Quelqu’un d’autre, Tonino Benacquista

Qui n’a jamais eu envie de devenir quelqu’un d’autre? On se le demande n’est-ce pas ?

L’espace d’un instant, changer de vie. Ou de façon plus drastique, en changer pour toujours… Par exemple, se faire teindre en blonde et s’exiler à l’autre bout du monde, comme il m’est d’ailleurs arrivé moi-même d’y penser à certains moments de ma vie!

Mais, changer de vie, ce n’est pas toujours fuir ! Mais parfois aussi, rêver de devenir celui ou celle que nous aurions voulu être. Cette personne qui n’aurait pas abandonné ses rêves en cours de route. Qui aurait eu le courage d’aller jusqu’au bout! Et c’est là justement le  postulat de départ de ce tout petit bouquin de l’auteur Tonino Benacquista que j’ai décidé de prendre avec moi lorsque je suis partie en voyage le mois dernier. Mais dont j’ai terminé la lecture seulement hier. Parce que, comme à mon habitude, je me retrouve toujours à lire trois ou quatre livres en même temps! (est-ce là la preuve ultime qu’on ne se réinvente pas ?)

Bref! Ce livre raconte l’histoire de deux hommes qui lors d’une soirée trop arrosée, décident à l’aube de leurs quarante ans de changer de vie. Littéralement. Le premier, Thierry Blin, décide dès lors de s’improviser détective privé. Quitte, pour s’assurer de passer incognito et surtout, pour rendre le changement irréversible, à changer de vie, de visage (au propre comme au figuré), même de nom… Le deuxième,  Nicolas Gredzinski, employé un peu raté et anonyme (mais surtout, assujetti à un patron tout puissant) d’une grande boîte, décide quant à lui de flotter allègrement entre deux versions de lui-même. Celle que tous autour de lui connaissent. Et cet autre, celui qu’il devient sous l’effet des vapeurs de l’alcool et leurs vertus libératrices… Plus audacieux, plus libre. Et qui surtout, ne craint rien ni personne.

S’étant rencontrés par hasard lors d’un match de tennis improvisés, les deux lascars se donnent donc rendez-vous, trois ans plus tard, jour pour jour, pour rendre état de leur réussite (ou de leur échec) dans ce match pour lequel aucun moyen n’aura été épargné entre-temps, comme on le découvre en cours de lecture.

J’avoue que tout au long de cette lecture, je me suis sentie comme un peu en attente. En attente je dirais de ce beau coup de coeur que j’avais ressenti lors de la lecture de «Saga», cet autre roman un peu absurde de Tonino Benacquista qui m’avait littéralement conquise il y a quelques années. Toutefois, bien que dans «Quelqu’un d’autre» nous retrouvions jusqu’à un certain point cet humour de Benacquista qui m’avait tellement séduite alors, je dirais que c’est autre chose qui ici, m’a plutôt interpellée: le sujet qui au final, suscite une réflexion que je n’aurais pas imaginé en débutant ma lecture.

Et en effet, ici l’auteur nous amène à réfléchir aux grandes questions que sont celles de l’identité et de la recherche de qui nous sommes réellement à travers la construction de cette identité.

Et à ce titre, la partie qui m’a semblé la plus intéressante je pense, c’est ce questionnement suscité par la rencontre entre Nicolas et Lorraine. Cette femme avec qui Nicolas partage toutes ses nuits mais de qui il ne sait absolument rien de qui elle est, d’où elle vient et ce qu’elle fait de ses journées, en dehors de son nom. À la limite, s’appelle-t-elle réellement Lorraine, comme il se le demande même un moment donné? N’empêche, Nicolas construit avec elle au fil des pages une relation qui s’avère suivie dans sa durée. Chacun y trouvant son compte jusqu’à un certain point dans ce qui s’avère être un «ici et maintenant» duquel est absent tout ce questionnement de savoir qui l’on est dans sa définition strictement «sociale». Cette «identité sociale» que chacun porte en soi et qui semble devoir être authentifiée sur des papiers d’identité, ceux-ci  apportant la reconnaissance d’autrui à travers un statut social reconnu. De là ces premières questions que l’on se retrouve invariablement à poser, tous autant que nous sommes, à un ou une nouvelle venu(e) à qui on demande un pas si banal «que fais-tu dans la vie?»…

Étrangement, cette lecture qui semblait devoir me laisser sur ma faim…me laisse plutôt bien songeuse, longtemps après avoir terminé la dernière page.

Au final, j’en suis à me demander si en changeant de vie, nous devenions forcément quelqu’un d’autre. Ou simplement une autre version de nous-même, celle-ci simplement présentée sous un autre angle…

Vous l’avez lu ? Comment avez-vous trouvé ce livre de Benacquista?

Suivez et aimez nous:
error0

Quelques suggestions de lecture supplémentaire :

Le liseur du 6h27, Jean-Pierre Didierlaurent

Guylain Vignolles, préposé au pilon d’une entreprise chargée de disposer des invendus des libraires, mène une existence maussade et solitaire, au rythme aussi prévisible et beige que celui d’une horloge.  Aussi, chaque matin en se rendant au travail, dans[...]

Mal de mère: Le Top 3 de mes coups de cœur littéraires dédiés à la mère, 2 de 3

Pour faire suite à mon dernier billet, nous voici donc avec ce deuxième volet de mes coups de coeur littéraires dédiés à la mère. Et celui-ci, « Marie Blanche» de l’américain Jim Fergus,  je vous en avais déjà[...]

Joyeux Noël, de Alexandre Jardin

« Croyez-moi, il est possible de mener sa vie en disant tout. Une existence sans déni ? Sans angle mort ! s'écria la jeune femme. Vous n'avez donc aucun secret ? Si, des montagnes ! rétorqua-t-elle.[...]

Nancy Huston: Reflets dans un oeil d'homme

Comme je le disais hier, le Psychologies Magazine de mars regorge d'articles intéressants (mais n'est-ce pas toujours le cas ?) Pour ma part, alors que j'hésitais à repartir avec la copie que j'avais en mains, alors[...]

Ma dévotion, Julia Kerninon

Voilà mon premier billet de cette nouvelle décennie que j'ai eu envie de commencer tout doucement, un livre à la main. Car ce marathon de lecture auquel je me suis adonnée en décembre, ça m'a[...]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.