Peurs

Crédit: Pexels

Je n’ai jamais eu peur de la mort.

Mais de tout le reste.

Tout ce qui se trouve avant ce final et irrémédiable point tournant que constituera mon dernier souffle.

Le noir la nuit;

De l’inconnu dans l’ombre et des monstres sous mon lit;

Du demain à peine esquissé tout autant que de l’hier, irrévoquable;

De me tromper ou d’échouer tout autant que de n’avoir pas essayé;

D’être seule et de finir oubliée;

De perdre la mémoire, puis la tête, dans l’ordre ou dans le désordre;

De partir sans être parvenue à jeter sur papier jusqu’à mon dernier mot;

D’aimer, trop ou pas assez;

D’être «trop» et ne pas avoir su être «assez»;

De manquer de temps et d’air;

Des orages et des tempêtes;

Du vide est des trous noirs;

Des nuages noirs sur ma tête;

Que le soleil ne revienne pas;

De m’égarer;

De perdre ma route et ne pas savoir la retrouver;

De tout, de rien;

De toi, de moi;

Des émotions qui me submergent et dans lesquelles je me noie;

De la froideur du monde qui m’entoure;

D’être incomprise;

Mal-aimée;

D’oublier qui je suis;

De faire l’erreur d’être quelqu’un d’autre;

De tout ce que j’imagine…

tout autant que de ces certitudes que je n’aurai jamais.

Non, je n’ai pas peur de la mort

Mais de tout le reste.

Ce qui se trace, à l’encre indélébile

avant que ne s’écrive, en un éventuel présent, mon point final.

Suivez et aimez nous:
error0

Quelques suggestions de lecture supplémentaire :

Gribouillis sur coin de table

  Assise en apesanteur Sur un mince fil entre deux rives Le cœur déserteur L'esprit à la dérive.   Les pieds dans le vide La tête ailleurs Fugace astéroïde Que ce cœur baladeur!   Fragile équilibre Un instant maintenu Que l’on tente de retenir Avant qu'il ne soit rompu.

À la recherche du temps (et de l'inspiration!) perdus

Depuis quelques temps, je cherche désespérément l'inspiration. Mais je me retrouve toutefois forcée de me rendre à cette évidence que l'actualité et les médias sont horriblement vides de toute lumière par les temps qui courent.[...]

Autres temps, autres moeurs...Lucienne et le prix de la liberté

Fouiner dans les vieux journaux du Montréal des années trente, ça me donne toujours ce sentiment qu’au coin d’une rue – ou au détour d’une page – je pourrais croiser Lucienne… Cette arrière-grand-mère un brin[...]

Des mots, des mots

Alors que le sort m'essore le port m'emporte. Sous le vent vantard ...le bord de ma robe se dérobe. Le temps, lui, tempère pendant que son fil se défile ...se disloque Puis s'envole.

Des bouts de papier et des mots égarés

J'ai longtemps peint comme j'écris aujourd'hui. Pour déverser le trop plein Ou encore, comme un cri. En silence et sans faire de bruit. Mon secret c'est que j'écris pour ne pas penser au néant Comme les enfants qui dans le noir Ferment les[...]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.