Reprendre le fil

Il y a quelques années, j’avais entendu un conférencier parler de la vie en terme d’oignons. Cet ingrédient un peu insignifiant en lui-même convenons-en, mais d’où partent à peu près 99% des recettes en cuisine.

Commencer par éplucher un oignon, c’est en effet ce qu’on nous demande toujours.

En ce début d’année 2021, alors que la dernière année a été un chaos total dans nos vies humaines, je l’avoue en ce qui me concerne, je me sens un peu comme paralysée. À me demander par exemple si cette nouvelle année sera réellement le symbole de renouveau qu’on aime associer aux nouvelles années. Ou bien si ce ne sera qu’un simple copier-coller.

Le plus probable je pense, étant que cette nouvelle année sera ni plus ni moins que la continuation de ce qu’on a vécu en 2020. Parce que la vérité, c’est probablement que la vie, ce n’est tout simplement pas une page qu’on peut simplement effacer pour recommencer de zéro.

N’empêche! J’ai pour ma part entamé cette nouvelle année avec cette conviction que je me devais de mettre un bon coup de balaie dans ma vie, histoire de ramener de l’air à respirer dans mon quotidien.

C’est pourquoi j’ai décidé de mettre mon énergie sur ce qui me fait du bien. Sur ce qui apporte de la vie dans ma vie. Sur le peu que je contrôle encore.

Et c’est ainsi que ma première initiative ça a été de me remettre à mon projet de livre. Lequel, direz-vous? (Parce qu’il est vrai que j’en ai deux dans mes cartons). Et bien sur ce livre qui met en scènes mes «insoumises», ma mère, ma grand-mère Jeanne, mon arrière-grand-mère Lucienne. Mais aussi, sa mère avant elle. Une lignée de femmes dont j’ai envie depuis longtemps de faire des personnages de roman tant elles m’inspirent.

Mais, ce qui diffère vraiment cette fois-ci je pense, c’est que j’ai pris l’initiative de trouver une coach d’écriture. Et ça vraiment, ça fait toute la différence du monde, je ne vous le cacherai pas!

D’abord parce que nos échanges, ça m’a vraiment aidée à trouver l’angle et la trame narrative pour donner vie à mon histoire. Mais surtout pour la motivation et l’énergie que ça apporte incontestablement de pouvoir échanger sur un projet d’histoire qui est le miens… Cela, contrairement aux milliers d’ateliers d’écriture auxquels j’ai pu participer au cours de ma vie et qui rarement, m’aidaient véritablement à alimenter mon histoire.

Bref! Malgré la pandémie, les confinements successifs, le bruit ambiant et le couvre-feu qui, mis ensemble, ont eu a peu près le même effet sur mon moral que celui de l’impact d’un dix roues, j’ai en ce moment l’impression de reprendre le fil.

Et vous? Quels sont ces «oignons» auxquels vous avez envie de vous attaquer en ce début d’année? Histoire de remettre du mouvement dans nos vies touchées par la pandémie.

Ou à tout le moins, de l’oublier ne serait-ce que deux secondes et quart…

Quelques suggestions de lecture supplémentaire :

Le bruit assourdissant d'un quotidien qui s'emballe

Ces temps-ci, j'ai un peu le sentiment d'être devenue muette... Sans voie. Littéralement étourdie par le bruit ambiant. Et soudainement, je me prends à rêver d'un lieu d'où seraient absents tous ces bruits qui étourdissent. Twitter, Facebook et[...]

10 (autres) choses qu’on ne fait plus de nos jours

Ce billet que j'ai mis en ligne il y a quelques semaines vous a fait sourire ? Voilà que j'ai pensé revenir à la charge avec dix autres choses qu'on ne fait plus de nos[...]

Se pourrait-il que nous soyons devenus des parents obsédés de présence ?

Crédit: Photo-libre.frVendredi dernier, alors que dans ma vie c'était le chaos, ma cousine donnait le jour à une magnifique petite fille qu'elle et son conjoint ont prénommée Béatrice. Comme quoi, même un vendredi 13, de belles[...]

Le jeu de l'amitié et du hasard ou l'art d'évoluer sur une corde raide

Pourquoi est-ce si difficile d'entrer en contact avec les gens, une fois la vingtaine, voire la trentaine, derrière nous ? Je me le demande ! Un peu comme si notre statut d'étudiant, à cette époque[...]

Le silence au coeur du bruit

Ces temps-ci, et c'est sans doute un euphémisme que de le dire, j'écris peu. La meilleure formulation toutefois serait probablement d'avouer que je n'écris pas du tout. Un peu comme si, étourdie par le bruit ambiant,[...]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.