Pages féminines d’un autre temps…L’égalité des sexes à la fin des années vingt

Pexels

LA FEMME EST L’ÉGALE DE L’HOMME

_____

Réfutation d’une femme-médecin de Chicago aux prétentions d’un savant allemand, qui veut que la femme ait servi de chaînon entre la guenon et l’homme

_____

Si cela était vrai, il y a longtemps que la race humaine serait éteinte

_____

Chicago, 11. (Spécial au « Petit journal ») – Un célèbre anthropologiste allemand, le Dr Adolf Heilborn soutient dans un volume qu’il vient de faire paraître sous le titre de « Weib und Mann » (Épouse et Homme) que la femme n,est pas un être essentiellement de la race humaine, mais qu’elle a simplement servi de lien entre le singe et l’homme!

Cette affirmation gratuite – à part d’être fort peu galante pour la femme – n’a pas été longue à recevoir un fier démenti de la part du sexe féminin qui compte, de nos jours, des femmes très savantes et dont la plus connue dans le monde entier est Madame Curie, qui a découvert le radium avec son célèbre mari, le Dr Curie, aujourd’hui décédé.

Ce que prétend le Dr Heilborn

Le Dr Heilborn est partisan de cette théorie condamnée du transformisme, prétendant que l’homme descend du singe. (Homme est entendu ici dans le sens spécifique, embrassant toute la nature humaine).

Étant lui-même homme, le Dr Heilborn, tout en ne voulant pas descendre du singe (bien qu’il croit au transformisme!) soutient que c’est la femme qui a servi de lien ou de chaînon entre le singe et l’homme.

Cette singularisation de la femme et de l’homme part d’un mauvais naturel. Pourquoi en effet, au point de vue exclusivement de la nature humaine, c’est-à-dire physiologique, faire de distinction d’espèce entre l’origine de l’homme et l’origine de la femme? La femme n’est-elle pas la plus grande créatrice de l’espèce humaine, de notre mère Ève jusqu’à nos jours?

Inutile ici de parler de cette théorie absurde, condamnée par les philosophes scolastiques, entre autre par le grand saint Thomas d’Aquin, et aussi par les plus grands savants, entre autre Pasteur.

Réplique d’une femme

Une femme-médecin de Chicago, le Dr Maud Slye, professeur adjoint d’anatomie du collège médical de cette fille, a su répondre de façon for laconique au savant allemand.

« Voilà un homme, dit-elle, qui n’aime guère les femmes, parce qu’il a dû souvent être retourné de belle façon par elles! »

« Si les femmes ne sont pas des êtres humaines, ajoute-t-elle sérieusement, alors toute la race humaine est condamnée à disparaître dans quelques années! »

« On a qu’à jeter les yeux sur le monde animal qui nous entoure pour voir que, même chez les êtres les plus faibles que la vie anime, la femelle est aussi apte à la lutte de l’existence que le mâle et même souvent plus forte, si l’on considère le fait que c’est la femelle qui porte le fardeau de la postérité. »

« Même si l’on admet l’évolution, on est obligé de reconnaître qu’il n’y a pas d’infériorité physiologique entre le mâle et la femelle d’une même espèce. »

Les amazones

« Les Amazones étaient des femmes de forte stature, sachant guerroyer comme les hommes et faire la chasse aux fauves aussi bravement que n’importe quel guerrier. »

Et elle conclut ainsi : « Pour moi, les prétentions du Dr Heilborn sont bien futiles. Si la femme d’aujourd’hui est moins forte, si son cerveau est plus mince, si ses os sont plus fragiles, cela ne prouve pas que la formation physique d’une personne ait quelque chose à voir avec son développement mental. »

(Le Petit Journal, 12 août 1928, page 3)

Partagez avec vos proches!

Quelques suggestions de lecture supplémentaire :

Retour dans le temps, prise 13...ou l'Art de bien recevoir ses invités

Le géranium lierre (c) 2010 Pierre-Alain BourquinRecevoir des invités au début du siècle dernier semble décidément s'être avéré tout un art...Que l'on a un peu oublié ! *********************Invitations et réceptions à la campagneLes repasPour les[...]

Pages féminines d'un autre temps...La rentrée scolaire de nos petits chéris

La rentrée, effet de nos sociétés modernes ? Que non ! Août venu, on nous bombardait déjà de "conseils bienveillants"...en 1928! Misère ! ***** CHRONIQUE MODE LA RENTRÉE DES CLASSES Ce n'est pas un pêché qu'être coquet. Au contraire, et j'aime[...]

Pages féminines d'un autre temps... Soyez jolies mesdames! (prise 2)

SOYEZ JOLIES MESDAMES! * Cils et sourcils * Des sourcils fournis et bien arqués, de beaux cils brillants et sains sont la parure de l’œil. L’œil n’est pas joli par lui-même, ce sont les cils et les sourcils[...]

Pages féminines d'un autre temps...Pour avoir un joli cou

C’est, vous ne l’ignorez pas, mes chères lectrices, la partie du corps qui vieillit le plus vite, c’est aussi celle à laquelle on ne pense que lorsque on s’aperçoit qu’elle a été singulièrement négligée, et[...]

Pages féminines d'un autre temps...L'âge du foyer

Pages féminines d'un autre temps, ça vous rappelle quelques choses ? Il y a environ deux ans, je m'amusais à recenser des passages de certains manuels d'économie familiale du début du siècle dernier devant lesquels je[...]



2 commentaires sur “Pages féminines d’un autre temps…L’égalité des sexes à la fin des années vingt

  1. Eh ben dis donc !
    On ne s’ennuyait pas à l’époque !
    Le premier farfelu venu pouvait (et peut encore malheureusement !!!) décréter sa loi sur les autres pour quelques névroses auxquelles il se refuserait à faire face !

    Mais ainsi va le monde et l’espèce humaine avec 😉

    Bonne journée mon amie

    Yasmine la (presque) blasée lol

    1. 🙂 Malheureusement, nous n’avons rien inventé avec les études bidon dont le web regorge ! Doit on s’en consoler ? (Ou s’en désespérer ?)

      On moins, peut-on en rire !

      Bonne journée à toi aissi!

      Marie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*