Plaisirs solitaires

L’avantage d’être seule en congé un lundi, pour le Jour du Souvenir, alors que l’Homme travaille et que fiston est à l’école….c’est de pouvoir se taper en boucle des émissions du matin à la télé. Des émissions traitant de sujets particulièrement féminins.

Alors que bien sur, je devrais écrire! Mais que j’ai plutôt mis une douzaine de muffins sans gluten pour ma mère au four. Et que j’ai mis une lessive en marche….

N’empêche! Dans l’une de ces entrevues, on parlait du phénomène littéraire de l’heure : « Cinquante nuances de Grey », traduction française de « Fifty Shades of Grey ». Des livres que personne n’avoue avoir lu….mais qui se vendent pourtant actuellement comme des petits pains chauds à l’échelle de la planète!

Des livres desquels j’ai moi-même hésité un peu avant d’en parler ici… Comme si la chose était un peu honteuse. Alors que tous les jours dans le train, sur les plages et un peu partout ailleurs, plus personne ne se cache plus pour les lire.

De la Mommy porn comme se plaisent d’ailleurs à les décrire les médias. Et que chaque fois qu’on en parle avec les copines, c’est avec des sourires en coin et les joues rouges comme des écolières des années cinquante ayant mis la main sur le dernier livre à l’index…

J’ai moi-même lu le premier livre, récemment publié en français et je dois dire que je demeure, encore aujourd’hui, un peu dubitative pour parler de cette histoire qui raconte la relation un peu particulière entretenue, sous le couvert d’un contrat, entre Anastasia, une jeune fille un peu naïve et maladroite et Christian, le beau millionnaire, jeune, sexy…et amateur de sado-masochisme! Ce dernier n’ayant qu’une envie ! Faire de la belle, sa soumise !

Bourré se stéréotypes, mal écrit et mal foutu (l’héroïne se mord les lèvres et rougit aux deux pages!), le livre est bien loin du chef-d’œuvre, qu’on se le dise! Et on ne parle même pas de littérature ici!

Mais qu’importe n’est-ce pas?

Car une fois la lecture entamée, on est pris dans un phénomène de « page turner » qui fait en sorte qu’on veut savoir ce qui arrivera ensuite! On a beau savoir en effet que c’est un peu comme du Kraft Dinner, que c’est nul, mal foutu, sans aucune valeur nutritive. Et qu’à la limite, c’est modérément excitant ! On ne peut s’empêcher de se retrouver avec ce que je qualifierais de frénésie pour enfin atteindre la dernière page.

Jusque là donc, j’avoue que j’étais plutôt partagée sur l’intérêt d’en parler ici. Ou pas. Car que pouvais-je en dire qui n’avait pas déjà été mille fois écrit quelques part sur le Net ?

Mais voilà que hier matin, dans cette entrevue dans laquelle on parlait justement du phénomène, l’une des invitées avouait avoir fait lire ces livres à sa fille. Confession qui a semblé déstabiliser un peu – c’est le moins que l’on puisse dire ! – les animatrices et autres invitées de l’émission.

Cependant, je me pose la question (et je vous la pose ici du coup!). Est-ce si horrible de faire lire cela à son adolescente? Histoire de lui faire réaliser les stéréotypes auxquels les jeunes filles sont confrontées aujourd’hui? Et qui avouons-le, n’ont pas eu besoin de livres comme « Fifty Shades of Grey » pour sévir, les télé réalités (notamment) nous vendant à outrances ce modèle de jeunes femmes toutes en jambes, compétitionnant pour être « choisies » (et surtout pas éliminées!) par des jeunes hommes aux cerveaux inversement propositionnels à la grosseur de leurs muscles. Au prix de se faire des «vacheries» les unes les autres…. Sacrifiant au passage tout esprit d’entraide.

Alors ? Vous feriez lire cela à votre fille vous ? Est-ce exagéré de penser que cette lecture peut être une belle opportunité pour une mère et sa fille d’aborder des sujets qu’on ne sait pas toujours aborder autrement ? Sans tabou.

Ou suis-je trop ouverte d’y avoir pensé ?

Suivez et aimez nous:
error0

Quelques suggestions de lecture supplémentaire :

Voler du temps au temps...pour lire !

Question Psycho, No.23Comme vous le savez, j'aime bien partager mes coups de coeur lecture !En voici donc un de plus, avec le magazine français Question Psycho qui, dans un grand dossier de 8 pages, traite du[...]

Histoires sans fin

Le samedi matin, je ne sais pas pour vous, mais à moi, il me semble chaque fois que j'ai la vie devant moi, un monde de possibilités infinies. Cela, jusqu'à ce que je revienne à[...]

Maya Angelou, la femme aux milles vies

« Si tu t'efforces toujours d'être normal, tu ne sauras jamais à quel point tu peux être exceptionnel » (-Maya Angelou) Maya Angelou, non mais quelle femme inspirante! Je suis un jour tombée par hasard sur une entrevue qu'elle[...]

Elle et lui, Marc Lévy

Ah les vacances ! Quel meilleur moment pour se laisser aller....à faire toutes ces choses qu'on a jamais le temps de faire, n'est-ce pas? Le porte-serviette qui, dans la salle de bain, est devenu un élément[...]

Un éloge de la folie...et l'envie d'en commettre quelques unes

L'un de mes plaisirs coupables est sans aucun doute de m'arrêter dans une librairie à la recherche de rien...et d'en ressortir avec ce que je cherchais, sans le savoir. Si la chose peut sembler un paradoxe[...]



