-enfant, celle qui toute sa vie, jouera à la petite fille. Elle est charmante au début. Elle amuse, elle donne l’illusion que la jeunesse durera toujours. Mais elle devient bientôt crispante, s’avère incapable de tenir une maison, ou ses caprices et ses enfantillages déchaînent des drames.
  2. La femme-qui-a-soin-de-sa-beauté.  Il peut être flatteur de sortir au bras d’une femme bichonnée, maquillée, peinturlurée. Mais combien cher l’homme paie cette satisfaction d’amour-propre! Tout son temps, Madame le passe devant son miroir; tout son souci est pour elle-même, pour sa ligne, sa cellulite. Elle ne quitte guère sa salle de bains. Alors…on fait le ménage soi-même et l’on mange des conserves du début à la fin de l’année.
  3. La femme d’un autre milieu. Un bon jeune mécanicien a épousé une femme-peintre cubiste. Au bout de six mois de ménage, il était fou. Il n’est pas nécessaire d’en dire davantage, ne croyez-vous pas? Cet exemple se suffit à lui-même.
  4. La grande nerveuse.  Celle-là semble avoir un marché passé en sous-mains avec le marchand de porcelaine, car dans l’appartement, vole la vaisselle. Et, la vaisselle épuisée, tout est bon pour sa rage de destruction. Les voisins s’amusent bien. Mais le mari…beaucoup moins.
  5. L’adjudante. La femme qui porte la culotte, qui exige le versement intégral des appointements, qui impose de marcher avec des «patins» sur des parquets cirés, qui fait pivoter son époux comme un toton. Oh! avec elle, l,a maison est bien tenue…on se sent chez-vous…comme à la caserne. Vivement la classe!

À part ces quelques exemples, on peut en somme épouser n’importe quelle femme. L’ennui, pour tenir compte des conseils de notre psychologue, c’est qu’on ne sait jamais ce qu’est exactement une femme qu’après l’avoir épousée. 

(Le Petit Journal, 13 février 1955, page 47)

Suivez et aimez nous:
error0

Quelques suggestions de lecture supplémentaire :

Pages féminines d'un autre temps...Comme dans l'expression tiré par les cheveux ?

Je l'avoue, je suis parfois sans mots ! Ce matin, en voici la cause... Rien de moins qu'estomaquée en lisant les vieux journaux du Montréal des années 30... dont les détails sont, c'est le moins que[...]

Pages féminines d'un autre temps...L'hygiène de la femme professeur en 1913

Hier, sur la page Facebook des Chroniques d'une cinglée, je vous partageais ce contrat qui était offert aux institutrices québécoises dans les années vingts.... Puis voilà que, internet regorgeant de trésors, j'ai mis la main sur[...]

Pages féminines d'un autre temps... Savoir se taire

SAVEZ-VOUS VOUS TAIRE? Répondez-vous à chaque question par oui quand vous êtes nettement affirmative, par oui-non quand vous êtes dubitative, par non quand votre réponse est spontanément dubitative?  Si «oui» obtient la majorité, nos félicitations, si c’est[...]

Pages féminines d’un autre temps…Soyez jolies mesdames !

Voilà bien ce genre de petit plaisir anodin que je ne m'autorise pas assez souvent bien qu'il ait l'art, chaque fois, de me mettre le sourire aux lèvres! Fouiner dans les vieux journaux d'époques révolues,[...]

Pages féminines d'un autre temps...Messieurs, êtes-vous un bon mari?

Hum! En lisant les vieux journaux, j'ai comme l'impression que ce n'est pas d'hier qu'on était pas mal moins exigeants envers les hommes qu'envers les femmes... Alors qu'en début de semaine, je partageais avec vous les trente[...]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.