Pages féminines d’un autre temps…Soyez jolies mesdames !

Carte postale de ma collection personnelle (Chroniques d’une cinglée)

Voilà bien ce genre de petit plaisir anodin que je ne m’autorise pas assez souvent bien qu’il ait l’art, chaque fois, de me mettre le sourire aux lèvres!

Fouiner dans les vieux journaux d’époques révolues, à la recherche de petits bijoux au fini sépia.

Un plaisir auquel je me suis adonnée ce midi alors que j’étais à la recherche de tout et rien – n’importe quoi en fait ! – sur cette époque pendant laquelle mon arrière-grand-mère Lucienne a habité dans le Red Light de Montréal, et cela, de 1928 jusqu’à sa mort, en 1953.

Je n’ai malheureusement rien trouvé de précis concernant Lucienne !  Mais plutôt ceci, issus du Journal La Patrie, édition du 2 janvier 1930 !

J’adore !

*****

SOYEZ JOLIES MESDAMES!

* Les lèvres *

Une jolie bouche, de jolie lèvres sont une grande séduction pour la femme. Les lèvres sont les messagères et les moissonneuses du baiser, la plus douce, la plus poétique, la plus éternelle chose du monde.

« Baiser, poème qui a des ailes comme les papillons et une âme comme les anges ».

Toutes nous voulons avoir une jolie bouche, de jolies lèvres : pour le croire, nous n’avons qu’à constater que chacune, en le mystère du sac à main ou du tiroir de la poudreuse possède un bâtonnet de fard carminé.

Cela suffit-il, avoir les lèvres rouges, pour avoir la bouche belle? Hélas non, ce serait trop simple.

Il y a de belles lèvres, de vilaines lèvres et des lèvres dont on ne dit rien.

Les plus vilaines lèvres sont les minces et rentrantes, elles indiquent, dit-on, la dureté, le manque de cœur : « Lèvres minces et nez pointu n’ont jamais rien valu. » Je conseille aux femmes affligées de telles lèvres, de ne pas toujours fermer la bouche, de souvent sourire en mettant les lèvres en O, cela donne un petit genre moins sec que leur sourire.

Les plus jolies sont les lèvres gonflées légèrement, très légèrement, fortes avec un petit sinus remontant vers les joues : ces lèvres-là sont exquises et appétissantes comme des cerises.

Les lèvres trop fortes pourront être massées afin de les faire diminuer.

Les personnes  aux lèvres irrégulières devront faire attention à leur sourire.

(Journal La Patrie, 2 janvier 1930, page 4)

Suivez et aimez nous:
error0

Quelques suggestions de lecture supplémentaire :

Retour dans le temps, prise 5 ou de l'Art de la conversation au temps de l'avant-guerre

Crédit: IStockComplètement flagada la madame ! (comme quoi, ce n'est pas parce qu'on manque de vigueur qu'on ne prend pas la peine de chercher si un mot existe vraiment n'est-ce pas ?)...Mais quoi qu'il en[...]

Pages féminines d'un autre temps...Le secret du charme

Conseil d'un expert SECRET DU CHARME (Par John-Robert Powers) Si vous avez une belle peau, on sera porté à oublier que votre bouche est trop petite ou trop grande, que votre nez est trop long ou trop court,[...]

Pages féminines d'un autre temps... Le danger est partout mesdames! ou Comment résister aux hommes

Parce que ces perles sont à mes yeux un peu comme quelques clins-d’œil du passé. Mais surtout, parce qu'à travers eux, j'ai comme l'impression de trouver des fragments de Lucienne, mon arrière-grand-mère qui a vécu dans[...]

Pages féminines d'un autre temps...De l'importance des soins de beauté...même quand on est pressée

ENTRE NOUS, MADAME… SOINS DE BEAUTÉ Quand on est pressée Beaucoup de femmes ne se soignent pas le visage autant qu’elles  devraient le faire parce que le temps leur manque, soit qu’elles travaillent au dehors ou que les[...]

Pages féminines d'un autre temps...Les bonnes manières

LES BONNES MANIÈRES POUR GOÛTER SEULE Il est admis qu'une femme peut goûter seule dans un salon de thé; mais elle doit choisir avec soin la maison où elle s'attablera. Si une jeune femme prend le[...]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.