Pages féminines d’un autre temps…Leçons de conduite automobile…au féminin

Pexels

ENTRE NOUS, MADAME…

*****

LA FEMME AU VOLANT

Malgré toutes les calomnies que les gens facétieux ont l’habitude de répandre sur les femmes qui conduisent leur propre voiture – ou du moins s’intéressent à l’industrie automobile – il convient de leur rendre justice.

Il faut les louer surtout de l’influence qu’elles ont eu sur les perfectionnements des autos modernes.

Notons bien qu’il ne s’agit pas de technique, car dans la technique elles ont toujours été, et elles s’en vantent, fort ignorantes. La magnéto ne les a jamais magnétisées, et le carburateur ne leur est pas souvent familier. Quant au frein, elles savent que sans lui elles seraient depuis longtemps entrées avec fracas dans quelque devanture!

Les manuels d’automobiles…se vendent aux hommes. Nos belles amies les regardent avec moins d’intérêt qu’un poissant voyant tomber à la mer un caillou.

Au début de l’automobile, voici pas mal de temps, lorsque l’année avait quatre saisons : l’automne, l’automne, l’automne et l’automne, nous roulions parfaitement bien dans nos torpédos, et nous y avions conquis un teint fleuri qui faisait l’admiration des villages. Ce sont les femmes qui nous ont amenés à la conduite intérieure.

C’est au goût des femmes pour la réduction et l’apaisement des courants d’air que nous avons dû la ventilation du type Fischer, et les merveilleuses carrosseries modernes. Nous leur avons dû la peinture élégante, durable et solide, les boutons de porte sous la main et non sous les reins, la régularité et le fonctionnement silencieux…

En Chine, on appelle « trains rapides » ceux qui arrivent à l’heure. Des autres on ne parle même pas. C’est beaucoup grâce au désir qu’avaient les femmes de ne pas arriver plus en retard qu’elles n’étaient parties que les voitures sont devenues régulières.

Nos pneus ont augmenté de diamètre, nos sièges de confort. Nos moteurs sont devenus muets pour qu’on puisse parler de robes sans être gênées, et enfin j’aurai l’air d’être payé par le syndicat des constructeurs d’automobiles si je dis que la voiture de maintenant fume moins que sa propriétaire. Ce n’a pas toujours été ainsi. C’est aux femmes que nous le devons!…

(Le Petit Journal, 19 janvier 1936)

Quelques suggestions de lecture supplémentaire :

Pages féminines d'un autre temps...Mesdemoiselles, la curiosité est un vilain défaut

ENTRE NOUS MADAME... La Curiosité La curiosité est un abominable défaut ou une qualité fine et précieuse. Ce défaut, est à déplorer chez l'enfant et l'adolescente, chez la jeune fille il est encore plus exécrable. Manie de scruter,[...]

Pages féminines d'un autre temps...De l'art de rompre par écrit et avec élégance

Alors qu'il m'arrive d'être scandalisée lorsque j'entends ces histoires de ruptures par textos, je réalise, à la lecture de vieux journaux issus tout droit des années soixante-dix...que nous n'avons vraiment rien inventé ! ***** L'ART DE ROMPRE[...]

Pages féminines d'un autre temps...Pour avoir un joli cou

C’est, vous ne l’ignorez pas, mes chères lectrices, la partie du corps qui vieillit le plus vite, c’est aussi celle à laquelle on ne pense que lorsque on s’aperçoit qu’elle a été singulièrement négligée, et[...]

Pages féminines d'un autre temps...Secrets d'amour

En lisant les vieux journaux, c'est à se demander qui a eu cette idée saugrenue d'inventer des applications pour trouver l'amour de sa vie. C'est pourtant si simple n'est-ce pas ? Un trèfle à quatre feuilles,[...]

Pages féminines d'un autre temps...Leçons de séduction (Prise 3)

LES SECRETS DU CHARME QUELLE ATMOSPHÈRE CRÉER AU FOYER ?  On rentre chez soi pour se reposer – Les petits ennuis domestiques *** On nous demande d’examiner dans cette série d’articles le cas de la femme mariée, et le[...]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.