Peurs

Crédit: Pexels

Je n’ai jamais eu peur de la mort.

Mais de tout le reste.

Tout ce qui se trouve avant ce final et irrémédiable point tournant que constituera mon dernier souffle.

Le noir la nuit;

De l’inconnu dans l’ombre et des monstres sous mon lit;

Du demain à peine esquissé tout autant que de l’hier, irrévoquable;

De me tromper ou d’échouer tout autant que de n’avoir pas essayé;

D’être seule et de finir oubliée;

De perdre la mémoire, puis la tête, dans l’ordre ou dans le désordre;

De partir sans être parvenue à jeter sur papier jusqu’à mon dernier mot;

D’aimer, trop ou pas assez;

D’être «trop» et ne pas avoir su être «assez»;

De manquer de temps et d’air;

Des orages et des tempêtes;

Du vide est des trous noirs;

Des nuages noirs sur ma tête;

Que le soleil ne revienne pas;

De m’égarer;

De perdre ma route et ne pas savoir la retrouver;

De tout, de rien;

De toi, de moi;

Des émotions qui me submergent et dans lesquelles je me noie;

De la froideur du monde qui m’entoure;

D’être incomprise;

Mal-aimée;

D’oublier qui je suis;

De faire l’erreur d’être quelqu’un d’autre;

De tout ce que j’imagine…

tout autant que de ces certitudes que je n’aurai jamais.

Non, je n’ai pas peur de la mort

Mais de tout le reste.

Ce qui se trace, à l’encre indélébile

avant que ne s’écrive, en un éventuel présent, mon point final.

Partagez avec vos proches!

Quelques suggestions de lecture supplémentaire :

Le motif dans le tapis

Parfois, un peu comme le font ces autistes qui se mettent à ce concentrer intensément, et presque de façon obsessionnelle, sur un détail que d’aucun jugeraient sans importance, j’ai l’impression que la vie est pleine[...]

Mon Alphabet... A comme dans Ailleurs

Un Ailleurs, c'est toujours incroyablement attirant, n'est-ce pas? Parce que c'est comme d'avoir à nouveau quinze ans et des tas de possibilités. Ou encore, d'être devant le choix de prendre une route ou l'autre parmi ces dizaines[...]

Frissons

En relisant mon billet d'hier, je ne peux m'empêcher de ressentir un certain malaise... Ce même malaise en fait qui chaque fois que j'écris des choses plus personnelles, me fait me sentir comme une lionne[...]

Hier encore, j'avais 20 ans

En décembre dernier, je vous racontais cette histoire de Peter Emshwiller, un écrivain, acteur et réalisateur de 56 ans qui, il y a une quarantaine d'années, quelques part dans les années 70, a eu cette[...]

Autres temps, autres moeurs...Lucienne et le prix de la liberté

Fouiner dans les vieux journaux du Montréal des années trente, ça me donne toujours ce sentiment qu’au coin d’une rue – ou au détour d’une page – je pourrais croiser Lucienne… Cette arrière-grand-mère un brin[...]



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*