Qui saurait dire?

Pixabay

Qui suis-je ? Où vais-je?

Ces questions, l’humain ne se les pose-t-il pas depuis la nuit des temps ?

Mais encore ?

Et si, comme dans un jeu de serpents et échelles, une question devait en emmener une autre ?

Et si une porte ouverte devait en proposer douze nouvelles devant lesquelles ne pouvoir se résoudre à choisir ?

Ou pire, et si on ne savait pas définir laquelle ouvrir?

Ou encore, qu’on se trompait et que nous n’ouvrions pas la bonne ?

Ais-je fait le tour avec tous ces mots coulant à flot?

Vais-je finir par me noyer dans ce verre de mots déversés?

Devrais-je enfin décider d’aller voir ailleurs si j’y suis ?

En ais-je trop raconté ? Pas assez ?

Ais-je été entendue ?

Finirais-je ignorée ?

Écrire? Crier?

Ou choisir de me taire?

Quoi d’autres encore ?

Et si je me perdais en route ? Qui indiquerait son chemin à l’égarée?

Dis ? Est-ce qu’on s’aime encore nous deux?

Ou le quotidien vorace nous aura-t-il avalé dans quelques détours sans qu’on en sache rien ?

Ou alors que nous étions occupés à regarder ailleurs?

Et à notre insu, dénoué les ténus liens du nous ?

Sommes-nous donc arrivés au bout de la route ? Là où sur les cartes-routières, les chemins se séparent ?

Comme à un carrefour?

En avons-nous trop vécu? Ou seulement pas assez partagé ?

Et dis-moi? Où nous sommes-nous donc perdus de vue ?

Le sais-tu seulement?

Et si le sentier trouvé par erreur était le bon ? Celui sur lequel on était destiné à s’écarter après avoir été en bref instant déroutés?

Et si sur ce chemin trouvé presque par maladresse, on se retrouvait, soi?

Et qu’en cours de route, on redevenais nous?

Peut-être serions-nous plus unis qu’ensemble ?

Deux mais de nouveau un ?

Le saurais-je alors ?

Le sentirions-nous seulement ?

Et puis, je me dis…et si la vie, ce n’était rien d’autre qu’un flash entre deux néants ?

Un trouble de vision ?

Ou un effet de l’esprit ?

Ou mieux, une suite d’effets spéciaux en un instant projetés sur l’écran de nos yeux refermés ?

Comme en un bref clignement des yeux?

Sentirais-je alors le mot de la fin venu?

Ou de nouveau un début ?

Un peu, peut-être, comme une lumière qu’on rallume après l’avoir éteinte?

Mais qu’est-ce donc que tout cela ?

Comment dire ?

Des questions banales? Des réponses impossibles à trouver ?

Qui sait ?

Et surtout, qui saura répondre ?

Peut-on me le dire ?

Partagez avec vos proches!

Quelques suggestions de lecture supplémentaire :

À l'abri du monde

Mon grand-père est sans aucun doute l’image masculine la plus positive que je conserve à l’esprit !  Lorsque je pense à lui, je ne peux m’empêcher de ressentir une gratitude sans nom pour l’homme qu’il[...]

Encre et ancre

J'écris parce que c'est par l'encre sur le papier que je trouve la mienne. Mon ancre. Celle qui me donne l'illusion, une fraction de seconde, d'être en équilibre sur la corde raide du réel. J'écris, parfois tout bêtement, pour avoir le sentiment d'exister. Pour qu'en lisant[...]

Des bouts de papier et des mots égarés

J'ai longtemps peint comme j'écris aujourd'hui. Pour déverser le trop plein Ou encore, comme un cri. En silence et sans faire de bruit. Mon secret c'est que j'écris pour ne pas penser au néant Comme les enfants qui dans le noir Ferment les[...]

Mots(Rosité)

Je suis ces jours-ci un peu comme ces grands timides De ceux qui n'osent pas trop approcher de l'objet de leur convoitise. De crainte d'être rejeté. Ou tout simplement... ...pas tout à fait à la hauteur. Alors ? Cachée dans un[...]

Le motif dans le tapis

Parfois, un peu comme le font ces autistes qui se mettent à ce concentrer intensément, et presque de façon obsessionnelle, sur un détail que d’aucun jugeraient sans importance, j’ai l’impression que la vie est pleine[...]



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*