Pages féminines d’un autre temps… Pensée magique

Vintage, Kelly Cardona, Flickr

Fouiner dans les vieux journaux des années vingt et trente, c’est toujours pour moi le gage de belles surprises !

Et la conviction, chaque fois mise en évidence que plus ça change, plus c’est pareil…

*****

SI VOUS VOULEZ MAIGRIR

– Vous prendrez bien un sandwich?

– Non, vraiment, merci beaucoup !

– Moi je ne vous imite pas. Ce baba au rhum me fait les yeux doux, et je sens bien qu’une fois que je l’aurai dégusté, je ne pourrai pas résister au charme de cet éclair à la crème…

– Moi aussi, dit la grosse dame, j’aimerais mieux être mince, mais il est trop difficile de maigrir. Il faut au moins dix spécialistes pour vous mettre au point, se faire mourir d’inanition et être brisée de courbatures après avoir fait une culture physique enragée.

–  Pourquoi dix spécialistes? Mois, je fais ma ligne moi-même…et, si je ne mange pas de petites fours à l’heure du thé,  croyez bien que cela ne me prive pas, je n’en ai aucune envie.

– Je vous ai connue un peu plus rondelette, chère amie, et il faut bien reconnaître que vous avez rajeuni de dix ans en perdant, si je ne me trompe, 14 ou 15 livres. Tout au fond du cœur, je vous envie. Et si vous m’indiquiez le moyen que vous avez suivi, et que ce moyen soit simple…

– Le plus simple du monde. Je me suis mise au régime pendant dix-huit jours.  Pas un de plus. J’ai perdu, pendant ces dix-huit jours, 14 livres. Depuis, je mange normalement aux deux grands repas et, sans avoir jamais eu besoin de recommencer ma cure, je n’ai pas repris une once. Je n’ai eu recours à aucun autre moyen amaigrissant. Si je fais de la culture physique, c’est pour garder ma souplesse beaucoup plus que pour garder ma ligne. Parmi ces exercices, il y en a deux ou trois qui sont destinés à empêcher de s’empâter certaines parties du corps qui y sont particulièrement prédisposées : les hanches et la partie située un peu au-dessous des hanches… Un point c’est tout.

– Décidément, envoyez-moi votre régime et une explication bien claire de vos petits exercices. Je les suivrai. Il est tout de même bien désagréable, à trente ans, d’être une grosse dame…

(-Journal La Patrie, Dimanche 14 janvier 1940)

Quelques suggestions de lecture supplémentaire :

Pages féminines d'un autre temps.... Parlons mode, avril et les chapeaux

La chronique de la mode par Janie  Si nous parlions de chic? *** Il me semble que cela aurait, en avril un extraordinaire intérêt…Parlons donc de chic et par quoi commencer, sinon par celui, toujours nouveau des chapeaux. Ah![...]

Pages féminines d'un autre temps...Philtres d'amour

Effeuiller la marguerite, vraiment, qui d'entre nous n'a jamais fait ça un jour? On se le demande! Vous savez! Cet «art» probablement sans âge et «des plus scientifiques» parmi tous, censé  refléter les sentiments de l'être[...]

Pages féminines d'un autre temps...Le pouvoir infini du genou

Je suis parfois effarée de constater combien les journaux et magazines féminins modernes s'acharnent encore et toujours à nous piéger dans des stéréotypes un peu gnan-gnan... Mais, en lisant les vieux journaux des années vingts, je[...]

Pages féminines d'un autre temps...De la vraie nature des femmes

Je suis en ce moment dans la lecture d'un bouquin vraiment fascinant, «Une éducation» de l'auteure américaine Tara Westover.  En bref, celui-ci raconte le parcours auto-biographique absolument fou d'une jeune femme née en 1986, en[...]

Pages féminines d'un autre temps...Madame, faites entrer le bonheur chez-vous!

Une pilule du bonheur ? Pourquoi pas ? Mais en tombant sur ce vieil article du Photo-Journal du 11 février 1961, je me questionne... Qu'est-ce que c'est supposé soigner ? ***** MADAME...FAITES ENTRER LE BONHEUR DANS VOTRE MAISON! Le bonheur[...]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.