Petit lexique à l’intention des hommes (et des femmes surtout!) ou quand tout n’est qu’une question de langage

Crédit: Pexels

Mon dernier billet vous aura peut-être fait rire (un peu !) si vous êtes une femme. Ou ? Découragé (pas mal!), si vous êtes un homme.

C’est selon !

Un ami à qui je racontais ma théorie du Mammouth me disait justement que ce n’était pas très gratifiant comme vision pour les hommes.

Je le conçois!

Je tiens toutefois à préciser ici qu’il n’y a rien de pénalisant dans cette vision de l’ère des Mammouths comme meilleur exemple pour expliquer les différences hommes-femmes! Rien de plus, à mon humble avis, que la constatation de nos différences.

Néanmoins, je suis forcée de l’avouer, le fait de vous exposer cette théorie m’a amenée, moi aussi, à pousser ma réflexion sur le sujet.

Car c’est bien beau de savoir qu’il y a un monde, littéralement, qui sépare nos comportements selon que nous soyons homme ou femme. Mais dans le quotidien, de savoir que j’ai l’immense privilège d’avoir l’œil pour la poussière parce que théoriquement, le grand ordre de l’univers m’a ainsi programmée, ça ne me console pas tellement.

Aussi, j’en suis personnellement venue à me dire que le grand coupable dans tout cela, ce n’est peut-être pas tellement celui qui nous vient spontanément à l’esprit. Soit l’homme qui ne s’implique pas toujours beaucoup dans une maison. Mais plutôt nous, les femmes, qui acceptons que ce soit normal qu’il en soit ainsi.

Parce que, supposément, nous serions historiquement programmés ainsi !

Car nous en conviendront sans aucun doute, demander à son chéri de venir s’amuser avec nous à faire toutes ces activités en « age », ça n’a sans doute pas grand chose d’excitant ! Et c’est bien peu de le dire !

Ménage

Lavage

Repassage

Balayage

Et j’en passe !

C’est pourquoi avec Karla, je me suis demandée si tout cela n’était pas une question de langage. Vous voyez, un autre « age » ! Ça devrait vous convaincre de la justesse de mon propos, n’est-ce pas ?

Bref, je me demande si, et je dis bien « si », le peu d’empressement des hommes à s’impliquer dans une maison, ça ne relevait pas au fond d’un simple problème de nomenclature.

Car avouons-le ! Chasser le minou sous le canapé, c’est bien loin de valoir le niveau de testostérone requis pour chasser le Mammouth !

Qui oserait prétendre le contraire !

Ainsi, ais-je commencé par réfléchir à l’idée d’un lexique à l’intention des hommes. Puis, je me suis ravisée  et j’ai pensé qu’il serait plus profitable d’en créer un à l’intention des femmes. Bien déterminée à contribuer à ma façon à l’évolution des mœurs dans l’histoire de l’humanité….

Je n’ai aucun doute, vous m’en remercierez !

PASSER LE BALAI

Une expression que les hommes semblent confondre avec « Faire du balai ». D’où ce réflexe (que vous aurez peut-être pu observer vous aussi) qu’à la grande majorité de la gent masculine de « se pousser ». Littéralement ! C’est pourquoi à l’avenir, nous ne saurions trop vous recommander d’éviter toutes références à cet outil qu’est le balai. Vous mettrez plutôt l’accent sur l’activité elle-même bien sur! Votre homme ne sera que trop heureux de « chasser l’envahisseur de son territoire » On encore, « de conquérir de nouveaux espaces ».

LAVER LA SALLE DE BAIN

Pour l’homme en général, cet aventurier de toujours, rien n’est moins tentant que de laver la salle de bain. Par contre, parlez-lui de « condamner à mort les bactéries par injections de nettoyant létal » et là, je puis vous l’assurer, vous ne l’aurez jamais vu aussi empressé de vous impressionner !

