Pages féminines d’un autre temps…La rentrée scolaire de nos petits chéris

Pexels

La rentrée, effet de nos sociétés modernes ?

Que non ! Août venu, on nous bombardait déjà de « conseils bienveillants »…en 1928!

Misère !

*****

CHRONIQUE MODE

LA RENTRÉE DES CLASSES

Ce n’est pas un pêché qu’être coquet. Au contraire, et j’aime les écoliers bien mis! Ils seront, dans la vie, des hommes et des femmes soigneux d’eux-mêmes, avec de jolies idées. Il me plait aussi que les mamans aient souci de parer leurs petits et d’enjoliver leurs grâces commençantes; elles font là gestes de bonnes éducatrices donnant le goût du beau et de l’harmonieux.

Sous le tablier noir n’hésitez donc point à glisser la petite robe gentille, le petit costume agréable à voir. L’enfant bien mis aura le goût de l’ordre parce qu’il ne voudra pas abîmer l’habit qui lui plaît.

Les écossais et les rayures sont à la mode; on les harmonise avec des unis créés tout exprès pour les accompagner. Voilà de quoi composer pour nos filles des ensembles délicieux. Naturellement, pour un sage emploi de tout-aller il faut songer aux teintes sombres; le marin, le bois, le gris foncé, le vert sont indiqués pour leur sobriété. Les gentes écolières ne s’en trouvent point attristés parce que ces fonds sérieux s’éveilleront de l’éclat rieur des clans d’Écosse et des rayures bayadères.

La vareuse du tailleur sera de couleur unie, la jupe plissée également et le haut de robe, ou casaque, présentera qui des carreaux, qui des rayures bayadères disposées en travers; n’omettez point surtout cette disposition, elle est la note mode par excellence.

Si vous aimez les façonnages gais, la jupe plissée pourra être bordée d’une bande de carreaux ou de rayures et les revers de la vareuse, le dessin des poches répéteront cette aimable fantaisie. Il y a de jolies nuances dans les écossais. La maman adroite aura tôt fait de compléter le costume d’une coiffure assortie, un béret ou un casque à l’aviateur – moins la mentonnière, naturellement! – un bonnichon à trois pièces bordé d’un peu de fourrure rase, et voilà l’enfant paré d’une manière originale et personnelle.

La mode est aux courtes capes, aux petits collets que l’on glisse sur les jaquettes. Ce détail ne vous laissera point indifférentes: capes et collets sont seyants aux petits et puis il renforcent l’abri qui défend leur santé contre les surprises de la température.

On fait actuellement beaucoup de jupes montées à bretelles; elles sont d’un façonnage facile et d’un effet gracieux pour les fillettes. Tous les genres de corsage iront avec ces jupes. Le tissu est donné au plisseur: deux fois la largeur est nécessaire pour les plis creux – et ensuite monté sur un empiècement de hanches, empiècement que vous taillerez en biais et en forme même sur le corps de l’enfant. La jupe ouverte derrière se fermera par des pressions. Les bretelles pourront être coupées avec l’empiècement ou ajoutées ensuite. Vous les ferez croisées ou  droites selon votre caprice.

Pour utiliser de vieilles robes à vous, ces façonnages sont aisés, parce que vous pouvez à l’occasion mêler tissus et coloris.

(Le Petit journal, 26 août 1928)

Suivez et aimez nous:
error0

Quelques suggestions de lecture supplémentaire :

Pages féminines d'un autre temps.... Parlons mode, avril et les chapeaux

La chronique de la mode par Janie  Si nous parlions de chic? *** Il me semble que cela aurait, en avril un extraordinaire intérêt…Parlons donc de chic et par quoi commencer, sinon par celui, toujours nouveau des chapeaux. Ah![...]

Pages féminines d'un autre temps... Savoir se taire

SAVEZ-VOUS VOUS TAIRE? Répondez-vous à chaque question par oui quand vous êtes nettement affirmative, par oui-non quand vous êtes dubitative, par non quand votre réponse est spontanément dubitative?  Si «oui» obtient la majorité, nos félicitations, si c’est[...]

Pages féminines d'un autre temps...De l'art de se rendre sympathique

Comme se rendre sympathique LA BONNE ÉDUCATION (Article écrit spécialement par Clara Bow pour les lectrices du Petit Journal) Savoir vivre est aussi savoir plaire. Le rôle social de la femme est immense, aussi doit-elle donner l'exemple de[...]

Pages féminines d'un autre temps...Mesdames, assurez-vous d'être "sortable"

SORTIR Ne vous coupez pas entièrement du monde une fois mariée. Aucune femme ne peut prétendre rester à la page si elle n'échange jamais avec d'autres personnes. Cependant, sortez avec modération. Saint Paul n'a-t-il pas remis[...]

3 commentaires sur “Pages féminines d’un autre temps…La rentrée scolaire de nos petits chéris

  1. Que c’est joli, gracieux et gai que tout cela 🙂

    On a peine à croire que cet article a près de 100 ans tant il est (toujours) dans l’air du temps 🙂

    Et en plus, j’adore l’écossais … dans TOUS les sens du terme 😉

    Bises mon amie

    Yasmine

    1. Ho Ho ! Et c’est à ce moment de l’histoire qu’on apprend que la jeune algérienne apprécie particulièrement les écossais ? 🙂

      C’est vrai qu’en lisant les vieux journaux, il nous faut nous rendre à l’évidence que plus ça change, plus c’est pareil ! Doit-on en être rassurés ? Ou découragés ? Là est la question !

      Bonne journée de Montréal !

      Marie

  2. Les celtes et les vikings en fait !!!
    Ah les grands guerriers lol

    Quand au changement qui ne change jamais … bah ma foi, après tout, qu’est-ce que cent ans sur l’échelle des millions d’années de l’histoire de l’humanité (wé là j’me la joue philosophe-scientifique nobélisable lol)

    Donc, laissons-nous du temps … et de la créativité pour le futur à MOYEN terme 🙂

    Bises

    Yasmine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.