6 commentaires sur “Plaisirs solitaires

  1. Bonjour Marie. Je n’ai pas lu ce livre,donc diffiicile pour moi d’en parler. Par contre ce qui m’agace,c’est que ce livre est bourré de stéréotypes .J’oserais même dire: encore un autre.J’imagine qu’il y a une clientèle pour ce genre de lecture ,puisque ça vend? .Le beau bonhomme riche qui « choisit » la pauvre petite vierge qui sera à sa disposition.Ça me rappelle les romans Harlequin que je lisais à une autre époque.C’Était semblable mais cet auteur va plus loin en y incluant de la sexualité.J’ai lu quelques livres du genre mais je trouve que les femmes n’y sont qu’accessoires.La sexualité c’est bien beau lorsque partagée dans le respect de l’autre. C’est mon humble oppinion.Nous sommes de plus en plus dans un monde où la compétition par la beauté est prioritaire. C’est très généralisé autant pour les jeunes hommes où les jeunes femmes.Tout le monde est beau,belles,riches,musclés,Les critères sont très hauts si je regarde mon entourage. Combien de nous avons rêvé au prince charmant de ces livres?Les jeunes ont accès facilement à ce genre de lecture. Je crois que si la mère et la fille lisent ce livre,ce serait effectivement une bonne façon de partager sur le sujet. Il y a des parents qui sont mal à l’aise de parler sexualité avec leurs jeunes alors pourquoi pas? Mais c’est aussi une façon je crois de dire aux jeunes filles,que ce n’est pas la « vraie vie ». Et surtout leur dire combien elles sont jolies et attirantes même si elles ne correspondent pas toujours aux critères de beauté dans ces bouquins. Ceci va pour les garçons aussi bien sur.Vive la différence! Bonne soirée Marie et merci!

    1. Bonjour Étoile ! Merci Merci pour le commentaire ! Je commençais à me dire que j’étais probablement une « illuminée » d’avoir eu ce genre de questionnement 🙂 Je suis tout à fait d’accord que les Harlequins, au fond, ce n’est pas très différent ! J’ai lu « Fifty Shades of Grey » (le premier du moins, car je ne lis pas beaucoup en anglais!) et j’ai trouvé aussi qu’il y avait tellement de stéréotypes ! Ça m’a rappelé cet article que j’ai lu récemment ou on racontait que la tendance actuelle pour certaines jeunes femmes était de se trouver un « Sugar Daddy » pour payer un certain luxe auquel elles n’auraient pas accès autrement… Des étudiantes, et même des professionnelles, qui se procurent ainsi un style de vie qu’elles n’auraient pas autrement. En échange de faveurs sexuelles bien sur ! Alors en lisant ce premier tome de la série, je me suis dis qu’il n’y avait au fond pas grand chose de différent et que plus ça change peut-être, plus c’est pareil. L’homme qui réussit bien professionnellement, qui a du pouvoir en quelque sorte et qui ainsi, peut tout se payer. Et la jeune femme de l’autre côté qui n’a que son corps pour espérer atteindre un certain « standing ». Une certaine « valeur » à tout le moins. Je trouve cela infiniment triste et malheureusement, c’est un peu ce modèle que les médias, la littérature et les téléréalités vendent à outrance aux jeunes de nos jours…. Pourquoi travailler fort et étudier pendant vingt ans alors qu’encore aujourd’hui, les femmes obtiennent un salaire moindre pour parfois plus de compétences que celles d’un homme ? Pourquoi espérer faire son chemin professionnellement alors qu’on sait très bien en tant que femme que parce qu’on aura probablement des enfants, on part avec une longueur de retard ? Bien sur, la question se pose. Et avec légitimité en plus ! C’est ce qui est désespérant !

      Alors oui, je suis convaincue que même si nous avons parfois une certaine gène à aborder certains sujets avec nos ados, peut-être que ce serait génial d’oser le faire ! Car des modèles variés, ils n’en ont malheureusement pas beaucoup de nos jours !

      (je ne peux faire autrement que de m’emporter lorsqu’il s’agit de l’influence des médias dans nos vies !!! Désolée !)

      Bonne journée à toi !

      Marie

  2. Bonjour Marie !
    J’ai lu le premier tome en anglais, et pour que j’embarque à ce point dans un roman écrit en anglais, il fallait que ça m’accroche ! Je suis aussitôt allée m’acheter les 2 autres tomes, en anglais. Je suis rendue à la moitié du deuxième livre. J’ai regardé la même entrevue télé que toi, lundi et je me suis questionnée également à savoir si je le ferais lire à mon adolescente. Je préfère attendre d’avoir terminé les 3 livres avant de me prononcer sur le sujet ! Effectivement, ce n’est pas de la grande littérature et j’imagine à quel point la traduction doit être à … désirer (pour ne pas faire de jeu de mots !!!) Par contre, il est vrai qu’on veut connaître la suite, les raisons qui font en sorte que le beau Christian Grey est tel qu’il est…ce personnage que je n’aimais pas trop au début mais dont j’ai fini par m’attacher au fil des pages. À suivre… ! Bonne soirée à toi !

    Hélène

    1. Bonjour Hélène ! Il y avait longtemps que je ne t’avais vue ici 😉 Quant aux livres, je t’avoue que je n’ai lu que le premier. Mais avec une amie qui a tout lu et avec les commentaires glanés sur Internet, j’ai pu tracer un genre de portrait de la suite, pour cette histoire de la belle et de la bête. Car bien sur, la bête en ressortira transformée. De même que la belle d’ailleurs qui prendra plus d’assurance au fil de l’histoire et en viendra à « sauver » son homme qui n’est rien d’autre que victime d’une enfance malheureuse 🙂

      Mais comme toi, c’est clair que j’ai trouvée l’histoire bien menée, même si ce n’est pas de la grande littérature. On a envie de connaître la suite et de voir ce qui arrivera.

      Bonne journée à toi !

      Marie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.