Pages féminines d’un autre temps…La robe esclavage de la femme

La mode réduit la femme à l’esclavage

MARCEL PRÉVOST CONTRE LES ROBES LONGUES

Cet écrivain français constate que la mode fait perdre du terrain à la femme

PARIS, 9 (spécial au P.J.) – La femme est un «être de beauté» et ne doit pas essayer à trop cacher ce fait, au dire de Marcel Prévost, membre de l’Académie Française et auteur de plusieurs ouvrages fort connus sur la femme.

Marcel Prévost se montre quelque peu inquiet: il voit trop de robes longues à Paris.

«Pendant longtemps, dit-il, j’ai défendu cette thèse que la femme naissait l’égale de l’homme et qu’ayant les mêmes besoins elle devait avoir les mêmes droits que l’homme. C’est pourquoi j’ai toujours été partisan du suffrage féminin, Mais – et c’est ce qui me met en colère – la femme retarde le jour où elle devra être considérée comme l’égale de l’homme en France, par un stupide esclavage de la mode.

«Les hommes ne sont pas eux-mêmes sans élégance. Pourtant, depuis cinquante et même cent ans, ils n’ont pas beaucoup changé la mode de leurs habits, sauf dans quelques détails.

«D’un autre côté, les femmes ont fait une grande propagande, depuis la guerre, en faveur des robes courtes et des cheveux courts. Elles défendirent les deux avec grande éloquence et chacun supposait qu’elles devaient savoir ce qu’elles voulaient! Les jupes ont donc raccourci petit à petit jusqu’à monter aux genoux. Une certaine prudence les arrêta dans cette marche ascendante et les empêcha de les faire disparaître complètement! Mais, soudain, un beau jour on se réveilla pour constater que les robes descendaient avec une rapidité étonnante, jusqu’à terre. Que devons-nous penser? Les femmes sont-elles devenues folles ou sont-elles absolument hypnotisées par les couturiers?

«Vous me direz que vous avez le droit de vous habiller comme il vous plait. Parfait! Mais, prenez garde! En préconisant tous ces changements absurdes de la mode, vous vous désignez comme différentes de votre rival, l’Homme.»

(Le Petit Journal, page, 9, 10 août 1930)

Suivez et aimez nous:
error0

Quelques suggestions de lecture supplémentaire :

Pages féminines d'un autre temps... Le danger est partout mesdames! ou Comment résister aux hommes

Parce que ces perles sont à mes yeux un peu comme quelques clins-d’œil du passé. Mais surtout, parce qu'à travers eux, j'ai comme l'impression de trouver des fragments de Lucienne, mon arrière-grand-mère qui a vécu dans[...]

Pages féminines d'un autre temps....Miroir, miroir!

TACHONS DE NOUS VOIR COMME LES AUTRES NOUS VOIENT Interrogeons sérieusement notre miroir Il ne faut pas accuser une femme d'être vaniteuse parce qu'elle a le souci de paraître en tout temps sous son aspect le plus[...]

Pages féminines d'un autre temps...Ou lorsque le désir d'harmoniser toutes les sphères de sa vie ne connaît pas de limite

Mettre de l'harmonie dans sa vie ! Qui n'en a pas le désir, plus ou moins avoué, n'est-ce pas ? Et si je vous disais que nous n'avons rien inventé ? Pas plus de ce désirs d'harmonie...[...]

Pages féminines d'un autre temps...Mesdames, souriez à votre fantaisie, mais pas trop

ENTRE NOUS MADAME... Sourires Le sourire, de tout temps fut l'apanage, l'arme de la femme. Les Arts nous ont montré fidèlement sur les traits toujours délicieux des femmes à la mode, les divers sourires que les hommes ont[...]

Pages féminines d'un autre temps...Conseils pratiques à la femme qui apprend à conduire

Conseils pratiques à la femme qui apprend à conduire l’auto Votre mari est parti et vous a laissé la voiture à conduire. Voilà une responsabilité nouvelle. En outre, des milliers de femmes apprennent à conduire aujourd’hui, même si elles n’ont[...]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.