Renouveau

Crédit: IStock

En vacances cette semaine, je me suis permis de me replonger dans la lecture de l’un de ces livres qui n’attendent que mon bon vouloir, patientant sur ma table de chevet dans l’attente que je me pose enfin…

Et voilà qu’en lisant un livre traitant de psychogénéalogie (encore un !), je suis tombée sur une citation qui m’a particulièrement touchée…

Pourquoi ? Peut-être parce que la lecture de ce livre arrive alors que j’ai passé le weekend dernier dans la région ou j’ai vécu mon enfance. Ce lieu ou mon père repose toujours, presque trente-cinq ans après sa mort. Au fond de ce qui s’est avéré ce trou noir auquel il a voulu se croire destiné…

Dans la plus anonyme des fosses communes…

Et ou je n’étais jamais retournée depuis trente-quatre ans…

« Beaucoup de gens coupent la communication avec leur famille parce qu’ils ne se sentent pas en accord avec elle. Ils ne veulent pas lui ressembler, craignent de répéter un « pattern », ont vécu un événement comme une injustice ou tout simplement ne se sentent pas bien avec elle. D’autres fuient leur famille, géographiquement parlant. Mais notre héritage familial nous poursuit, il nous habite, et la fuite ou la distanciation ne sont pas une solution. Ce qui ne veut pas dire qu’il n’y ait rien à faire. Guérir les blessures de l’arbre généalogique, déconnecter les programmes négatifs et mettre fin aux transmissions négatives est une chose possible. Mais il faut pour cela accepter de faire l’enquête généalogique et retracer l’histoire familiale puis l’analyser, la décoder pour enfin faire des gestes libérateurs des répétitions indésirables. Ce parcours quasi initiatique permet de faire la paix avec son inconscient à travers une ouverture et une expansion : d’abord par une ouverture à ses héritages psychiques, une prise de conscience et une acceptation du contenu de l’inconscient, tant dans ses aspects lumineux que dans ses aspects sombres (…) Et ce que vous nettoyez, vous le nettoyez pour vous, mais aussi pour vos enfants et ceux qui suivront. » (« Plus ça change, plus c’est pareil – La psychogénéalogie », Joe-Ann Benoit, Page 150)

En arrivant sur cet extrait, je n’ai pu m’empêcher de me revoir, moi, il y a tout juste une semaine, debout devant «lui», dans ce cimetière ou je n’avais jamais remis les pieds depuis plus de trois décennies…

Frappée de cette évidence qu’en lui offrant enfin cette pierre tombale dont il a été privé si longtemps, tel un voleur dont plus personne ne veut se souvenir, ni du nom, ni du visage, c’est probablement à moi-même que je ferai, étrangement, le plus de bien.

Inexplicablement.

Quelques suggestions de lecture supplémentaire :

Laisser la lumière briller

Histoire de mettre un peu de lumière dans ce samedi gris d'une époque, la nôtre, parfois bien grise elle-aussi... Ce magnifique extrait d'un texte de Marianne Williamson... Imaginons un instant... « Notre peur la plus profonde n'est pas que[...]

Pages féminines d'un autre temps...De la vraie nature des femmes

Je suis en ce moment dans la lecture d'un bouquin vraiment fascinant, «Une éducation» de l'auteure américaine Tara Westover.  En bref, celui-ci raconte le parcours auto-biographique absolument fou d'une jeune femme née en 1986, en[...]

Les mots des autres, ou À la recherche du motif dans le tapis

Photo: IStockDe passage en librairie en début de semaine, je suis tombée sur un livre qui comme un appel, m'a semblé parfaitement en accord avec mon besoin actuel de laisser frémir la surface de mon[...]

Sans compromis

 Photo: PABvision.com Lundi matin plutôt frais qui ne laisse plus aucun doute sur le fait que l'été soit en train de fuir, lentement mais sûrement... Et une citation sur laquelle je suis tombée[...]

Les mots des autres ou lorsque le récit de notre propre histoire devient comme un rite de passage

Fleurs sauvages (c) 2010 Michael BourquinEt si le fait d'écrire au «Je» se voulait tel un rituel sacré ? « Je reprends possession de mon passé»(-Annemarie Trekker) « Je suis fille unique de parents eux-mêmes enfants[...]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.