Retour dans le temps, prise 7 ou ce que toute jeune fille devrait (ou ne devrait pas !) lire

Photo d’une vieille carte postale expédiée de Remedios, Cuba, en 1918
Ah les jeunes filles, ces esprits influençables…

Ainsi, se demandait-on en 1915 s’il était judicieux de leur laisser lire tout et n’importe quoi…

*********************

LES LECTURES DE NOS FILLES

Le goût de la lecture doit-il être encouragé chez nos filles ? S’il contribue d’une façon merveilleusement efficace à la formation intellectuelle et morale des jeunes esprits, il offre certains dangers aux natures portées à se perdre dans les rêvasseries stériles, aux imaginations trop vives, trop éprises de faux romanesque et d’aventures extravagantes. On a dénoncé à juste titre la fâcheuse influence exercée sur certains esprits par quelques romans policiers, contre-façons d’œuvres d’un réel mérite. Ce ne sont point ces livres-là que nous donnerons à nos filles, et pourtant nous les laisseront lire, nous les encourageront même à lire beaucoup, de saines, de fortes lectures, des lectures qui les renseigneront sur les choses dont elles entendent parler autour d’elles, qui leur apprendront à observer, à comprendre, à tirer une conclusion de ce qui se passe, des lectures qui leur apporteront à la fois un enseignement, des conseils, voire même des conseils pratiques.
Le Journal des Demoiselles, dont nos lectrices connaissent sans doute la vieille réputation si justifiée, répond essentiellement à ce programme. On a pu dire de lui qu’il était pour les jeunes filles ce que le Correspondantest pour leurs parents. Est-il un plus grand éloge ? Chaque numéro comprend, avec sept ou huit articles variés, deux romans, spécialement écrits pour les jeunes filles, par les meilleurs auteurs, romans toujours intéressants, vivants, hautement littéraires et, ce que nos lectrices apprécieront par-dessus tout, d’un grand sentiment chrétien. Le numéro du 15 novembre contient, entre autres, avec une œuvre attachante de Mme Maryan, Denyse, le commencement d’un roman de Mme Riraben, Le plus cruel conflit.
(-La Mode illustrée, Journal de la famille, No 50, Dimanche 12 décembre 1915, page 453)

*********************

Elle est belle la photo que j’ai mise pour illustrer cette chronique, n’est-ce pas ? 

Il s’agit d’une très vielle carte postale sur laquelle j’ai mis la main, dans un vieux bazar de Remedios, lors de mon voyage à Cuba en janvier dernier. Derrière, ce que je veux imaginer comme étant des mots d’amour…envoyés en 1918.

Écrits en espagnol bien sur 😉

Partagez avec vos proches!

Quelques suggestions de lecture supplémentaire :

Pages féminines d'un autre temps...Chacun sur son île

Parfois, en feuilletant les vieux journaux, j'ai l'impression, au détour de certaines pages, de me retrouver devant un roman. Plus incroyable, celui-là, que l'histoire que l'on pourrait retrouver dans n'importe quel bouquin! Ici, en 1937, l'histoire de[...]

Pages féminines d'un autre temps...Des hanches qui doivent être féminines

MESDAMES, VOS HANCHES DOIVENT ÊTRE FÉMININES Les possibilités de la culture physique dans la transformation des différentes parties du corps sont aujourd’hui fort heureusement de plus en plus reconnues. À celles de mes lectrices qui auraient encore quelques[...]

Pages féminines d'un autre temps...Les taches ménagères et autres généralités

Récemment, je suis tombée sur un billet de blogue, celui d'une maman qui semblait présenter comme étant le fruit d'une illumination divine, la perfection de son quotidien à la maison avec ses enfants. Par opposition[...]

Pages féminines d'un autre temps...Règles du savoir vivre pour la femme mariée

RÉSERVE OBLIGATOIRE Une femme encore jeune ne doit pas sortir en la seule compagnie d’un homme qui n’est ni son père, ni son frère, ni son mari. Ce que nous prohibons absolument pour les jeunes filles[...]

Pages féminines d'un autre temps...Femmes débiles, soignez-vous !

Lire les vieux journaux, je l'avoue, c'est mon plaisir coupable. Pour les trouvailles qu'on y fait, mais surtout, pour tout ce qu'on y apprend... Par exemple ? Qu'il y eut une époque pendant laquelle l'un des produits[...]



4 commentaires sur “Retour dans le temps, prise 7 ou ce que toute jeune fille devrait (ou ne devrait pas !) lire

  1. Il m'est arrivé – `à quelques reprises – de souhaiter vivre à d'autres époques, notamment, l'Époque romantique, etc.

    Après la lecture de ton blogue concernant la lecture – souhaitée et permise – aux jeunes filles du début du siècle dernier, je suis contente d'être de mon époque.

    Moi qui ne cesse de lire – et de tout – depuis que j'ai appris mon abécédaire – je me demande si je n'aurais pas été frustrée d'être limitée dans mes choix de livres. Qui sait… je ne le saurai jamais et c'est tant mieux.

    La photo de la carte postale est vraiment mignonne. Moi aussi je me demande « como fueron las palabras de amor de la tarjeta… »

    Bonne journée et fin de semaine Marie,

    Marjo

    1. C'est vraiment fou combien le sort des femmes était limité à cette époque ! Je suis bien contente aussi de vivre aujourd'hui plutôt qu'à cette époque !

      Quant à ta petite phrase en Espagnol, je suis malheureusement nulle dans cette langue ! Mais j'ai trouvée la carte postale magnifique !

      Une bonne fin de semaine ensoleillée à toi aussi !

      Marie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*