RANGER

Dans vos communications avec l’autre moitié de l’humanité, vous parlerez, non plus de rangement, mais plutôt de « cacher ses possession de la vue d’un éventuel envahisseur ». Efficacité démontrée lors de nombreux essais et études.

FAIRE LE LAVAGE (OU PARTIR UNE MACHINE)

Toutes les allusions au fait de laver les vêtements, et cela peu importe le synonyme qui puisse vous venir à l’esprit, gagneront à être présentées de façon plus positive et stratégique. Ainsi, il ne sera plus question à l’avenir de « laver son linge » mais bien plutôt « d’enlever nos odeurs corporelles de nos vêtements afin que l’ennemi ne puisse nous sentir arriver ».

LAVER LES DRAPS DANS LE BUT DE SE DÉBARRASSER DES ACARIENS

Ici, comme au point précédent, je ne saurais assez vous dire à quel point le choix du langage peut avoir son importance. Souvenez-vous que vous êtes face à celui dont les ancêtres ont combattu les Mammouths ! Très clairement, celui-ci n’est absolument pas programmé pour comprendre votre peur devant ces invisibles bestioles de lit que sont les acariens. Ainsi, vous ne parlerez plus de « laver les draps », peu importe que ce soit pour chasser les éventuels microscopiques indésirables. Car je vous le confirme, les acariens, il n’y a qu’à nous les femmes que cela fait peur! Vous parlerez plutôt « de mettre l’ennemi en difficulté » et là, vous aurez tout d’une stratège militaire de haut niveau aux yeux de l’être aimé.

NETTOYAGE DES VITRES

Je ne saurais assez insister là dessus je pense. Le nettoyage, peu importe pour nettoyer quoi, ça n’a rien de franchement attrayant pour un homme! Aussi, vous ne parlerez plus à l’avenir de nettoyer, laver ou rafraîchir les fenêtres. Vous parlerez plutôt du fait de « marquer son territoire au Windex ». Vous constaterez rapidement que c’est « nettement » plus viril aux yeux de la gent masculine.

Ce ne sont ici bien sur que quelques exemples de ce lexique qui a rien de moins que le potentiel de révolutionner la vie des femmes en général. Un lexique qui saura néanmoins, j’en ai la conviction profonde, vous convaincre de l’importance du choix des mots lorsque nous voulons obtenir quelque chose.

Aussi, histoire de nous amuser un peu, je vous invite à venir écrire en commentaires les idées de changements de vocabulaire qui vous viennent en tête.

Il ne sera pas dit que nous ne révolutionneront pas le monde !

Foi de cinglée !

Suivez et aimez nous:
error0

Quelques suggestions de lecture supplémentaire :

Courir après son X

J'ai bien l'impression qu'il y a de ces moments dans une vie qui portent sérieusement à questionnement ! Ce genre de période ou quoi que vous fassiez, peu importe le niveau de banalité de la chose[...]

Sans titre et sans filtre ou l'amitié à l'ère de Tinder

Mon petit bonheur le dimanche matin, c'est immanquablement chaque fois le même. Celui de m’asseoir avec le journal sur ma tablette. Sans soucis du temps que je mettrai à faire le tour de ce qui[...]

La vie n'est pas une série télé

Hier matin, en passant chercher mon café avant de me rendre au boulot, je me suis retrouvée dans une conversation un peu improbables sur les séries télé. Vous savez ce que c'est! Ce genre de moment[...]

La fin du plus que parfait ou la beauté du chaos

En jetant de temps en temps un regard sur la vie des autres à travers cette loupe grossissantes que sont les Facebook et Pinterest de ce monde, je me dis parfois qu'il n'y a que[...]

L’index Schick ou lorsque une entreprise décide de se mêler de nos choix en matière de petites culottes

Les culottes de grand-mère sont-elles responsables de la chute de vigueur du dollars canadien ? Voilà autre chose maintenant ! C’est en effet la très «sérieuse» question au coeur de cette  nouvelle diffusée hier par l’entreprise Schick Hydro[...]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.