Pages féminines d’un autre temps…Les taches ménagères et autres généralités

Crédit: Pixabay

Récemment, je suis tombée sur un billet de blogue, celui d’une maman qui semblait présenter comme étant le fruit d’une illumination divine, la perfection de son quotidien à la maison avec ses enfants. Par opposition à celui de toutes les autres mères, celles qui «égoïstement» choisissent d’aller travailler. Et qui sont clairement des paresseuses parce qu’elles n’arrivent pas à tout concilier, maison, boulot…et plancher propre.

Si au moins j’exagérais son propos ! Mais malheureusement non !

Misère!

J’ai eu soudainement le sentiment d’avoir été comme aspirée soixante-ans en arrière, à l’époque de la «Reine du foyer» et de «Papa à raison»…

À preuve, cet extrait d’un petit guide destiné aux épouses, publié…en 1936!

Ça ne s’invente pas !

*****

«Si le rôle d’épouse se révèle le plus difficile et le plus exigeant au monde, c’est également le plus populaire. Avec quelques efforts, cela peut devenir aussi le plus heureux.

Ne commettez pas l’erreur répandue de vous plaindre de la monotonie de vos tâches ménagères. Apprenez à vous réjouir de leur bonne exécution. Un éclat de rire quotidien vous donnera l’impression qu’elles sont plus faciles.

Lorsque vous vous occupez de votre mari et de vos enfants, gardez à l’esprit que la force la plus puissante au monde sera toujours le silencieux pouvoir de l’amour.

Dans tout ce que vous entreprenez, sachez qu’un bon début, c’est déjà la moitié du chemin parcouru.

Si vous traversez des épreuves, faites contre mauvaise fortune bon cœur.

(…)

Ne regrettez pas ce que vous auriez pu devenir. Réjouissez-vous de ce que vous avez. La vie est trop courte pour se morfondre. Apprenez de vos erreurs.

N’oubliez pas qu’un mariage, comme un gouvernement, n’est que compromis. Cela ne concerne pas que votre époux.

(…)

Faites ce que l’on attend de vous. La femme aurait été offerte à l’homme pour la consoler du Paradis perdu, même si parfois elle semble plutôt le préparer aux tortures de l’Enfer.

(…)

Essayez de concevoir vos tâches quotidiennes comme un art et non comme un travail. Ainsi, votre routine ne sera plus une corvée, mais véritable plaisir. De surcroît, cela donnera à votre maison une atmosphère raffinée.»

Comment être une bonne épouse» chapitre XI, pages 74-76, première publication en 1936 sous le titre «Do’s and Don’ts for the Wives, Universal Publication Ltd)

Partagez avec vos proches!

Quelques suggestions de lecture supplémentaire :

Pages féminines d'un autre temps...Les dix commandements de la parfaite femme au foyer

Histoire de constater à quel point le choix des résolutions est un processus qui semble devoir s'imposer depuis des lunes, j'ai mis la main sur cette vieille version publiée dans le Petit Journal en 1963[...]

Pages féminines d'un autre temps...

À l'heure ou j'ai moi-même le sentiment de n'avoir rien à dire ;-) ***** Mesdames, pour éviter meurtres, suicides ou divorces... CESSEZ DONC DE PIAILLER AUTOUR DE VOS MARIS! - «Qu'on brûle les mégères!» Voilà les dernières paroles, d'ailleurs[...]

L'éducation sexuelle au temps d'Aristote

«Si une femme a plus de désir que d’ordinaire, et si elle a pris plus de plaisir lors de l’acte sexuel, c’est un signe de conception» (-Compleat Master-Piece, œuvre signée Aristote, the Famous Philosopher», vers[...]

Pages féminines d'un autre temps...Vous avez dit comme dans un corset trop serré?

Lire les vieux journaux, ah ce qu'on aime ça n'est-ce pas ? Même si parfois, ça donne aussi envie de crier ! *********************** IL EST PLUS DIFFICILE AUX COUTURIERS DE CHANGER LES MANNEQUINS QU'AUX FEMMES DE MODIFIER LEUR[...]

Pages féminines d'un autre temps...Des vêtements pratiques, économiques mais surtout, élégants pour le ménage

Ce n'est un secret pour personne sans doute que j'adore découvrir les vieux manuels destinés aux femmes d'une époque révolue... Et Dieu merci que celle-ci le soit effectivement ! Récemment, j'ai ainsi mis la main sur[...]