Pèlerinages (au pluriel)

Crédit: IStock

Il semblerait bien que le fait de partager en ligne le processus d’écriture – un peu comme un pèlerinage au coeur de la création d’un livre – soit en passe de devenir tendance !

Voilà que je suis tombée sur cet article qui raconte qu’une britannique, Silvia Hartmann, auteure de livres sur le développement personnel ainsi que de quelques romans fantastiques, s’y est mise elle-aussi.

On trouve son projet en ligne,  ici.

Ça me fait réaliser du coup que de mon côté, le processus d’écriture de mon (mes !) livre(s) peut sembler avoir considérablement ralenti, mes publications semblant ces jours-ci frôler le point mort…

Soyez rassurés ! Il n’en est rien puisque je partirai, dès le weekend prochain, dans ce qui pourrait sembler un « pèlerinage » au cours duquel je verrai enfin ou exactement est enterré mon père. Le processus de lui mettre une pierre tombale – un peu comme si je l’enterrais véritablement, 34 ans après sa mort! –  par conséquent enclenché…

Et un peu comme une parenthèse, me vient à l’esprit cette idée que c’était hier justement, ce 34e anniversaire de son décès. Mon père étant décédé un 24 juin…

Il y a des siècles il me semble.

Et puis, du côté de mon arrière-grand-mère, Lucienne, je l’avoue, je me sens un peu stressée. C’est qu’enfin, ma mère a pu recevoir le certificat de naissance de Jeanne, sa mère (ma grand-mère). Document qui devrait pouvoir me permettre d’accéder au dossier médical de Lucienne, morte il y a soixante ans maintenant.

Et d’une façon que je ne m’explique pas, cette idée d’enfin pouvoir espérer toucher du doigt une part de la vérité de Lucienne, je l’appréhende au-delà de ce que j’aurais pu imaginer. Un peu comme si j’avais peur qu’on me refuse l’accès à cette vérité.

Ou plus encore, comme si j’allais commettre un « crime majeur » en mettant au jour ce qui a été caché pendant si longtemps…

Quelques suggestions de lecture supplémentaire :

Écrire comme on respire

Photo: Paris Match (Simenon écrivant l'un de ses romans) Mais comment font-ils, ces écrivains qui parviennent à écrire comme ils respirent ? Au quotidien, un nombre incalculable de pages.... Vous savez ? Un peu comme la très[...]

Frissons

En relisant mon billet d'hier, je ne peux m'empêcher de ressentir un certain malaise... Ce même malaise en fait qui chaque fois que j'écris des choses plus personnelles, me fait me sentir comme une lionne[...]

Effet du hasard ou clin d'oeil du ciel ?

Écrire un livre, j'imagine, ça réserve son lot de surprises en cours de route ! Et force m'est d'avouer aujourd'hui que des surprises, l'aventure m'en a réservé de belles. Ce matin par exemple, alors qu'il m'est arrivé[...]

Valse-hésitation

Ces jours-ci, je n'écris pas beaucoup. Du moins ici. Parce que justement, j'écris ! Aussi paradoxal que cela puisse sembler ! J'écris. Mon livre. Mes livres. Ces deux routes qui me tirent constamment d'un côté puis de l'autre.[...]

Noircir des pages pour te conjuguer enfin, même au passé

Pourquoi est-ce que je te cherche de cette façon? Noircissant des pages et des pages comme on va sur une route que l'on saurait sans fin. Et surtout, comme si j'espérais ainsi finir par y voir ton[...]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.