Pour ces jours on on se lève avec un air de tempête…

J’adore les livres ! Mais ça, vous le saviez déjà n’est-ce pas ? Je l’avoue, je suis bien loin de la révélation du siècle avec cela, bien sur !

Est-il nécessaire alors de vous dire à quel point j’aime tout autant ceux qui portent sur la cuisine ?

Imaginez alors avec quelle force j’ai pu succomber à celui-ci, «Traité culinaire à l’usage des femmes tristes», de l’auteur Colombien Héctor Abad Faciolince, qui promet rien de moins que de régler tous les problèmes de l’Humanité féminine !!! En cuisinant du mammouth par exemple ! (pour les jours d’air de boeuf ?)

«De la mélisse pour faire revenir un être aimé, ou l’oublier tout à fait ; un chou-fleur en brumes pour déguster la tristesse ; de l’urine et du basilic pour retrouver sa jeunesse ; une longe de veau au poivre pour délier la langue d’un taiseux ; des spaghettis al dente, ail, huile, piment, un verre de vin rouge et deux livres de poésie pour guérir l’indigestion de mots ; telles sont les recettes livrées par Héctor Abad, recettes de vie, d’amour, de passion, de jalousie et surtout une grande leçon de littérature. » 

Poèmes en prose, un brin d’humour,  brunoise d’humeurs féminines, recettes qui évoquent l’amour, la vie, la passion et la jalousie…. 

Un extrait ?

« Si un jour les mots te rendent malade, ce qui nous arrive à tous ; si tu es lasse de les entendre et de les prononcer ; si ceux que tu as choisis te semblent usés, ternes, infirmes ; si tu as des nausées quand tu entends « horrible » ou « divin » à tout bout de champ, ce n’est assurément pas la soupe des lettres qui va te guérir. Tu dois alors procéder ainsi : tu cuiras des spaghettis al dente, que tu assaisonneras de la plus élémentaire des façons : ail, huile et piment. Puis tu braveras les critiques de l’étiquette en râpant un peu de parmesan après avoir ajouté ce mélange aux pâtes. À la droite de l’assiette creuse remplie de spaghettis accommodés ainsi qu’il a été prescrit, tu poseras un livre ouvert ; à sa gauche, un livre ouvert aussi. Devant toi, un verre de vin rouge. Aucun autre accompagnement n’est souhaitable. Tu tourneras au hasard les pages de l’un et l’autre livre, qui doivent être tous deux des recueils de poésie. Seuls les bons poètes nous guérissent de l’indigestion de mots. Seule la nourriture simple et essentielle nous guérit des ravages de la gourmandise » ( – Traité culinaire à l’usage des femmes tristes, Héctor Abad Faciolince)

Ce livre trône maintenant fièrement dans ma cuisine, vous l’aurez compris 😉

Un petit bijou en soi, pour les jours de pluie ou de neige abondante… Ou encore, tout juste empreints de grisaille !

Ou tout simplement pour ces jours ou votre teint est plus brouillé que vos œufs!…

Ou de nerfs en boule !

À consommer sans culpabilité aucune !

Suivez et aimez nous:
error0

Quelques suggestions de lecture supplémentaire :

Les limites du multi-tâches !

Cuisiner un pain aux bananes et se rendre compte une fois le gâteau au four, qu'on a... Oublié d'y mettre les bananes ! Et que celles-ci semblent nous narguer, trônant toujours fièrement sur le comptoir de cuisine[...]

Dans ma cuisine

Photo: Home Made, Chroniques d'une cingléeQui a-t-il de plus réconfortant qu'un bon plat, cuisiné maison, qu'on prendra plaisir à déguster? La semaine dernière, écoutant une émission de cuisine comme il en pleut treize à la douzaine[...]

La tarte au vinaigre de ma grand-mère et autres absurdités créatives

Je me souviens que lorsque j'étais petite, pour Noël une année au coeur de la deuxième moitié des années soixante-dix, j'avais reçu un petit four Betty Crocker dont j'avais rêvé comme une folle depuis des[...]

Amitié et Gourmandise

Bien souvent le samedi, je me sens comme si j'avais toute la vie devant moi ! Un peu comme si le week-end n'allait jamais se terminer... Et parfois, cela à pour effet de me me donner[...]

L'automne, la rentrée et le retour de la folie du quotidien ou l'éternel combat

Je ne sais pas ce qui s'est produit ces derniers jours mais tout d'un coup, j'ai comme ce sentiment inexplicable que l'air autour de moi se soit comme raréfié. Alors que la semaine dernière, dans la[...]

2 commentaires sur “Pour ces jours on on se lève avec un air de tempête…

  1. Veux-tu bien me dire où tu trouves ces « bijoux » de livres ?

    Est-ce que tu les découvres dans ces petites boutiques qui vendent des livres usagés, où la poussière nous accompagne tout au long de nos recherches, et qui nous fait vibrer de bonheur lorsqu'on met la main sur « le livre » oublié ?

    Bon dimanche Marie,

    Marjo

  2. Partout et nulle part en même temps 🙂 Sites internet, blogues littéraires, suggestions… Mais j'avoue que les bouquineries, c'est assez gagnant lorsque nous sommes à la recherche de petits trésors oubliés ! Et j'avoue aussi que j'ai pensé à toi en planifiant de parler de ce livre ci: j'avais l'intuition qu'il te plairait 😉 : Tout à fait le genre de livre qu'on peut ouvrir à n'importe quelle page et y trouver son bonheur ! Et aussi, le laisser trainer pour que nos invités y trouvent également de quoi sourire !

    Bonne lecture !

    Marie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.